Avertir le modérateur

07/03/2010

L'Europe ? Pour quoi faire ??!!

jpg_plantu.douanes.UE.jpgSouvenez-vous ! C'était peu avant en avril 2005 ! Le Président Chirac effrayé par les sondages, s'était attelé à répondre à la télévision aux inquiétudes des Français exprimées dans les sondages annonçant que les citoyens allaient voter "non" !

Il avait dit dans cette émission :"Je ne comprends pas pourquoi vous avez peur ?". C'était sincère. Il ne comprenait pas.

Il ne pouvait pas comprendre.

Les objectifs européens avaient changé depuis 50 ans ! Imperceptiblement, inéluctablement, irrévocablement.

Les Français de plus de 45 ans doivent se rappeler que lorsque l'Europe s'est faite, elle a été présentée comme un marché commun : une suppression des droits de douanes entre les Etats Européens. Le but était de faire se rapprocher des Etats en état de guerre séculaire (France, Allemagne, Italie, puis GB).

Des gens comme Monnet et Schumann avaient compris que des Etats avec des liens fort ne pourraient plus se faire la guerre.

Pour aider les Français à accepter cette idée, les gouvernants leur ont expliqué que la "Communauté Européenne" constituerait une protection commerciale et financière des citoyens contre le Japon l'URSS et les USA (les grandes puissances de l'époque) !

En effet, si les droits de douane étaient supprimés entre ses membres, rien n'interdisait à la CEE de protéger ses industries et son agriculture par des droits de douane.

Et c'est ce qui a été fait ! Au début .....

Et puis la Communauté Européenne a grandi passant de 6 membres à 27 ! Un succès d'estime donc puisque tout le monde veut y entrer !!!!

Pourtant, vue de l'intérieur, qu'est devenue l'UE (Union Européenne) ?

Une structure ayant pour vocation à supprimer les freins à la concurrence comme le souhaitent l'OMC (organisation mondiale du commerce remplaçant le GATT), le FMI et la Banque Mondiale. En 50 ans, les droits de douane pour faire entrer les produits au sein des pays de l'UE ont été divisés par 8.

Les différentes douanes européennes sont mises en concurrence entre elles pour attirer les entreprises sur leur territoire ! Et comment attirer les entreprises si ce n'est en diminuant les contrôles des entreprises ??!!

Que voit-on encore de l'intérieur de l'UE ? Nous voyons une apathie complète de la Commission dans la gestion de la crise économique et financière qui nous atteint depuis un an et demie ! La crise a été gérée par les nations, pas par l'UE. Jean-Claude Juncker, chef de la zone Euro met en pratique le laissez-faire qu'il prône !

Pis, l'UE laisse les financiers spéculer sur la mise en faillite des PIGS (Portugal, Italie, Grèce et Espagne). Le summum est atteint quand le Président de la Commission  Européenne empêche le FMI d'intervenir en faveur de la Grèce !

Comme le rappelle le Grumeau, certains députés allemends conseillent à la Grèce de vendre certaines de ses îles pour se renflouer.

Que voit-on encore de l'intérieur de l'UE ? On a vu que le passage à l'euro a été concommittant avec des augmentations de prix sur les biens primaires (essentiels) comme le pain, les produits laitiers, les fruits et légumes.

Allors oui ! Forcément ! En 2005, le Président Chirac ne pouvait pas comprendre !

Et aujourd'hui ?! Nos élites nationales et européennes sont elles en état de comprendre que ce n'est pas de cette Europe là qu'on veut ?

Commentaires

La non-régulation des marchés au sein même de l'union est un vaste problème, la crise du prix du lait avec la suppression des quotas en est un exemple. Il y a de quoi s'insurger contre la non-gestion des crises de la part de cette Europe bien de droite. Pas de solidarité avec nos voisins Grecs et on applaudit au plan de rigueur, de quoi être bien amer.... Non ce n'est pas cette Europe que l'on veut ! Si l'union n'est pas capable de s'occuper d'elle même, comment peut elle jouer son rôle dans la mondialisation ?

Écrit par : Stef | 07/03/2010

Oui, c'est à se demander à quoi serven t les prélèvements de l'UE.
Dauf en ce qui concerne l'agriculture (jusque 2012)

Écrit par : elmone | 07/03/2010

Merci Elmone pour le lien. je suis d'accord pour dire que le but de la construction a été dévoyé et que le ver des marchés financiers et des lobbys industriels ont largement investi le fruit. Il reste aux citoyens la possibilité de choisir QUI ils envoient dans ces assemblées et surtout d'avoir la possibilité de leur demander des comptes sur leurs activités au sein de celles-ci. Il n'est pas normal qu'un fois élus, ils ne sont interrogés sur rien !!

Écrit par : captainhaka | 07/03/2010

Oui. C'est pourquoi s'il y a une élection à ne pas s'abstenir, c'est bien l'élection européenne.

Même si les pouvoirs du Parlement européen peanuts par rapport à la commission

Écrit par : elmone | 07/03/2010

Cet article n'est qu'un défouloir gratuit, dont les arguments assez primaires sont fragiles.
Une action inverse de l'UE n'aurait pas pour autant entrainé un résultat inverse, c'est une erreur de raisonnement souvent utilisée quand un raisonnement logique est trop difficile à établir, en tout cas pour vous.

Écrit par : blanc d'oeuf | 07/03/2010

Peut-êtreque vous avez raison blanc d'oeuf pour ce qui est de mes limites.

Mais dans ce cas, j'attends de votre part des arguments un peu plus étayé que "Une action inverse de l'UE n'aurait pas pour autant entrainé un résultat inverse"

Écrit par : elmone | 07/03/2010

Ah! Un des sujets que j'affectionne!

@elmone: L'UE n'est pas isolée et fonctionne dans un monde ouvert. Donc on s'adapte ou on crève. Ceci ne serait pas exact si nous étions au 18ème ou 19 ème (et encore la 1ère moitié) où nous pourrions imposer nos vues au reste du monde. C'est fini.

L'UE a été "vendue" aux électeurs comme assurant plus de propsérité, les lendemains qui chantent et SURTOUT sans effort, sans sacrifice. Ca ne fonctionne pas dans la réalité, et quand la réalité rattrape le rêve le réveil est d 'autant plus douloureux que le rêve a duré longtemps.

L'Europe à 27? Débile; ça avait déjà du mal à fonctionner à 12.

Le Traité de Nice (une horreur) qui a ouvert la porte à cet course effrénée à l'agrandissemetn de l'UE a tout prix a signé uniquement parce que Chirac ne voulait pas d'un échec, la France ayant la présidence de l'UE. Mieux vaut un bon échec qu'un mauvais traité.

Le traité constitutionnel et sa copie conforme de Lisbone, une escroquerie: on a vu la transparence dans la nomination (quand on me parle d'élection, ça me fait bien rire - en fait aps vraiment) du Président de l'Europe (qui en passant a des émoluments supérieurs à ceux d'Obama et si je ne em trompe pas paye un impôt eurppéens auxquels seuls les fonctionnaires européens sont assujettis - dans les 16% de mémoire. Ce n'est asp du paradis fiscal ça? Et je ne parle pas des magasin réservés aux seuls focntionnaires européens - un du style de ce qu'il y avait en URSS pour les membres du PC, ou encore l'éxonération de TVA sur l'achat de voiture 1 fois tous les deux ans).

En ce qui concerne Junker, crois-moi, il est beaucoup plus à gauche que tu ne penses, bien que du aprti chétien social. Mais ce n'est asp un dogmatique, garnde différence avec la plupart des homems politiques de gauche qui sacrifient tout au dogme.

@stef Pourquoi être solidaire d'un Etat qui n'a fait que traffiquer les chiffres pour pouvoir rejoindre l'euro et n'a pas arrêté depuis (et puis non Goldman Sachs n'est pas responsable: ils ont un client l'Etat grecque et ont trouvé une solution pour résoudre un problème. Rien d'illégal chez Goldman, c'est l'Etta grec qui a volontairement dissimulé la réalité de la situation afin de continuer à soupoudrer les avantages financiers et sociaux aux électeurs; bah oui un électeur, ça vote et un élu aime les votes par dessus tout!).

Pourquoi, les pays qui ont fait des efforts (les allemands en premier - n'oublions pas que la réunificatioon a coûté une fortune à la RFA et que les allemands n'ont rien demandé à personne) devraient-ils venir en aide à ceux qui profitent de la situation (c'est bien pratique l'euro, ça permet de diluer les responsabilités, de repousser à plus tard les réformes nécessaires)?

Je suis convaincu que l'Euro ne survivra que s'il y a une convergence sociale et fiscale, ce qui revient au même que de dire une perte de souveraineté sur les politiques sociales et fiscales. le "one-fits-all" ne peut pas focntionner à long terme sans que des politiques de convergence dans ces domaines en soient mises en oeuvre (je pourrais y ajouter les questions envrionnementales aussi). Quand tout va bien on peut arriver à camoufler les divergences, amis ça ne peut aps durer à log terme. Cette crise est une chance, et j'espère que les européens la sasiront (je n'y crois que peu malheuresuement sauf si Merket commence à distribuer les claques). Autre solution (politiquementimpensable actuellemetn, amsi els fait ont la tpete dure), une zone euro bis, en fait une zone deutsche mark et je suis loin de penser que la France y aurait sa place...

Pour finir, L'Europe et l'euro font partie d'un monde ouvert, et mon raisonnement de convergence intra-européen s'applique également ici. Je suis donc convaincu que nous sommes entrés dans une phase de baisse, sinon séculaire, du moins à moyen / long terme (personnellement je le constate avec la France depuis 12-15 ans, phénomène qui s'est accéléré dans les années 2000) du pouvoir d'achat des européens afin de rester compétitifs avec le reste du monde; seul un sur-endettement a permis de masquer cette réalité, donc la crise actuelle est le dénouement.

L'innovation qui pourrait contrecarrer cette tendance n'est malheureusement pas suffisante en Europe (la divergence s'accroît d'ailleurs avec les USA). Par ailleurs le nombre de jobs non-délocalisables n'est pas suffisant.

Nous sommes également dans un monde de dépréciation compétitive des monnaies depuis la fin de l'étalon-or (ou de non réévaluation comme le yuan et les devises asiatiques en général qui sont liées au dollar) et là encore l'Europe fait preuve d'une grande naïveté.

La dynamique est telle qu'il n'y a quasimment aucune chance (si tant est que ce soit une chance...) de revenir une Europe "protectrice". Par contre rien n'empêche d'introduire des pénalités environnementales, sociales ou autre afin de ré-équilibrer quelque peu le jeu mondial de la concurrence où les européens sont des cocus naïfs.

Bonne nuit!

Écrit par : actus | 07/03/2010

Très bon sujet, très pertinent au regard de ce qui s'est passé en Islande. J'apporte une contribution lamentable : Chirac est le Tino Rossi de la politique "Ô ma bella Catharina Chi Chi". Désolé...

Écrit par : Mathaf Hacker | 08/03/2010

Actus, d'accord sur la plupart de ce que tu as écrit.

Mais je confirme, l'Europe a été vendu comme protectrice.
D'où le décalage.
Je persiste à penser que la dynamique qui abolit les protrections douanières peut être inversée.
Mais encore faut-il une vraie volonté politique qui soit plus forte que la volonté économique.
Il ne faut pas se leurrer non plus.
Dans le reste du Monde on assiste à la naissance d'une oligarchie dont font partie nos sociétés du CAC40.

Qu'on ne vienne surtout pas me dire que la "libre concurrence" mondiale va tout résoudre.
Non ! Les Multinationales produisent là où c'est moins cher.

Écrit par : elmone | 08/03/2010

Pas envie de lire les commentaires.
A mon sens, la seule possibilité de faire vivre une véritable Europe, ce serait de supprimer les Etats.
Aujourd'hui, la concurrence entre textes européens et textes nationaux indique bien qu'un truc déconne.
Et la suppression des Etats obligera à la mise en plac d'un contrôle démocratique du Machin bruxellois !
:-))

[Propos à nuancer, bien sûr ! :-)) ].

Écrit par : Monsieur Poireau | 09/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu