Avertir le modérateur

15/01/2012

François Fillon et les agences de notation !

fillon, notation, aaa, aa+, hollande, sarkozyMes 2 billets d'hier ont porté sur les agences de notation et la perte du triple A.

Les collègues qui me lisent en général savent que ce qui m'agace le plus, c'est le pouvoir grandissant de ces agences et le fait qu'elles justifient les politiques de rigueur lancées un peu partout en Europe.

Là, avec Mr Fillon (qui est habituellement beaucoup plus mesuré), on vient d'atteindre un sommet.

Face aux attaques de François Hollande suite à la perte du triple A, il propose ni plus ni moins que ce dernier soumette son programme électoral à Standard & Poor's !!!! (cf le JDD).

Je crois rêver ... Mais non !

Le Premier Ministre valide le pouvoir de décision des agences de notation sur les programmes économiques.

Quand on pense que Mr Fillon est issu d'un courant (RPR tendance Seguin) qui ne voulait pas reconnaître la supra-nationalité de l'Union Européenne ! Et là, il est prêt à valider un abandon de souveraineté au profit d'une agence de notation dans laquelle la représentation démocratique est absolument inexistante !

Un comble !

10:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fillon, notation, aaa, aa+, hollande, sarkozy |

Commentaires

Il est mauvais joueur...

Écrit par : Stef | 15/01/2012

En fait, vous êtes marrants à gauche.
Vous suivez à fond à fond à fond derrière les agences de notation quand ça vous arrange (ie quand ça tape sur ceux qui sont à la place que vous rêvez que vos copains récupèrent). Mais vous gueulez quand on vous parle de voir si vos idées et votre programme seraient mieux acceptés par les agences (les autres pays qui étaient à gauche dans l'UE ont pris chers)...

Enfin bon, vous faites campagnes, vous aurez tort de vous priver d'utiliser tout ce qui est utilisable pour vos desseins (et vous n'êtes pas à une contradiction près). Mais bon, peut être pouvez vous laisser Seguin, qui n'a rien demandé...

(mais bon j'ai toujours pas compris quand même. Si les agences de notation c'est mal, on devrait s'en foutre de la note de Standards & les pauvres, non ?)

Écrit par : falconhill | 15/01/2012

Stef, je ne sais pas ... Il doit être en service commandé ...

Faucon, les egences existent depuis 1 siècle environ. Jusqu'à il y a un an, je m'en fouttais royalement de ces agences à la c...
Depuis 1 an, elles décident de la politique européenne.
En ce qui concerne les contradictions. Rappelle-toi que le Gouvernement voulait mettre en place la règle d'or budgétaire dans la Constitution en arguant de ce que cela plairait aux agences de notation.
Et aujourd'hui le ministre de l'économie dit que ce n'est pas si important.

Mais bon ... La Gauche est en campagne donc un peu de mauvaise foi ! A la différence du Président qui lui n'est pas en campagne .....(soupir) !

Écrit par : elmone | 15/01/2012

à Stef : Otez moi d'un doute : C'est Hollande ou c'est Fillon qui veut soumettre le programme de la gauche aux agences de notation ? Mais bon quand on est en campagne, tous les arguments sont bons, c'est vrai ! Comment ça vous n'êtes pas en campagne ? Ah bon, Fillon non plus ? Ben ça alors, je croyais...

Écrit par : elia | 15/01/2012

"Depuis 1 an, elles décident de la politique européenne."

Absolument pas, et je m'étonne, Elmone, que tu entonnes ce refrain. Bruxelles et les autres capitales européennes sont +/- 6-12 mois derrière les évènements par aveuglement, dogamatisme, incompétence, mensonge (quelque soit le qualificatif, ça n'a que peu d'importance) et ont créé une zone euro sur des fondements qui ne pouvaient que s'écrouler: j'ai voté contre le Traité de Maastricht car je me suis toujorus demandé comment des économies ausi éloignées que celles de la Grèce et du Portugal d'une aprt et celles de l'Allemagne et de la Hollande d'autre aprt pouvaient fonctionner dans une zone monétaire commune.

Cet aveuglement de la constrcution européenne teintée d'anatème contre ceux qui osaient mettre en doute le dogme régnant tenait en son sein les germes de l'échec.

Et bien sûr ceux qui otn oeuvré dans l'erreur depuis 20-25 ans ne veulent ps reconnaître leurs erreurs, donc ils essayent de résoudre la crise à force de moultes expédients.

"En ce qui concerne les contradictions. Rappelle-toi que le Gouvernement voulait mettre en place la règle d'or budgétaire dans la Constitution en arguant de ce que cela plairait aux agences de notation."

La règle d'or est une foutaise puisque de toutes façons les critères du Traité de Maastricht n'ont pas été respectés, or de mémoire un Traité est supérieur à une cosntitution nationale. Et, les agences de notations en sont là que pour expliquer que c'est contraint et forcé que le gouvernement doit appliquer cette règle.

il s'agit simplement de bon sens: aucun Etat ne peut dépenser plus que ses recettes, hors dépenses d'infrastructure (et encore faut-il être raisonnable). Comme je l'ai déjà écrit: entre 1980 et 2011 croissance du PIB +345%, croissance de la dette 1775%, tout est dit.

Qu'on le veuille ou pas, la réduction de la dette se fera pâr une réduction des dépenses de focntionnement de l'Etat, et plsu encore des régions, des communes, des conseils généraux. (notamment baisse des effectifs, baisse des salaires, un mix de deux).

Quant au AA+, c'est bien évidemment une plaisanterie: la France devrait au maximum être A.

P.S. Pas terrible les conseils qu'Alain Minc a donné au Président lorsqu'il a indiqué que le AAa était un trésor national sur lequel il n'était pas question de trnasiger, un peu comme la ligne bleue des Vosges...

Écrit par : actus | 15/01/2012

Actus, en fait personne n'aurait rien à foutre des agences si elles ne décidaient pas des taux auxquels les marchés prêtent.
C'est en ce sens que je dis que les Etats ont renoncé à leur souveraineté.
Une autre façon d'éviter le déficit est d'augmenter l'impôt (même si tu n'es pas ok avec ça).
Pour le reste, tu as raison on doit s'attendre à une nouvelle baisse de notation. Autant s'y préparer.

Écrit par : elmone | 15/01/2012

1) Je dois te contredire Elmone, ce ne sot asp els ganeces de notation qui fixent les taux mais les investisseurs: pour preuve le différentiel de taux enter les emprunts d'état allemand et français à 10 ans n'a fait que s'accroître depuis le début de mois de juin pour atteindre +/- 1.2% aujourd'hui, soit 3 x plus; or les deu pays avaient leur AAA.

Les agences ne servent à mon avis strictement à rien: leur seule justification découl des règles (hé oui la réglementation) édictées par la BRI (Banque des Règlements Internationaux) qui est l'organisme qui liste pour chaque catégorie de risque les fodns propres nécessaires; et le risque est déterminée par le rating donné par les agences de notation...

2) le renoncement à la souveraineté n'est pas volontaire mais la conséquence normale de 30 ans d'impéritie de la part d'une classe dirigeante qu'elle soit de droite ou de gauche : quand on est surendetté on pêrd son indépendance; c'est vrai pour les ménages, pour els entreprises et pour els Etats.

La France vit de l'endettement depuis la fin des années 70 et il faut payer l'addition: ceci a commencé, et cette tendance va s'accentuer, par la paupérisation de la population, des classes moyennes en particulier.

On ne s'ens ortira qu'en réorientant la main d'oeuvre vers le secteur marchand qui est créateur de croissance et en libéralisant l'économie (ce qui n'a jamais été fait en France ou en Europe d'ailleurs). Oui, cela va faire mal, mais au bord du précipice on n'a de choix qu'entre le suicide ou changer de route.

3) "Une autre façon d'éviter le déficit est d'augmenter l'impôt (même si tu n'es pas ok avec ça). " Au risque de t'étonner, pas nécessairement contre, si l'effort entrepris pour une durée limitée a pour objectif de résoudre une bonne fois pour toute nos defficicence, et résulte dans une réduction drastique du poids de la fonction publique (territoriale en aprticulier) et d'une révision fondamentale du système de redistribution; sinon, ça ferait comme pour la Grèce, mettre de l'argent dans le tonneau des danaïdes.
Je mets cependant un bémol à mon commentaire, car eu égard au niveau des prélèvement obligatoire en France, je en suis aps certain que la limite ne soit aps déjà atteinte. Je suis apr contre tout à fait favorable à la suppression de nombreuses niches fiscales (en commençant apr celle qui permet aux jorunaliste d'avoir une déducttion forfaire qui déroge au droit commun) ou la suprpession de certaines primes qui remontent à des temps anté-diluviens par exemple pour las cheminots à la SNCF ou à la Poste. Je suis apr contre totalement favoravble à l'augmentation des effectif dans les hôpitaux (indirmière en aprticuleir) et à al revalorisation de leurs salaires. Par contre je demeure persuadé que les effectifs de pôle emploi devraient êtres réduits de façon drastique.

Hormis pour les rôles régaliens de l'Etat, la fonction publique ne devrait pas donner lieu à un job à vie.

Enfin je suis très favorable à une réforme de fonds de la focntion territoriale en nous limitant à deux niveaux: les mairies (pour la proximité) et la région (pour avoir un ensemble économique suffisamment puissant).

Écrit par : actus | 16/01/2012

petits rectificatifs:
actus:
1) les investisseurs ne fixent rien, ce sont des "price takers", mais je crois comprendre que tu sous-entends qu'ils participent à la valeur du taux, alors je me limiterais à dire que ce sont principalement les sociétés financières et entreprises qui agissent sur les différentiels.
2) les agences servent! Pendant 1 siècle on a considéré que c'était bien de laisser faire tout et n'importe quoi. Avec l'effondrement des subprime et le scandal Lehman (qui de toute facon fait suite au scandal Enron), les bien pensants, européens aussi, ont considéré qu'il fallait mettre des règles, notamment de gouvernance. A partir de ce moment là, on a "ordonné" aux gestionnaires de fonds de pension et autres gestionnaires d'argent des contribuables et assurances de suivre les agences de notation dans l'allocation de leurs capitaux dédiés au secteur des bons des différents trésor. Bref si la note baisse, moins de fonds de pension et autres achèteront les bons francais, et parce que moins en achètent, le taux monte (le pays doit "séduire" plus en augmentant les taux), et inversement. Donc on ne peut raller contre quelque chose que nous avons nous memes élaboré pour l'intéret public.
3) au lieu de partir dans des discours très en vogue au niveau politique, cad les niches fiscales, il faut tout simplement noter 1 chose: la France tire 1/3 de ses revenus du tourisme (au sens général). 1er pays touristique au monde, il est aussi le pays qui profite financièrement le plus du tourisme. C'est aussi le pays de LVMH et toutes les autres marques de luxe. Enfin, il est le pays de Total et d'autres groupes pétrolifaires. Sans partir dans un débat, je souhaiterais vous mener à une réflexion: trouvez-vous normal qu'un francais allant acheter une paire de chaussettes paie la meme TVA qu'un Japonais qui vient acheter une valise Vuitton à 15,000 euros?
Une TVA juste serait le premier pas vers la sortie des déficits. Mais alors je continuerai et dirais, avez-vous déjà vu un seul politique ne pas s'incliner devant les lobbys pharma, pétro, luxe et banque? Au pays des grandes gueules, nous sommes vraiment des petites b****...
A bon entendeur...

Écrit par : skp | 17/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu