Avertir le modérateur

04/02/2009

Burgaud jeté à la vindicte publique par l'Elysée

burgaud2.jpgCela fait environ 2 ans que le nom de Burgaud est jeté en pature. Comment ? Il n'est pas encore destitué ? "On" le paye encore ? Il est promu au Parquet à Paris ? Mais c'est inadmissible !!

Evidemment, son nom est associé à l'affaire d'Outreau qui a fait aller des innocents aller en prison. Dans une affaire de pédophilie.... Dans le nord de la France. Burgaud était le juge d'instruction. Jeune et donc inexpérimenté, il a été le bouc émissaire idéal.

Oui c'est grave d'aller en prison quand on est innocent. Oui c'est grave de se tromper en privant quelqu'un de sa liberté. Oui c'est grave d'atteindre à l'honneur d'un citoyen innocent.

Pourtant, il semble qu'avec le recul, il soit quand même possible de trouver quelques explications aux décisions du "juge Burgaud".

La pédophilie a longtemps été un tabou dans notre Société. On savait qu'elle existait mais on préférait ne pas savoir où. Ce n'est qu'avec l'affaire Dutroux en Belgique qu'il y a eu une vraie prise en compte de ce problème. Jusque là, on préférait ne pas croire les enfants. Après on les a crus. Beaucoup plus. Peut être parfois beaucoup trop....

J'aimerais que dans l'affaire d'Outreau, on se souvienne comment le retournement de Myriam Badaoui (qui jusque là, confirmait les versions des enfants) à l'audience des assises de St-Omer a été une surprise pour tout le monde (et surtout pour 90% des média). J'aimerais qu'on se souvienne qu'avant la volte face de Badaoui, c'était les noms de Marescaux l'huissier, ou Legrand qui étaient jetés à la vindicte populaire.

Alors oui, le juge Burgaud s'est trompé. Mais qui ne se serait pas trompé vu le contexte ?csm.jpg

Le fait que Burgaud n'ait pas été "jugé" immédiatement par ses pairs est probablement une bonne chose pour la sérénité des débats. La commission parlementaire (toute utile qu'elle a été) a, pour ce qui concerne Burgaud, peut être décidé trop rapidement.

Cette commission est d'ailleurs instrumentalisée par le Président Sarkozy dans sa décision de supprimer les juges d'instruction. C'est un autre débat certes.

Par ailleurs, le ton employé par la représentante du Ministère de la Justice au Conseil Supérieur de la Magistrature vis à vis de Burgaud est révélateur il me semble de la volonté de l'Exécutif de trouver un bouc émissaire, et d'en terminer rapidement. Mme Lottin a déploré un "manque de rigueur" et "d'impartialité" au "caractère délibéré" .  Que la vindicte populaire réclame une tête ne me choque pas outre mesure, ça a toujours été comme ça. Que nos dirigeants en fassent de même me semble beaucoup plus malsain. Parmi les devoirs de nos élites, il y a celui de ne pas céder aux élans de la population et de ne pas sombrer dans la démagogie.

Alors oui, la République a bien fait de prendre en compte l'erreur d'Outreau en s'excusant auprès des victimes du procès d'Outreau, et en prenant en compte leurs nombreux préjudices. Mais il me semble qu'on donne beaucoup d'importance à Burgaud.

Pour finir. On a parlé uniquement de l'échec de la procédure d'Outreau. C'est vrai. Mais on ne parle jamais de la réussite d'Outreau :la vérité est bien sortie devant une Juridiction (la Cour d'Assises). Ce ne sont pas les média (dans leur immense majorité) qui ont fait que la vérité soit dite.

Là aussi, l'instruction ne doit pas se faire uniquement à charge ...

Commentaires

Bien dit.

Écrit par : Mancioday | 04/02/2009

C'est court et clair. Merci

Écrit par : elmone | 04/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu