Avertir le modérateur

14/05/2010

Hé bien parlons de DSK !

dominique-strauss-kahn-dsk_289.jpgJe viens de lire le faucon. Cela ajouté aux commentaires sur mon billet d'hier, je vais donc donner mon sentiment.

Ainsi, la candidature à la présidentielle de DSK serait opportune car plus qu'Aubry (entre autres), il est susceptible de rassembler les Français sur son nom.

Certains de gens de droite seraient prêts à voter pour DSK en votant contre Sarkozy. Et ce qui compte, c'est avoir plus de voix pour l'adversaire.

Admettons ! Pourquoi pas ?

Pourtant, il me semble qu'avant de rassembler les Français, un candidat doit savoir rassembler son propre camp ! C'est ce que n'avait pas su faire Ségolène Royal et c'est que qu'avait su faire Nicolas Sarkozy !

L'élection présidentielle est à 2 tours, le 1er tour doit servir à compter ses troupes et celles de ses alliés.

En outre, à quoi servirait de rassembler les Français sur son nom dès le 1er tour (voire avant les élections) ? Sur quel projet ?

Un consensus ?? Sur quoi ??!! Sur les retraites ?!

Et puis il faut savoir ce que l'on veut ! 2 clones au 2nd tour ? 2 projets quasi identiques émanant de 2 candidats distincts uniquement par leur physique ? Devra-t-on choisir entre blanc bonnet et bonnet blanc ?

Non ! Je pense que le candidat de la Gauche doit avant tout rassembler son camp et préparer ses alliances. Quitte à tenter faire le rassemblement des Français ensuite.

Nicolas Sarkozy l'avait parfaitement réussi jusqu'à la première semaine de son quinquennat !

10:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : dsk, strauss-kahn, ps, presidentielles |

Commentaires

Complétement d'accord avec ton analyse, il nous faut un candidat bien de gauche...

Écrit par : Stef | 14/05/2010

Stef,

Oui, comme DSK. Tu es grotesque. Tu commences à taper dès le départ, sur le thème de la vraie gauche. Pour l'instant c'est DSK qui est le favori à gauche, donc il représente plus la gauche que n'importe quel guignol qui va s'autoproclamer de gauche.

Elmone,

On est d'accord, il faut un candidat qui rassemble. Et sans être Aubryiste (ni DSKiste, d'ailleurs), je ne vois personne d'autre qu'elle...

Écrit par : Nicolas | 14/05/2010

Je vous lis avec attention. Et suis toujours amusé de ces délivrances de 'certificat de gauche'.

Personnellement je m'en fous, je ne suis pas de gauche, donc un candidat "de gauche", marqué au fer blanc du sceau de la vraie gauche, ne sera pas le mien.

Maintenant, c'est vrai qu'il faut rassembler son camp d'abord. Sans exclure de facto ceux qui ne seraient pas de ce camp là. Parce que si on m'exclue, je ne voterai pas pour celui qui m'exclue, c'est normal...

Ca sera à voir en tous cas...

Écrit par : falconhill | 14/05/2010

Sacré débat.
Cela dit, qu'a fait Nicolas Sarkozy pour gagner.
Il a rassemblé son clan (il a même été plus loin puisqu'il a carrément absorbé l'UDF) et s'est fait élire en rassemblant les Français entre les 2 tours sur un thème notamment : la sécurité.

Écrit par : elmone | 14/05/2010

Elmone, on ne refera pas 2007, mais je crois que tu te trompes. La sécurité oui. Le pouvoir d'achat et le "travailler plus pour gagner plus" a beaucoup séduit certaines personnes qui votent traditionnellement à gauche.

Écrit par : falconhill | 14/05/2010

Falcon, ben oui je sais qu'il a aussi séduit là-dessus.
Et on a vu ce qui s'est passé.
C'est la raison pour laquelle je crois que c'est le moment ou jamais pour le candidat de gauche de se marquer dans son camp.
Et que les Français aient le choix entre un vrai candidat de gauche et un candidat (quoiqu'en dise Nicolas Sarkozy) de droite.

Écrit par : elmone | 14/05/2010

Les Français n'ignorent plus la situation économique dans laquelle se trouve le pays. Le mur de la dette est bien là, devant nous.La posture du plus à gauche adoptée par certains est dépassée et ne répond plus aux problèmes du moment ni au discours de gauche crédible, audible et responsable auquel aspirent nos concitoyens
Que veut dire maintenant "un vrai candidat de gauche"?
Je pense très sincèrement que ce discours est à côté de la plaque et que ce ne sera pas cela qui puisse faire battre Sarkozy. Gardons les yeux et les oreilles ouvertes. Se faire plaisir a ses limites.

Écrit par : Pierre | 14/05/2010

Pierre, ok pour "les yeux et les oreilles ouvertes".
J'irais même jusqu'à dire que à cette condition, n'importe quel candidat socialiste battrait Nicolas Sarkozy.

Je suis ok également pour le mur de la dette. A ceci près que paradoxalement ce gouvernement baisse les impôts ce qui profite aux plus riches (en plus avec la loi TEPA et le bouclkier fiscal).
Je pense pour ma part que si la Gauche de Jospin (celle qui a fait les 35h) avait été là, notre situation budgétaire n'aurait pas été aussi mauvaise.

Contrairement à toi Pierre, je pense qu'une politique de gauche n'est pas obligatoirement mauvaise pour le Budget de la France.

Écrit par : elmone | 14/05/2010

Politique de gauche ou politique de droite,peu importe ,elles se ressemblent plus qu'elle ne diffèrent Les cartes économiques se distribuent au niveau Européen et mondial et idem pour les règles du jeu Un pays ne peut plus jouer avec ses propres règles sauf a y laisser sa culotte Les discours sont surtout basés sur des idées recyclées du passées a droite comme a gauche Le Libéralisme sans état a démontré son caractère catastrophique et le tout état idem Le juste milieu n'est ni de gauche ,ni de droite,mais il est possible de l'habiller de rose ou de bleu,et d'ameuter les foules sur des anathèmes et des tirades :"de toujours moins d'impôts pour la droite",ou "de toujours plus de sociale pour la gauche" Chaque matin se lève un gogo qui ne demande qu'a croire Il suffit de trouver 50% de gogo plus un pour faire élire n'importe quel piquet de pâture

Écrit par : antimythe | 14/05/2010

Antimythe, je ne suis pas sûr qu'un gouvernement de gauche aurait mis en place le bouclier fiscal, aurait fouttu en l'air l'axe européen franco allemand, aurait réintégré le commandement intégré de l'OTAN, pratiqué autant de déremboursement médicamenteux ...

Écrit par : elmone | 14/05/2010

Euh le bouclier fiscal devinez de qui est l'idée a 60% certes mais...Le commandement de l'OTAN euh ...remenber la gauche en a était tenté mais la négociation a échouée L'OTAN ne voulant pas accorder de commandement a la France .... l'axe franco Allemand dezingué par la droite,peut être,mais tout cela ne fait pas une différence gauche Droite bien impressionnante Enfin,vous avez le droit d'y croire,et je pense cela plus confortable et rassurant Pour ma part,j'ai était socialiste et je ne le serais plus Pas plus que je ne serais un jour de droite je fais désormais partie de ces électeurs électrons libres,qui penchent d'un coté ou de l'autre De ceux qui votent contre a défaut de pouvoir voter pour,mais sans illusions

Écrit par : antimythe | 14/05/2010

Le bouclier fiscal sous cette forme vient du gouvernement Villepin. Certes,la gauche (Rocard) en avait établi un mais pour plafonner l'ISF qu'elle avait créé ; l'esprit n'a rien à voir !
En ce qui concerne l'OTAN, je ne voois pas à quoi tu fais référence; d'autant plus que Mitterrand (je suppose que tu veux parler de cette période) était pour un e Europe de la défense, qu'a plombée le Président Sarkozy.
Quant à l'Europe, je n'ai pas grand chose à jouter.

J'ai bien compris que tu étais déçu de la gauche.
Pour ma part, je vois qu'elle a perdu son âme avec les années frics de la fin des 90's.

Écrit par : elmone | 14/05/2010

Elmone, bouclier fiscal ou pas le problème n'est pas là: La France aura au bat mot EUR 1515 milliards à la fin de l'année 2010 (j'estime que si les deux plans de sauvetage successifs sont mis en oeuvre, on peut ajouter EUR 45 milliards); les 10 pays les plus endetteés de l'eurozone auront EUR 7775 milliards fin 2010 après ajustement des plans de sauvetage.

Comme tu le sais, ça fait plus de 15 ans que je dis et j'écris que la France s'appauvrit (car la dette ce n'est pas de l'enrichissement quand ça ne sert pas à de l'investissement). J'ai voté contre Maastricht (après avoir lu le Traité assez indigeste par ailleurs) car ça be pouvait pas fonctionner avec des économies aussi différentes: l'euro était une construction politique et non une construction économique.

La cosntruction européenne a été dogmatique et non pragmatique et on en voit le résultat aujorud'hui. Les socialistes (enfin la pluaprt à al direction) sont également dogmatiques (35h etc.).

Pour redistribuer il faut créer de la richesse, chose que la France fait plus que péniblement depuis des décennies, d'où la nécessité de réforùes de fond et non de rodomonatdes et d'effets de manche qui se termineent en réformette comme Sarkozy (son coup sur on va faire rendre gorge aux spéculateurs m'a bien fait rire: démagogie mais totale méconnaissance des marchés).

Mercredi, j'ai publié sur mon blog qui est basé sur le précédant mais assez largement revu et corrigé (il y a quelques typo et corrections mineures que 'jai approtée hier sori pour sa pblication la semaine prochaine).

L'euro sera dévalué car il n'y a pas d'autre solution pour relancer une eurozone dont la croissance depuis sa création a été la plus faible de tous les ensembles économiques. C ne résoud cependant pas la contradiction de mélanger dans une même zone des économies à la compétitivité si différente, d'où ma suggestion d'une sortie de l'Allemagne et des pays d'Europe du Nord pour créer une zone DM.
Politiquement incorrect, mais ça, tu sais que je m'en moque!

http://marketsandbeyond.blogspot.com/2010/05/greece-europe-and-future-after-eur-750.html

Écrit par : actus | 15/05/2010

Actus, Europe création politique. Probablement au départ. Mais qui a laissé tout pouvoir à l'économique.
La seule volonté politique de l'Europe semble être le laisser faire économique. Et du fait de la crise c'est la panique à bord !

Écrit par : elmone | 15/05/2010

Je marque mon désaccord avec toi: création politique qui a continué d'être dirigée par la politique d'où l'absence de réformes de fond (retraites en autres) et déficits budgétaires. La finnace ne créée pas els déficit, les décisions politiques (ou leur absence) oui.

L'économie/finance est pragmatique, la politique est dogmatique; les faits sont pragmatiques. le résultat est une cris du surendettement par manque de décisions politiques courageuses (et impopulaires).

Écrit par : actus | 15/05/2010

Je ne suis pas suffisamment économiste pour te répondre de façon certaine. Cela étant, il a bien fallu injecter des fonds pour renflouer les banques qui ont pris des risques financiers (et non pas économiques).

Je crois pour ma part, que la finance peut créer du déficit public.

Même si, comme toi je suppose, je pense qu'un déficit budgétaire doit essentiellement servir à l'investissement et non à financer les dépenses de fonctionnement.

Écrit par : elmone | 15/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu