Avertir le modérateur

01/05/2013

L'UMP subventionnée par le terrorisme.

khadafi_addis-500x281.jpgHa il est bien lointain le temps où la Gauche était achetée par Moscou.

La Droite a fait mieux !

Maintenant, le doute est de moins en moins permis : la campagne de Nicolas Sarkozy a été en partie financée par la Libye du colonel Kadhafi.

Personne ne peut raisonnablement croire que l'argent liquide (500 000 Euros tout de même) trouvé chez Claude Guéant provienne exclusivement de la vente de 2 tableaux.(voir le monde entre autres)

Il faut en effet se rappeler des déclarations de Mr Takiéddine faisant déjà référence à ce flux d'argent.

Il existe également une vidéo (je l'ai vu) de Kadhafi qui suite à la guerre menée par la France contre la Libye, déclare ahuri que Nicolas Sarkozy est fou de l'attaquer alors que c'est grâce à lui qu'il a été élu.

Mr Guéant patauge dans sa défense. Il n'est que de l'entendre justifier une partie de son pactole par la perception aussi de commissions illicites (et défiscalisées).

J'entends que Mr Hollande veut mettre en place une République exemplaire. Hé ben je lui souhaite bien du plaisir parce que ce n'est pas gagné.

Et puis pour le dessert, une entrevue de Mr Takieddine à écouter absolument.


09:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : kadhafi, takieddine, gueant, libye |

Commentaires

Le Canard Enchaîné a interrogé Claude Guéant sur les 500 000 euros qui avaient été envoyés depuis l'étranger et qui avaient été versés sur son compte bancaire.

Lisez cet article à pleurer de rire :

Pour justifier le versement sur son compte de 500 000 euros, l'ex-ministre de l'Intérieur jure avoir vendu, en 2008, à un confrère avocat, deux tableaux - deux marines du XVIIe siècle - signées d'un peintre hollandais. Il affirme avoir en sa possession toutes les pièces justificatives de cette vente. Ainsi que les certificats d'authenticité des oeuvres. Tout en s'étonnant que les enquêteurs ne les lui aient pas demandés lors de leurs visites, Guéant met ces justificatifs à la disposition de la justice. Bizarrement, il a du mal à se souvenir précisément du nom de l'artiste batave. Parce qu'il ne pouvait plus le voir en peinture ?
Un haut-fonctionnaire des Douanes ricane et explique au "Canard" que le coup de la vente d'une oeuvre d'art est un grand classique pour blanchir de l'argent.

Le Canard Enchaîné, mardi 30 avril 2013, page 3.

Et ceci pour continuer à rigoler encore plus :

http://untableaupourgueant.tumblr.com/

Écrit par : BA | 01/05/2013

Merci BA. Oui : à pleurer de rire.

Écrit par : elmone | 01/05/2013

Mardi 7 mai 2013 :

Primes de cabinet : la note qui embarrasse Claude Guéant.

L'ex-ministre aurait supprimé les primes occultes en liquide lorsqu'il dirigeait la police en 1998. Des versements dont il affirme pourtant avoir bénéficié jusqu'en 2006.

La défense de Claude Guéant continue de se déliter. L'ex-ministre de l'Intérieur avait interdit, lorsqu'il était le patron de la police en 1998, de puiser dans les frais de police pour verser des primes, ce dont il affirme avoir pourtant bénéficié jusqu'en 2006, selon une note publiée par le "Canard enchaîné" à paraître mercredi 8 mai.

L'ex-locataire de la Place Beauvau assure avoir touché des primes versées en liquide, évoquant des "frais de police", officiellement dénommés "frais d'enquête et de surveillance" pour justifier la découverte de factures réglées en espèces pour un montant, selon lui, de 20.000 à 25.000 euros lors d'une perquisition le visant en février. Selon Claude Guéant, ces primes lui ont été versées jusqu'en 2006.

Les enquêteurs ont également découvert la somme de 500.000 euros sur l'un de ses comptes lors de cette perquisition, qu'il a justifiée par la vente de deux tableaux.

Mais, selon "Le Canard enchaîné", Claude Guéant, lorsqu'il était directeur général de la police nationale (DGPN), avait signé le 3 février 1998, une note adressée aux différents chefs de la police détaillant les "modalités d'application" de ces frais d'enquête et de surveillance.

Cette note explique que ces crédits "peuvent être utilisés pour le recueil de renseignements, la rémunération d'informateurs, l'acquisition de matériels ou la mise à disposition de moyens d'investigation", mais ne doivent "en aucun cas" être "considérés comme permettant d'alimenter un régime indemnitaire". En clair, Claude Guéant interdisait que ce fonds serve à financer des primes occultes en liquide, non déclarées.

"Le Canard dit ce qu'il veut. Par contre la date [de la note, datée du 3 février 1998, NDLR] m'intrigue un peu car j'ai quitté mes fonctions de directeur général [de la police nationale] au lendemain de l'assassinat de Claude Erignac", a réagi Claude Guéant.

Le préfet Claude Erignac avait été tué le 6 février 1998, soit trois jours après la date figurant sur la note publiée par "Le Canard enchaîné".

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a diligenté jeudi une enquête administrative sur ces primes, confiée à l'inspection générale de l'administration et à l'inspection générale de la police nationale.

Plusieurs syndicats ont réagi après les déclarations de Claude Guéant, l'un d'eux, FO-Centrale des personnels du ministère de l'Intérieur, lui demandant de "rendre l'argent", la CGT-Police évoquant elle un "détournement de fonds publics".

http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20130506.OBS8350/primes-de-cabinet-la-note-qui-embarrasse-claude-gueant.html

Écrit par : BA | 06/05/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu