Avertir le modérateur

12/12/2010

Quand l'Italie s'éveillera...

804863-965434.jpgJe n'ai pas l'habitude sur ce blog de me mêler de politique étrangère.

Mais je dois dire que ce qui est en train de se passer en Italie me rassure un peu.

A l'appel du Parti Démocrate, plusieurs dizaines de milliers de citoyens se sont mobilisés ce samedi pour manifester contre Silvio Berlusconi.

J'apprends aussi qu'une enquête vient de démarrer chez nos voisins contre il cavaliere, accusé d'acheter des voix au Parlement.

Plusieurs fois j'ai été tenté de faire le parallèle entre notre Président et Mr Berlusconi.

A tort.

Nicolas Sarkozy n'arrive pas à la cheville du Président du Conseil italien dans la malhonnêteté ou la vulgarité.

A l'occasion de mes visites en Italie ces dernières années, j'avais été surpris de la popularité de Mr Berlusconi. Les Italiens l'aimaient bien car il était actif par rapport aux autres hommes politiques. Je ne voyais pas en quoi.

Toujours était il que le Président italien gesticulait suffisamment pour faire croire qu'il agissait.

Mais le peuple italien ne pouvait rester dupe encore longtemps.

Rappelons-nous que Silvio Berlusconi a été porté 3 fois au pouvoir en Italie. Mieux que Georges W Bush.

Commentaires

Votre titre est très juste, mais moins comme une promesse que comme un vœu ; on devrait d'ailleurs y adjoindre la forme interrogative tant laisse songeur l'anémie dans laquelle est plongée une très grande majorité d'Italiens. Ce peuple est aujourd'hui comme résigné face à sa classe politique, aux gens de pouvoir et à la situation catastrophique de son économie et de son avenir ; pas dupes certes, mais résignés...

La faute à Berlusconi évidemment - présent depuis 1993, dont peu ou prou 9 ans à la tête des affaires (sans jeu de mot...) - mais aussi d'une opposition totalement inopérante depuis la chute de la Démocratie Chrétienne, parti historique. Que ce soit, depuis des années, des comiques comme Roberto Benigni ou Beppe Grillo et d'autres qui s'opposent et fassent entendre un discours offensif est symptomatique !

Vous avez raison de dire que Berlusconi est un cran au-dessus en comparaison des dérives du sarkozisme, mais pour le reste, la France prend un dangereux chemin parallèle ; là encore, les oppositions (partis de gauche modérés ou moins) sont dans le même état, laissant libre cours à ces dérives et n'offrant pas l'alternative démocratique nécessaire.

La semaine prochaine aura lieu un vote de confiance qui pourrait enfin faire sauter ce fossoyeur de tout un pays ; une enquête vient cependant d'être ouverte pour de très forts soupçons de corruption de députés afin qu'ils apportent leur voix au président du Conseil ; voilà, entre corrupteurs et corrompus, une parfaite illustration de l'ambiance et de l'action politique italiennes ! Berlusconi n'a qu'une hantise, qu'on le débarrasse de son immunité et qu'il se retrouve devant les tribunaux pour la réouverture de trop nombreuses affaires auxquelles il est mêlé...

Pendant ce temps-là, tout un pays trinque mais l'avenir, quel qu'il soit, reste extrêmement sombre ; qui après Berlusconi ?

Ces lignes sont écrites par quelqu'un qui vit dans ce pays depuis six ans et qui n'a qu'une hâte : le quitter, justement à cause de tout cela, en ressentant les conséquences dans la vie de tous les jours et pas seulement d'un point de vue économique...

;-)

PS : Petit rectificatif. Berlusconi a été porté au pouvoir (même s'il ne s'agit pas d'un vote direct mais de celui d'une majorité) trois fois, et non deux : 1994, 2001 et 2008.

Écrit par : Dick Sit | 12/12/2010

Berlu est est un bussinessman, normal qu'il veuille mettre un rapport d'intérêts économiques dans tous les domaines. Pourquoi la représentation populaire et les assemblées doivent-elles y déroger ?

Le problème supplémentaire des Italiens , si je puis dire, est qu'il ne doivent attendre aucun soutien d'une quelconque coalition de gauche européenne pour virer l'énergumène. Nous voyons bien, surtout en France pays qui habituellement soutient et donne un écho international à ce genre de causes, que les sociétés sont empêtrées dans une politique inhibitrice. Des droites idéologiquement rigides prennent le pouvoir et posent un couvercle de plomb sur la société. Les Italiens devront se débrouiller, comme le font les étudiants anglais et comme l'ont fait les Grecs et le feront les portugais.
Nous ne sommes pas loin de vivre des périodes sombres. Disons ... gris claires.

Écrit par : captainhaka | 12/12/2010

Dick Sit, merci pour tes précisons fort intéressantes.

Cap, le crois que les partis européens n'ont plus d'idéologie. Le silence ou la gêne à un moment du PS sur ce qui se passe en Côte d'Ivoire est révélateur.

Écrit par : elmone | 12/12/2010

La motion de censure a échoué (de seulement 3 voix à la chambre des députés soit, mais majorité quand même)...

Écrit par : actus | 14/12/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu