Avertir le modérateur

09/04/2014

Les banques vont bien. Merci pour elles !

En ces périodes de disette budgétaire, il est réconfortant de savoir que l'argent va quand même bien quelque part .....

Le site Boursier.com (reprenant une info des échos) a pondu un article éloquent à ce sujet sur les rémunérations des patrons des grandes banques françaises. Comme le dit l'article, elles ont repris du tonus.

Jugez plutôt :

Jean-Laurent Bonnafé, PDG de BNP Paribas,a eu en 2013 un revenu de 3,44 millions d'euros, en hausse de 8,1% par rapport à 2012.

 Frédéric Oudéa,patron  de la Société Générale, qui a engrangé 2,71 ME (+8,5% par rapport à 2012).

Jean Paul Chifflet (Crédit agricole ) a eu lui 2,14 ME (+38,8%).

François Pérol (Natixis) s'est vu accorder 1,44 ME, une hausse de 29,4%.

Le plus fort est que l'essentiel de ces augmentations est constitué des bonii (variables) assis sur les résultats des banques.

Quand on sait que les banques sont encore actuellement, très frileuses pour injecter de l'argent dans l'économie, on peut se demander à quoi joue l' "ennemi de la finance".

29/12/2012

les sages de droite ?

sages,constitutionnel,75%,financesAinsi donc les sages du conseil constitutionnel ont censuré la mesure gouvernementale phare de la loi de finances 2013.

La mesure qui imposait à 75% la portion redevenu dépassant 1 million d'euros sur une année, à été retoquée !

La raison ? Une inégalité entre les contribuables !

En effet, alors que l'ensemble des impôts sont appréciés par ménage, le gouvernement a décidé de "personnaliser" l'impostion à 75% ! Ainsi, si 2 membres d'un couple déclarent chacun 999999 euros, ils ne subiront pas la taxation à 75%, alors que si un membre déclaré 1 200 000 euros et l'autre membre declare 0 euro, le couple sera taxe à 75% !!!

Alors .... On peut gloser sur le fait que les 9 sages (sans compter les 2 ex présidents) sont de droite. Mais on ne peut pas dire que la décision du conseil constitutionnel était imprévisible.

Nonobstant les quolibets  de la droite, il vaut effectivement mieux que le gouvernement fasse profil bas dans cette regrettable affaire.

Ps quant à dire que cette décision n'est pas si grave car elle ne fait perdre que 300 à 400 millions ....comment dire ? Je ne suis pas sûr  que cet axe de communication soit opportun.

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sages, constitutionnel, 75%, finances |

10/10/2012

François Hollande et le Gouvernement ont ils vraiment vu baisser leur traitement de 30 % ?

Il semblerait que non.

Souvenez-vous : face aux excès du Président Sarkozy, François Hollande avait promis de diminuer son traitement et celui des ministres, de 30% !

Le projet de loi de finances réctificative 2012, en son article 40 prévoyait le respect de cette promesse.

Il s'avère que la loi de finances rectificative a été promulguée par François Hollande le 16 août, mais après que le Conseil Constitutionnel saisi ait statué.

Et le Conseil Constitutionnel a (d'office et sur la base de la Séparation des Pouvoirs!) déclaré le fameux article 40 du Projet de loi contraire à la Constitution.

Voici la référence : 2012-654DC du 9 août 2012

Certes François Hollande et son Gouvernement ne sont pour rien dans cette décision du Conseil. Mais pourquoi personne (au Gouvernement ou dans les media) n'en parle ?

28/04/2010

Vers des finances publiques financières ?

atlas.jpgA vrai dire, je ne me faisais plus guère d'illusions.

L'époque à laquelle le Général De Gaulle pouvait dire que "la politique de l'Etat ne se faisait pas à la corbeille" est révolue.

Je n'imaginais pas cependant, que tout cela allait aussi loin !!!

Car enfin, de quoi s'agît-il pour la Grèce et par voie de conséquence pour les Etats de la zone Euro ??

La Grèce a vue sa note de dette à long terme baissée par le cabinet Standart and poor's de BBB+ à BB+. Conséquence logique : les "milieux financiers" montent le taux auquel ils sont disposés à prêter à la Grèce !!!!

Les Hellènes, déjà étranglés financièrement, ne pourront plus emprunter qu'à des taux usuriers ou devront s'en remettre au bon vouloir des autres Etats de la Zone Euro qui seront aussi obligés d'emprunter aux milieux financiers à un taux (pour l'instant) meilleur que celui attribué à la Grèce.

C'est un vrai cercle vicieux !

Quand je pense que pendant la crise, nos politiques parlaient de régulation de la finance. Alors que ce que je constate, c'est une financiarisation du budget du seul régulateur possible : l'Etat !!

16:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : finances, grece, zone euro |

30/07/2009

Strauss Kahn scandalisé par le retour des bonus dans les banques !

h_9_ill_1087800_fmi.jpg... C'est le titre d'un article du monde.

Parmi beaucoup, j'ai été choqué d'apprendre l'ampleur des rémunérations des traders ; rémunérations proportionnelles aux sommes risquées plus qu'aux sommes rapportées par les traders.

On pouvait espérer qu'après la crise, les rémunérations des traders seraient mieux encadrées. On pouvait espérer (comme l'avait promis à Toulon et à New-York le Président Sarkozy) que le domaine financier soit mieux réglementé.

Mais bon ! Apparemment, les lois Hadopi et sur le travail le dimanche sont plus urgentes !

Le Socialiste Strauss Kahn, président du FMI est à juste titre scandalisé par le retour des bonus dans le secteur bancaire. On peut se demander d'ailleurs si les bonus ont jamais cessé dans les banques ...

M. Strauss-Kahn a notamment déploré "qu'on n'ait pas réussi encore (...) à mettre en place des réglementations qui empêchent cela, qui empêchent qu'un petit groupe d'hommes et de femmes attirés par le gain entraînent l'ensemble de l'économie de la planète dans la catastrophe".

Bien.

Pourtant, le même Strauss Kahn s'empresse d'ajouter que ce n'est "pas le travail du FMI". (sic)

Mr Strauss Kahn a une piètre opinion de l'étendue des pouvoirs du FMI puisque si l'on se réfère à wikipédia, Le FMI assure donc la stabilité du système monétaire international et la gestion des crises monétaires et financières. Pour cela, il fournit des crédits aux pays qui connaissent des difficultés financières telles qu'elles mettent en péril l'organisation gouvernementale du pays, la stabilité de son système financier (banques, marchés financiers), ou les flux d'échanges de commerce international avec les autres pays.

Lors d'une crise financière, pour éviter qu’un pays ne fasse « défaut » (c’est-à-dire que ce pays ne puisse plus rembourser ses créanciers, voire ne plus payer ses dépenses courantes), le FMI lui prête de l’argent le temps que la confiance des agents économiques revienne. Le FMI conditionne l’obtention de prêts à la mise en place de certaines réformes économiques visant de manière générale à améliorer la gestion des finances publiques et une croissance économique équilibrée à long terme.

Mais peut-être Mr Strauss-Kahn considère-t-il comme beaucoup que le rôle du FMI consiste justement à ne rien réglementer ?!

10:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : strauss kahn, fmi, banques, crise, finances |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu