Avertir le modérateur

31/03/2012

Nicolas Sarkozy pire gestionnaire de l'Histoire ...

... En matière budgétaire.

Ce n'est pas moi qui le dit, ce sont Michel Sapin (ex ministre du budget et actuel directeur de campagne de François Hollande) ainsi que Jétome Cahuzac (Président de la commission des finances de l'Assemblée Nationale).

Nous savions que depuis 2007, la dette publique avait augmenté de 500 milliards d'Euros.

Nous apprenons que Nicolas Sarkozy est responsble des 6 deficits les plus importants de notre histoire budgétaire récente. Que ce soit en tant que Président de la République, ou en tant que Ministre du Budget (voir le monde)

Eloquent non ?

Quand on pense que le même Nicolas Sarkozy déclarait il n'y a pas si longtemps vouloir mettre en place la règle d'or budgétare interdisant les déficits en faisant (au passage) la leçon au PS ....

ps. Bah ... Maintenant le Président se fiche du budget, puisque l'actu permet de recentrer la campagne sur la Sécurité.

09:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cahuzac, sapin, budget, dette, déficit, sarkozy |

07/09/2011

Et la loi Scellier ??

scellier,niche,fiscale,dette,déficit,apparuOn parle beaucoup en ce moment du ré-équilibrage nécessaire de nos finances publiques et de la remise en cause des niches fiscales qui grèvent notre Budget.

Je viens de regarder LCI et la plupart des titres portent sur les déficits budgétaires en général (le plan de sauvegarde de la Grèce, l'accord des Juges Constitutionnels allemands, l'acceptation de la règle d'or par le Parlement espagnol).

Nous sommes en pleine intoxication !

Oui ... Rappelez-vous que tout le monde il y a encore 3 ans se fouttait royalement des déficits (à part Mr Bayrou et peut-être Mme Royal).

Le Gouvernement souhaite désormais qu'on en parle de  la dette publique ! Si possible en évitant de rappeler qu'il en est responsable à concurrence de la moitié ....

Oui ... Car voyez-vous nous avons affaire à un Gouvernement responsable (c'est pas comme ces socialistes) qui veut graver dans le marbre de la Constitution l'obligation de voter un Budget en équilibre.

Oui ... Nous avons un Gouvernement qui désormais n'hésite plus à taxer les riches (ceux qui gagnent plus de 500 000 Euros par an) et même à imposer de 2% les chambres d'hôtel de plus de 200 Euros la nuit !

Nous avons un Gouvernement exemplaire désormais. Un Gouvernement prêt pour 2012 .....

Pourtant, il est une niche à laquelle il serait bon de toucher !

La loi Scellier ! Vous la connaissez forécment on en voit des pubs sur le net.

Cette loi Scellier (héritière des lois Madelin, Méhaignerie ...) a pour objectif de favoriser l'investissement locatif. Elle permet donc à un particulier (suffisamment aisé pour avoir l'aval des banques, et être suffisamment imposable ) de se faire financer une partie de son investissement par l'Etat !

Cette loi permet de ne plus être imposable pendant 9 ans !!! Elle permet d'économiser presque un tiers de la valeur du bien immobilier !!!! (voir ici)

Bien entendu cette loi ne profite pas aux smicards et autres classes moyennes ....

Tout juste aux classes moyennes supérieures et celles du-dessus !

Quand on voit l'ampleur de cet avantage fiscal, on se dit qu'il doit avoir une utilité ... Qu'il est fait dans l'intérêt général ...

On peut en douter.

On sait qu'en France il manque de logements sociaux, que Mr Apparu brille par son absence. En ce qui concerne les loyers dans le secteur privé, ils sont tellement élevés que le taux de non paiement est en hausse.(voir le monde).

Doit on vraiment compter sur le secteur privé pour loger tout le monde ? Je ne pense pas.

En tous les cas, je ne vois pas l'utilité du maintien de l'avantage Scellier.

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : scellier, niche, fiscale, dette, déficit, apparu |

07/08/2011

Bayrou avait raison avant les autres. (en tous cas, il avait vu avant !)

sarkozy,bayrou,deficit,budget,budgetaireStandard & poors vient donc de baisser la note des USA. De AAA l'oncle Sam est passé vendredi à AA+ ! Avec une forte probabilité de passage bientôt à AA ...

Comme le dit le blog ça réagit vers qui nous envoie Jégoun), il y aura des conséquences politiques et économiques chez nous. le blogueur en appelle à la responsabilité des politiques.

Je vois d'ici les exhortations du Gouvernement à faire accepter par la gauche le principe du vote devant le congré de cette fameuse règle d'or.

J'ai déjà exprimé ici ce que je pensais de la règle d'or et pourquoi je suis contre !

Personne, il y a encore quelques semaines ne parlait de cette désormais règle d'or, ni ne savait ce qu'elle était.

J'ajoute, que jusque l'année dernière le Gouvernement n'était pas spécialement attentif aux déficits récurrents. Le pacte de stabilité et de croissance qui "impose" aux pays de l'UE d'avoir un déficit budgétaire inférieur ou égal à 3,5% du PIB (et une dette inférieure ou égale à 60% du PIB) était au contraire considéré comme un frein par Nicolas Sarkozy.

Un seul homme politique avait attiré l'attention sur la nécessité de l'équilibre budgétaire rapide.

C'est François Bayrou. Il a même axé sa campagne électorale de 2007 sur ça !

Je ne suis pas devenu bayrouiste, ni même centriste ! Non ! Mais il faut lui reconnaître ce mérite.

Je ne sais pas s'il a vu juste avant les autres, mais en tous cas, il a vu avant les autres. Et je remarque qu'à la différence des dirigeants de l'UMP, il se garde de jeter de l'huile sur le feu.

J'apprécie donc cela.

Mais pour ma part, je suis et je reste contre cette règle d'or.

01/08/2011

Il faut augmenter l'impôt sur le revenu.

Budget-200x300.jpgLe titre de ce billet peut être vu comme une volonté de faire réagir, voire une provocation.

Ce n'est pas le cas.

Faisons un bref rappel historique. Jacques Chirac, peu avant son 2è mandat en 2002 annonce son intention de diminuer l'impôt sur le revenu (comprendre baisser la pression fiscale).

Il est vrai que dans le monde occidental, la France fait figure d'épouventail en matière de politique fiscale.

L'impôt sur le revenu stagne voire diminue effectivement !

Une fois élu, Nicolas Sarkozy continue cette politique de diminution de l'impôt sur le revenu et bien sûr le fait savoir.

On commence à s'apercevoir et à comprendre que cette politique fiscale bénéficie surtout aux classes les plus aisées. Pis, avec le bouclier fiscal et la diminution de l'ISF (qui certes porte sur le patrimoine et non le revenu), on comprend que plus un Français est riche, moins il subira la pression fiscale.

A l'évidence, ce sont les classes moyennes qui bénéficieront le moins de la politique de baisse de l'impôt sur le revenu !!!

Voilà pour le contexte ....

Là dessus en 2008, la crise boursière, puis financière, puis économique arrive des USA et impacte directement l'économie française.

Ailleurs en Europe, l'Irlande est au bord de la faillite, puis les PIGS (sympa l'acronyme) sont mis au ban de l'UE.

On nous explique donc que malgré la crise financière, qui forcément diminue les recettes des Etats et donc crée du déficit, il faut absolument ré-équilibrer les comptes des Etats et donc dépenser moins !!!

Pis ! La France (et une bonne partie de l'UE) soutient que malgré la crise il faut poursuivre la diminution des impôts directs !!!

En clair, il manque d'argent dans les caisses de l'Etat, et on diminue ses ressources. Ajoutez à cela la règle d'or défendue par le Gouvernement Fillon ....

Si nos gouvernants voulaient étrangler les Etats, ils ne s'y prendraient pas autrement.

Mais peut-être est-ce cela le but ultime ?! Faire qu'il y ait moins d'Etat et que le Pouvoir Economique prenne définitivement le pas sur le Pouvoir Politique ...

21:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : crise, budget, deficit, sarkozy, ue, pigs, impots |

26/07/2011

La lettre ouverte du Président aux députés et sénateurs

congres-versailles-19022006_1171933079.1245240123.jpgHa on ne le refera pas not' bon président.

Le déficit budgétaire a doublé entre 2007 et 2012 et notre Président s'érige en défenseur de l'équilibre budgétaire.

Mieux, il propose de modifier la Constitution afin de limiter voire interdire les déficits dans l'avenir.

Sur le fond j'effectuerais bien une remarque. N'est-ce pas se faire hara-kiri que de renoncer à une politique budgétaire déficitaire ? Par le passé cela a parfois bien fonctionné !

Supposons qu'une crise apparaisse ! Alons nous nous interdire de faire une politique de relance sous prétexte que cela causerait du déficit ? Ou alors comme cela devient la tendance nos députés rogneront-ils sur les dépenses d'urgence ?

Sur la forme. Il envoie une lettre aux parlementaires pour les placer devant leurs responsabilités (ou les faire réfléchir selon Mme Pécresse) face au déficit budgétaire.

Cette lettre d'ailleurs se termine ainsi : "la France, tout le monde le comprendra, doit être exemplaire dans la remise en ordre de ses comptes publics et de son économie. Elle a commencé à l'être en engageant l'assainissement de ses finances publiques et en œuvrant pour le renforcement de sa compétitivité. Elle doit continuer.

Dans les circonstances exceptionnelles que connaît l'Europe ces derniers mois, je souhaitais par ce courrier vous informer personnellement de ces décisions que nous avons prises ensemble avec nos partenaires européens. Nous l'avons fait en pensant à l'avenir des peuples et des générations futures, en privilégiant l'intérêt général, au détriment de sensibilités politiques parfois différentes et d'intérêts nationaux qui, dans le passé, ont pu contribuer parfois à nous diviser.

En France, dans les mois qui viennent, nous avons besoin aussi de nous rassembler sur ces questions essentielles, au-delà des intérêts partisans. La représentation nationale que vous incarnez jouera, j'en suis sûr, un rôle majeur pour assurer le sens de notre responsabilité commune face à l'Histoire."

Si le terme "règle d'or" n'apparaît pas dans la lettre, le sens est clair. Et c'est en vue de la réunion du congré seul à même (avec le référendum) de modifier la Constitution et y inclure cette fameuse "règle d'or".

Le problème de Nicolas Sarkozy pour faire passer cette modification est qu'il a besoin des voix des socialistes (la majorité est atteinte aux 3/5 des sénateurs et députés).

D'où la lettre.

Et le piège est fermé car de 2 choses l'une !

Soit les socialistes votent la modification souhaitée et le Président endosse le rôle de rassembleur ce qui est fun en campagne électorale.

Soit ils refusent de la voter et l'opposition socialiste fera office d'irresponsable aux yeux de l'opinion.

Pourtant, cette façon d'envoyer une lettre aux parlementaires relève de l'inédit dans l'histoire de la Vème République. Cela constitue une atteinte certaine à la séparation des pouvoirs.

Comme le rappelle le sénateur Bel,il n'existe que 2 cas de communication du Président au Parlement. Ils sont dans l'article 18. Cet article prévoit que le Président  peut communiquer au Parlement "par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat", l'alinéa 2 dispose quant à lui que le Président "peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès".

Mais envoyer envoyer une lettre préalablement à un débat, il fallait oser.

Mettre en place une nouvelle règle constitutionnelle en enfreignant d'autres règles de cette même Constitution, il faut le faire.

Mais bon ... On le r'fera pas not' bon Président...

22/07/2011

N. Sarkozy le garant de l'équilibre des comptes publics ??

h-4-2286101-1288348603.jpgL'actualité peut être taquine avec nos hommes politiques.


Ainsi du billet de Stef dont je reprends le titre et qui rappelle avec éloquence comment le Gouvernement de Mr Sarkozy est arrivé à se faire passer pour le chantre de l'équilibre budgétaire, alors qu'en 5 ans il a doublé le déficit !!

Il se trouve que l'agence de presse Belga vient de révéler que pour son déplacement de Paris à Bruxelles jeudi dernier pour se rendre au sommet européen, le Président utilise non pas un avion, mais 3 !!!

L'airbus (le fameux air Sarko one) plus les 2 falcon !

Nos amis belges rapppellent que Bruxelles se trouve à 250 km de Paris (1h20 par TGV !).

Le journal le monde précise que le déplacement par avion revient à 20000 Euros par heure (+ 2x 7700 Euros popur les falcon).

Rappelons aussi que l'achat de l'Airbus par l'Elysée a été officiellement justifié il y a 3 ans, par le fait que cet avion permettait au chef de l'Etat de se rendre en extrême Orient sans escale !!! Il n'allait tout de même pas faire de détail pour se rendre en Belgique !

Quant au fait que le Président eût pu prendre le train, l'Elysée explique (sans rire !) que l'utilisation du rail importunerait les voyageurs !!!

Le Président n'a pas toujours eu ces attentions vis à vis des voyageurs puisque quand il se déplace en France il est capable de faire bloquer des routes pour ne pas être importuné.

Le Président Sarkoy garant de l'équilibre des comptes publics  ?! .... Mouhahahahahahaha !

18/07/2011

Déficit : retour à 3% du PIB dès 2013 pour le PS ?

729110_martine-aubry-et-francois-hollande-le-20-mai-2011-a-paris.jpgCa débat ferme au PS sur le moment du retour du déficit à la barre fatidique des 3% du PIB.

François Hollande depuis le départ de sa campagne a fixé l'objectif à 2013 (comme l'UMP).

Chez Martine Aubry, il y a eu comme un revirement puisqu'il y a quelques semaines encore le PS (dont le chef est Martine Aubry) jugeait plus raisonnable de viser 2014. Et là, elle indique avec un peu de mauvaise foi qu'elle a toujours envisagé 2013 (cf le monde).

J'en déduis 2 choses :

- dans le cadre de la primaire du PS, les candidats se marquent à la culotte. Il faut absolument passer pour un gestionnaire. Même si la Gauche n'a plus de complexe à avoir en matière de gestion budgétaire, on peut remarquer que c'est encore la Droite qui définit les thèmes de campagne C'était la sécurité il y a 5 ans. Aujourd'hui c'est le déficit. Vous remarquerez d'ailleurs que sur les 2 thèmes le succès de la Droite a été jusqu'ici .... relatifs (belle litote hein ?).

- le PS est désormais sur le terrain de la Droite qui déclare depuis des années que nous vivons au-dessus de nos moyens. Et c'est ce qui justifie selon elle une politique de rigueur. C'est pourtant oublier un peu rapidement que depuis 10 ans, les classes moyennes subissent déjà une politique de rigueur.

Alors moi ... Une politique visant à arriver à un déficit en deça de 3% du PNB, je veux bien. J'applaudis même.

Mais qui va payer ? Encore les classes moyennes ?

C'est une politique que je peux comprendre d'un Gouvernement de Droite.

Mais pas de candidats de gauche.

ps. quant à la volonté de Benoît Hamon de changer les règles de calcul du déficit, je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer.

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : deficit, aubry, hollande, 3%, budget, primaires, ps |

12/07/2011

Après la Grèce, l'Italie ....The show must go on !

Déficit.jpgAu Gouvernement, la tendance ce mois-ci est de parler d'inscrire l'interdiction du déficit dans la Constitution.

C'est le nouveau gadget !

Je parle de gadget dans la mesure où obtenir un équilibre budgétaire  en diminuant les impôts pendant une période de crise est illusoire.

Mais bon ... La Campagne a démarré.

Il est intéressant de constater que la précédente fois où des Pouvoirs Publics ont décidé de réglementer les dettes publiques et les déficits publics ça n'a absolument pas marché. Au contraire, cette tentative a rigidifié les budgets nationaux et a supprimé toute marge de manoeuvre !

Vous voyez de quoi je veux parler ??

Le Pacte de Stabilité et de Croissance mis en place dans la Zone Euro.

Ce carcan a été créé par l'UE en 1997 et a été réformé en 2005. L'objectif était louable : diminuer les déficits.

Il a donc été décider de limiter les déficits des Etats à 3% de leur PIB (Produit intérieur brut). L'endettement public (la somme des déficits dans le temps) a quant à lui été limité à 60% du PIB !

Jusqu'à la crise, la plupart des Etats essayaient bon an mal an de parvenir en-dessous de ces taux en utilisant tous les même politiques. Diminution des Services Publics et baisse des impôts. Et quelques privatisations aussi ...


Là-dessus Patatras ! La crise !

Les Etats européens décident de soutenir les banques et éviter un krach Lehmann Brother.

Les économistes avaient prévenu qu'un tel soutien ne pourrait se renouveler ...

Il y a 2 ans, les même économistes parlaient des PIGS (Portugal, Irelande, Grèce, Espagne) qui étaient les pays les plus fragiles susceptibles de mise en cessation de paiement.

Mais on ne parlait pas de l'Italie... Maintenant si !

Certains chroniqueurs ont même levé le tabou et parlé de la France en déclarant sur France Info que la France "ne serait pas épargnée".

Je sais bien que ça paraît bizarre de dire que c'est la volonté de mettre fin à tous prix aux déficits, qui justement crée les méga-déficits ....

Et pourtant .... Admettez que la concommittance est troublante.

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : pigs, ue, grece, euro, zone, deficit |

08/04/2010

le 93 hors la loi !

article_0804-PAR02-CONSEILGENERAL.jpgLe titre est accrocheur ! Mais n'allez pas imaginer pour autant une nouvelle émeute, ou une bavure !

Non ! Ce dont je vous parle se passe dans une ambiance beaucoup plus feutrée puisque dans les locaux du Conseil Général de Seine-St-Denis (edit)!

Rendez-vous compte !

Le Conseil Général va voter un budget en déséquilibre.

Vous allez me dire : et alors ??

Et alors ?! Hé bien contrairement au budget de l'Etat, celui des collectivités territoriales (communes, départements, régions) doit forcément sous peine d'illégalité, être voté en équilibre.

Mais pourquoi donc (me direz-vous  !)le 93 n'est-il plus capable de couvrir ses dépenses par l'impôt ?

Parce que la Taxe Professionnelle a été supprimée et insuffisamment compensée. Contrairement semble-t-il à l'article 72 de la Constitution (rien que ça !).

Mais surtout ! Parce que le Conseil Général du 93 (qui touchait une forte taxe professionnelle) est obligé de continuer à verser aux départements qui étaient moins lotis en taxe professionnelle, une partie de "sa" taxe qu'il ne perçoit plus. (cf 20 minutes)

En clair, le 93 a payé en début d'année 36 millions d'euros correspondant à une partie de sa taxe pro qu'il ne perçoit plus .

Notre Président de la République s'est fait élire sur le leitmotiv de la rupture et s'est fait le chantre du rééquilibre des comptes de l'Etat.

Et pourtant, il met en application une très vieille habitude de la République Française qui consiste à diminuer les dépenses de l'Etat en les transmettant à quelqu'un d'autre.

Les juristes devront bien à un moment ou à un autre se poser la question du respect des principes budgétaires fondamentaux de l'Etat : Unicité et Universalité.

En attendant, le Président du Conseil Général met en place un "budget de révolte" espérant qu'il ne préfigure pas celui de la révolution.

31/12/2009

Le Budget ?? Hé bien parlons-en !

subventions-associations-budget-social-football-subvention-association-paris-aide-croix-rouge-foot-normandie.jpgSuite à mon billet d'hier, j'ai eu une discussion avec Actus.

Au-delà de nos évidents désaccords sur les causes du déficit budgétaire de la France, il y a des points communs dans nos approches budgétaires.

Ainsi, nous ne sommes pas allergiques au déficit. Il peut être un moteur d'une politique pour peu que ce déficit ne soit pas perpétuel.

Ainsi, le déficit est au service d'une politique. Ce ne doit jamais être l'inverse !!

Or aujourd'hui, la dette publique (la dette étant le cumul des déficits) est de l'ordre de 1500 Milliards d'Euros soit 75,8% du PIB(cf JDD entre autres).

Maintenant, faison un petit rappel du programme du candidat Sarkozy en 2007 !

- Ramener la dette publique en deça de 60% du PIB en 2012.

- Baisser les prélèvements obligatoires de 4 points du PIB sur 10 ans.

2 ans après,la crise étant passée par là, la Présidence de la République a du opérer un choix !

Tenir le Budget autant que faire se peut, ou alors continuer la baisse des prélèvements obligatoires et donc laisser filer le budget.

La Présidence de la République a choisi à l'évidence la 2ème option.

Mais j'imagine que fin 2011 début 2012, "on" attribuera la cause du déficit aux fonctionnaires et que donc "on" pourra continuer la casse du Service Public....

11/07/2009

Le Parti de la dette

sarkolouis.jpgOn s'en inquiète à gauche (Fabius, Royal ...) ! Mais aussi à droite (Philippe Marini, Arthuis, et surtout Seguin) ! Même au centre !

A tel point que le monde parle de "parti de la dette" qui transcenderait le clivage gauche-droite !

Depuis les années 80, la gauche passe pour dispendieuse avec l'argent de l'Etat et pour une créatrice de déficit. Ce n'est pas faux pour la période 1981-1983, même si c'est caricatural puisqu'après 1983 le Gouvernement de gauche a mené une politique de rigueur (rappelez-vous les années Delors puis Bérégovoy).

Et encore, ces années de largesses des l'Etat étaient-elles justifiées par une volonté de contrôle de l'économie (rappelons-nous qu'à une époque la gauche nationalisait), et d'aide aux plus démunis (lois Auroux, coups de pouce au SMIC ...).

La droite elle, a la réputation de savoir gérer les finances de l'Etat : pas comme la gauche !

Et pourtant, qu'observe-t-on à l'aune de la politique sarkozyste ?

Que sous prétexte de vouloir diminuer le déficit de l'Etat, le Gouvernement s'attaque au service public (hôpital public, administration de l'Education Nationale notamment) afin de diminuer les dépenses. Cela n'a malheureusement aucun effet positif sur les finances car en vertue de son idéologie, ce même Gouvernement diminue les recettes en réduisant les impôts. Ce qui d'ailleurs bénéficie aux classes les plus aisées.

Que cette idéologie est maintenue envers et contre tout malgré l'arrivée de la crise (que d'ailleurs nos Gouvernants n'ont pas su prévoir ni anticiper).

Résultat : les cadeaux pour les classes les plus aisées sont maintenus (bouclier fiscal, déductions fiscales possibles sur l'ISF) et les classes moyennes acquièrent ou vont acquérir de nouveaux droits (de faire plus d'heures supplémentaires, de travailler jusqu 67 ans, de travailler pendant un congé maladie, de travailler le dimanche ...)

Et en ce qui concerne les finances les chiffres de la droite gestionnaire sont éloquents (ils émanent du ministère du budget): l'endettement atteindra, à la fin de cette année, 77 % du PIB, 83 % en 2010, 86 % en 2011 et 88 % en 2012.

Rappelons que depuis Maastricht, les Etats européens doivent respecter un endettement maximal de 60% du PIB ...

Au vu d'un tel bilan de la droite sarkozyste, la gauche ne devrait pas avoir à s'inquiéter pour les élections présidentielles!

Et pourtant ! Et pourtant !

Cherchez l'erreur .....

21/06/2009

Déficit budgétaire de l'Etat plus important que prévu !

sarkozy-en-rit_1242266946.jpgIl y a quelques jours, je pestais contre la forte augmentation du budget de l'Elysée alors qu'on annonçait un déficit budgétaire de l'Etat d'au moins 6% !!

Aujourd'hui, j'apprends que le déficit national sera compris entre 7 et 7,5 % (du PIB) !

Inutile de vous dire que je serai particulièrement attentif dans les mois à venir aux travaux de surveillance du député Dosière, qui semble être la seule personne officielle en France à surveiller les dépenses (somptuaires) de l'Elysée.

A l'heure où le Gouvernement persiste à baisser les impôts des plus riches, c'est le moins que nous puissions faire.

Et qu'on ne me parle plus de soi-disant "gauche dispendieuse" avec le Budget de l'Etat à opposer à la "droite gestionnaire" !!! La droite gère les actifs des riches un point c'est tout. La classe moyenne faisant office de banquier des sociétés du CAC40 !

Et dire que ces dépenses ne semblent pas près de se calmer puisque demain on rejoue le film de Sacha Guitry "Si Versailles m'était conté" !!!

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : deficit, budgetaire, pib, sarkozy, elysee |

16/06/2009

Quelle politique budgétaire face à la crise ? L'exemple elyséen !

versai.jpgLe déficit budgétaire pour 2009 sera d'au moins 6% du PIB.

 A titre de comparaison l'UE impose un déficit maximal de 3% du PIB. 6% c'est beaucoup. La faute en revient en grande partie à la crise.

De plus en plus à gauche mais aussi à droite, les députés réclament une remise en cause du bouclier fiscal, qui interdit que le montant global des impôts dépasse la moitié des revenus d'un contribuable.

D'après eux, la crise et l'Etat des finances publiques justifient la suspension de ce "bouclier" qui favorise les plus riches !

Pourtant, l'Elysée reste ferme sur le maintien du bouclier fiscal. Il considère que plutôt que d'augmenter les recettes (les impôts), il vaut mieux diminuer les charges publiques (les dépenses de l'Etat).

C'est la raison pour laquelle le nombre de fonctionnaires continue de diminuer. C'est aussi pour cela que les contrôles des fraudes à la sécurité sociale sont renforcés...

Pourtant, on ne peut pas dire qu'en ce qui concerne la maîtrise des dépenses de l'Etat, l'exemple vienne d'en haut !!

Souvenons-nous qu'à peine arrivé à l'Elysée en 2007 le Président Sarkozy a augmenté son salaire de 140% , que le Budget de l'Elysée a augmenté de 8,4% , et que les différents ministères aient augmenté leurs effectifs.

Et là, le monde nous apprend que les frais de fonctionnement de l'Elysée ont augmenté de 21,7% en 2008.

Alors Monsieur Sarkozy ? On fait dans la provoc ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu