Avertir le modérateur

14/11/2009

Moi ? Macho ?

macho2.jpgDécidemment, je suis gâté tagué en ce moment.

Par Stef suite à une chaine initiée par Juan.

Je dois ici donner les 5 preuves de mon machisme.

Moi ? Macho ??? Alors ça, ça m'étonnerait !!!

En même temps, on ne peut pas faire partie des rédacteurs de ce blog sans avoir un fond de machisme. Alors Réfléchissons ! Réfléchissons bien !

1°) A la différence de Stef, j'aime bien aller avec mon épouse faire les courses à l'hypermarché. Mais je me dois de confesser qu'une fois arrivé là-bas, je me dirige assez rapidement vers le rayon des ordinateurs et multimédia. Et en général, nous convenons d'un rendez-vous pâs trop loin des caisses 45 minutes plus tard !!!

2°) Je suis nul en bricolage donc je ne monopolise pas la perceuse. Je ne réchigne pas à faire la vaisselle (même à l'essuyer). Mais il faut bien admettre que ce n'est pas moi qui le fait le plus souvent.

3°) Je ne cuisine pas sauf exceptionnellement. Et je suis très content de la cuisine de ma femme.

4°) En général quand nous sortons, c'est moi qui conduis. Et si je ne conduis pas, c'est que je n'en ai pas envie.

5°) Je rigole (bêtement) des blagues machistes.

Je transmets le fouet autoflagellant à Olivier, au coucou (ça lui aprrendra à me taguer), à Mr Poireau qui a, j'en suis sûr des choses à dire là-dessus ainsi qu'à Gaël

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : machisme, tague, blog |

Commentaires

Merci beaucoup! Je suis si peu machiste qu'il va falloir que j'écrive une fiction, je crois. Eh eh!

Écrit par : le coucou | 14/11/2009

C'est ce que je me disais aussi ! Il a bien fallu se rendre à l'évidence !

Écrit par : elmone | 14/11/2009

Je ne suis pas macho, me semble-t-il (faudrait demander aux épouses et compagnes de dénigrer leurs hommes, plutôt, non ?) mais j'adore écrire en tant que représentant de la race supérieure du mâle !
:-))

Je note à présent les tags qu'on me laisse, ça veut dire que je finirai par les traiter !
:-))

[Je lave, je cuisine, je ne conduis pas, ça démarre mal !!! :-))) ].

Écrit par : Monsieur Poireau | 17/11/2009

Je note que sur ton illustration, la femme démontre magnifiquement son incapacité naturelle à faire face au réel et à assumer son rôle. Elle se barre fringuée comme une starlette en abandonnant son gosse. Bravo la féminité, franchement !
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | 17/11/2009

Elle rejoint son amant ! ;-)

Écrit par : elmone | 17/11/2009

MACHO

Les eunuques ont pris place dans notre société émasculée. Toute une génération qui se sent à l'aise dans ce monde de caniches. Il ont leur leur roi -couronné de dentelles- et ce roi s'appelle Dupont, leur olympe -le poulailler-, leurs lois -le code des pédés-, leurs grands centres de féminisation aussi, nommés "médias", "république", "publicité".

Leur pire ennemi : la virilité. Leur credo : la castration. Leurs opinions : celles de leur femme.

Poules d'eau vêtues de tutus mentaux, mauviettes mouillées dans les affaires de tata, héros du métro chaussés de pantoufles, ces roquets à la dent molle prônent le nivellement des sexes, l'édulcoration des genres, voire le total rabaissement phallique, confondant volontiers la morale du mâle avec le code du parfait châtré.

Ils ont une fierté de limace, des intentions de toutous, des revendications de soumis.

Persuadés de respecter la femme parce qu'ils la laissent démocratiquement piétiner leur épée de son talon-aiguille (ce fer-de-lance de la volaille en révolution), tordre leur marbre originel devenu bâton de guimauve, briser leur double vase solaire, ils sont devenus féministes, sodomites, avorteurs...

Et prennent leur dévirilisation pour de la galanterie.

Rasés de la tête aux pieds, annelés comme des bestiaux matés et adoptant les moeurs veules, plates, flasques des hôtes des potagers, ils ont fini par arborer la face placide des pantins poltrons, singer les allures ternes des mignons moineaux de mai...

Au nom de la parité Mars-Vénus ces jolis sont d'accord avec toute avancée de la cause pourvu que leur panache piteux de coquelets déplumés ne dépasse pas la permanente des porteuses de jupes qui les tiennent en laisse...

Après avoir lamentablement poussé les caddys de supermarchés, ces torcheurs de nourrissons s'attèlent aux landeaux... Ils donnent même le biberon ! A quand l'allaitement ?

Moi je suis un macho, un vrai. Sans chaîne.

Mâle immémorial, héritier sain de mes gamètes intacts, imperméable aux siècles, antipathique mais authentique, nulle femme ne saurait me dénaturer.

Je suis un dominant, un vainqueur, un lion.

Porteur du sceptre qui désigne l'astre masculin auquel je m'identifie, je sais où est la place de l'homme et où est celle de la femme.

J'ai avec moi l'autorité innée de ceux qui ont conscience d'être fils de Râ et s'en glorifient. Au lieu d'en rougir devant l'autel mensonger des féministes.

Un mâle est un seigneur, la femme son naturel laudateur.

C'est la loi.

La loi des sexes, non celle du siècle. Toute descendante d'Eve qui se révolte contre la souveraineté de son demi-dieu n'est pas digne de se faire ensemencer. La gloire de la femme est dans les germes d'humanité qu'elle porte en son sein, non dans le venin du féminisme qu'elle inocule à son maître.

Je suis un macho, un pur, un dur, sans artifice. Ma pensée est de fer, mon front est lumineux, mon flanc divin.

Mon regard choisit, ma main désigne, mon bras décide, la femme dit oui.

Borné, moi ?

Non, simplement burné.

Raphaël Zacharie de IZARRA
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 25/12/2009

LES FEMMES VENERENT LES MACHOS

Parce que le Ciel a voulu que la femme naisse sous le signe de la docilité, la femelle enchaînée aux lois âpres du mâle aime les injustices du sexe.

C'est ainsi que la femme sous le joug des plaisirs est naturellement soumise. Sa chair est faite pour être dominée, asservie, livrée aux crocs du loup, son souverain. La femme est la poupée de l'homme, ce seigneur-né, et elle le sait : elle trouve belle et bonne cette cruauté de l'hyménée.

Tout comme le jardinier sublime la nature en l'ordonnant, l'homme qui dispose de la femme peut à sa guise et selon ses caprices glorifier la nature d'une main de fer, guidé par son imagination, inspiré par les causes supérieures, principes divins qui ont placé l'homme sur un trône et la femme à ses pieds.

Les sots pensent que l'égalité des genres est naturelle et que la place d'Eve est à la droite de son époux. Cette égalité-là n'est point naturelle. Mais dans son immense sagesse Dieu a décidé que la femme chérira les bottes de son prince, et ce qui semble injuste aux yeux du citoyen, du savant, du législateur dénaturés par les artifices de la culture est infiniment juste et doux sous les clartés nuptiales du firmament.

Dans le secret de l'alcôve les grandes idées n'ont plus cours. Il n'y a plus de révolution quand triomphe l'hymen. La femme reprend sa véritable place à l'heure où tombent les masques.

La femme sincère vénère le macho. Au fond d'elle-même elle déteste sa nouvelle condition où l'a abandonné l'homme contemporain... Cette liberté-là aliène l'enfant de Vénus qui, fondamentalement, a besoin de sentir la force rugueuse de la virile écorce contre sa soie, le poids de la masculine autorité sur sa tête, la puissance phallique sonder ses flancs, l'éclat intellectuel dominer ses pensées, la voix rauque faire taire ses féminines protestations.

Et la délicieuse ortie de l'amour séduire son coeur.

La femme n'est désirable aux yeux de l'homme de bien que lorsqu'elle s'accorde à ses hauteurs à travers la parure digne et sobre de sa soumission innée : dévouement, obéissance, hommage au générateur de semence et porteur de sceptre sont les sentiments honnêtes de la femme face à son maître, tant dans la vie conjugale que dans l'aventure amoureuse.

Ce qui rend la femme infâme, vulgaire, détestable, bête et grotesque, c'est sa propension à vouloir singer le mâle dans ses divines attitudes... Et qui fait le gorille au lieu de faire l'humain.

L'amie de l'homme qui a su garder intacte l'intelligence de son sexe se soumettra avec d'autant plus de délices aux lois du dominant que ces dernières sont inspirées par les gênes et non par la norme.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 10/04/2010

Excellent article, votre blog m'a ouvert les yeux. Pardon pour les fautes éventuelles, n'étant pas francophone, j'ai utilisé Google Translate.

Écrit par : isolation | 12/04/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu