Avertir le modérateur

02/10/2009

Vive la voiture électrique

200811201434_w350.jpgJe ne suis pas souvent d'accord avec ce Gouvernement.

Mais quand je trouve qu'il fait quelque chose de bien, je le dis. Je pense que l'on ne peut pas m'enlever ça.

Et l'initiative gouvernementale (rappelée par le figaro) est une bonne mesure que j'aurais voulu voir prise bien avant.

Jean-Louis Borloo a fait savoir que le Gouvernement comptait faire installer 4,4 millions de borne de recharge de batterie pour les véhicules électriques.

Au-delà de la volonté écologique, j'y vois une chance supplémentaire (que les constructeurs français auraient du déjà saisir) pour les industriels français de faire face à une demande qui semble réelle. Une chance supplémentaire pour Renault et Peugeot-Citroën de rattraper leur retard par rapport à Toyota qui a déjà sorti la voiture "écologique" Primus qui fonctionne moitié à l'essence moitié à l'électricité.

L'écologie est le seul avenir possible. Et plus encore que le domaine économique, c'est pour l'écologie qu'il faut un interventionnisme d'Etat.

Alors certes, il s'agît encore d'un cadeau pour les industriels, mais nous n'allons pas faire la fine bouche.

Commentaires

Vive le gouvernement !

(heu)

Écrit par : Nicolas | 03/10/2009

En tous cas, je trouve que ça aurait été bien que la gauche pluriel de Jospin mette en place une vraie politique d'écologie.
Et si les mesures annoncées par Borloo sont avérées sur le terrain, je trouve que c'esrt une bonne chose !

Écrit par : elmone | 03/10/2009

Oui et non !
Pour moi, la fin du pétrole aurait du servir à réfléchir sur notre manière de gérer les déplacements. Pourquoi autant de véhicules ? Pourquoi chacun sa petite auto ? Au delà des transports en commun, pourquoi ne pas inventer des voitures collectives en location temporaire et pas cher ?
Le modèle dans lequel nous sommes qui s'appuie systématiquement sur la propriété est un modèle à abattre et en remplaçant simplement les véhicules par d'autres, on ne change rien !!!
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | 04/10/2009

Bah ! Mon raisonnement est que la situation est urgente.
Que notre système est fondé sur la propriété et que le remettre en cause ne prendra pas 10 ans.

L'urgence est selon moi de mettre fin au grignotage de la couche d'ozone.

Après ...

Écrit par : elmone | 04/10/2009

Oui, cela va dans le bon sens, évidemment. Même si j'adhère au point de vue de Monsieur Poireau : le fond mériterait une grande réflexion sur le transport et l'énergie consommée...

Cela dit, je relativise ce progrès : la voiture électrique est non polluante en fonctionnement (je fais abstraction des batteries qui évolueront sans doute...), là où elle roule. Mais elle nécessite de l'énergie électrique. Qui plus est, avec une perte non négligeable de rendement pour son acheminement jusqu'à la borne. Et l'énergie électrique, ce n'est pas toujours une énergie "propre" : selon son origine, elle peut avoir envahi de son eau de verdoyantes vallées (centrales hydrauliques), rejeté dans l'atmosphère fumées et gaz de combustion (centrales gaz ou pire thermiques), laissé à nos descendants des déchets radioactifs et fait courir aux contemporains voisins ou non un risque (nucléaire).

Il est bien dommage que, alors que l'électrique demande un temps de mise en place, l'état boude encore une énergie qui, sans être la panacée, aurait pu nous aider depuis plus de 20 ans : l'éthanol carburant à base de betteraves. Alors que la preuve est faite que son rendement énergétique est de plus de 2 (plus de 2 tonnes équivalent pétrole restituées pour 1 utilisée pour la production), que son bilan CO2 est aussi de moins de moitié, qu'il n'émet pas de composés volatils, on peut s'étonner de cet état de fait.

Pourtant, l'éthanol est déjà produit pour d'autres utilisations (solvants, détergents, cosmétique, alcool de bouche) et en mettre ds les moteurs n'est qu'une question de réorientation de son emploi. D'ailleurs, avec l'E10 (10% d'incorporation DIRECTE dans l'essence) cela en prend - un peu lentement - le chemin...

Mais voilà : la puissance des pétroliers se fait sentir. Et, en France, la seule forme d'éthanol jusqu'alors autorisée dans l'essence l'a seulement été sous forme d'ETBE, un éthanol qui doit repasser par la raffinerie de pétrole pour y subir une dernière transformation qui permet son incorporation à hauteur de 2 ou 3 % dans les essences françaises. Transformation qui dégrade le rendent bien sûr, mais, pire encore, qui le rend polluant par le dégagement de composés aromatiques que l'on vient ainsi de créer.
Mais l'ETBE a pour le pétrolier l'avantage de verrouiller le circuit d'écoulement. Les essences vendues par la France aux USA sont directement éthanolables. Celles vendues en France par les mêmes compagnies ne le sont pas. Cherchez l'erreur. Et chacun sait qu'au Brésil (et là, pourtant, l'extension de la canne à sucre n'est pas sans inconvénient environnemental et social) la quasi totalité du parc de voiture peut rouler à l'éthanol pur sans souci technique.
A continent différent, politique différente. Là-bas, on "déforeste" pour l'éthanol qui est largement utilisé. Ici, on a gelé nos terres agricoles qui produisent trop, dit-on. Alors qu'y pratiquer des cultures énergétiques nous aiderait à baisser la consommation de pétrole et le CO2 dégagé.

Écrit par : Ermite | 07/02/2010

Ermite : oui mais non !
Continuer avec autant de véhicules et autant de dépenses énergétiques inutiles (ex : des immeubles entiers de bureaux éclairés toute la nuit !) est une idiotie, avec ou sans éthanol !
Revenons au local !
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | 07/02/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu