Avertir le modérateur

28/04/2012

Après Karachi .... Kadhafi

sarkozy,kadhafi,hollande,karachi,gaccioIl n'a vraiment pas de chance avec ses campagnes présidentielles not' bon Président !

Il a participé à 2 élections : celle de 1995 avec Balladur(à l'époque il était ministre du Budget) et celle de 2007 où il était candidat.

Celle de 1995 a donné lieu aux attentats de Karachi par la faute de l'interruption du versement de rétrocommissions occultes. Voir ici pour plus de détails.

Pour l'élection de 2007, la participation financière du Colonel  Kadhafi se confirme (voir médiapart via le monde).

Quand on pense que 4 ans après, le Président Sarkozy remercie son bienfaiteur en menant les puissances occidentales vers sa fin ....

Entendons-nous bien ... La fin du règne de Khadafi est une très bonne chose pour la Libye et le monde. Mais cette affaire est assez révélatrice de la manière utilisée par Nicolas Sarkozy pour remercier ses bienfaiteurs.

En clair, Kadhafi a été viré pour une seule raison !

La France ayant loupé la révolte tunisienne, il fallait qu'elle se rattrape. Nicolas Sarkozy ayant des soucis avec sa politique intérieure il devait se rattraper avec la politique internationale.

Et puis tant pis pour le bienfaiteur Kadhafi.

Comme quoi ...  A quoi ça tient la fin d'un dictateur...

En fait Bruno Gaccio avait raison avant tout le monde.


 

18:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sarkozy, kadhafi, hollande, karachi, gaccio |

23/09/2011

Peut-on encore faire confiance au Conseil Constitutionnel ?

coneil constitutionnel,sarkozy,karachi,dumasLa question est grave. Car le Conseil Constitutionnel est le juge suprême de nos institutions ...

L'affaire Karachi mouille beaucoup de monde parmi les proches du chef de l'Etat.

Une Institution est également atteinte par le scandale : le Conseil Constitutionnel ! Présidé par Roland Dumas en 1995.

L'article 58 de la Constitution de 1958 dispose que "le Conseil Constitutionnel veille à la régularité de l'élection du Président de la République. Il examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin"

A ce titre le Conseil Constitutionnel vérifie les comptes de campagne.

Les comptes de campagne de Edouard Balladur pour la présidentielle de 1995 ont été vérifiés .... et validés par le Conseil !

Jusqu'à il y a peu, on pensait que le Constitutionnel avait mal contrôlé. Qu'il était passé à côté de son sujet ...

Or ces dernières semaines des langues se sont déliées. Il apparaît que 2 rapporteurs au Conseil Constitutionnel s'étaient prononcés à l'époque contre l'approbation des comptes d'Edouard Balladur ! Il est d'ailleurs dommage que Jean-Louis Debré l'actuel Président du Conseil Constitutionnel ne veuille pas lever le secret des débats.

Il se trouve que Mr Dumas lui-même a donné une explication ! (cf le nouvel obs)

Il n'était (d'après lui) pas possible de suivre les rapporteurs car les comptes de campagne de Jacques Chirac étaient eux aussi entâchés d'irrégularité !

Et que donc si on désapprouvait les comptes de Balladur, il fallait en faire de même avec ceux de Chirac. Mr Dumas a donc exprimé ainsi son ... dilemme :"Peut-on prendre le risque d'annuler l'élection présidentielle et de s'opposer, nous, Conseil constitutionnel, à des millions d'électeurs et ainsi remettre en cause la démocratie ?".

C'est fou non ?! S'il y en a un qui ne doit pas être content, c'est Lionel Jospin qui (sans financement illicite lui) est parvenu à se hisser au 2nd tour ! A quoi ça tient une élection ???

Pour répondre à la question de Mr Dumas, est-ce respecter la Démocratie que d'accepter que des candidats soient favorisés par rapport à d'autres ?

Des fuites dans l'affaire Karachi ....

hortefeux.jpgHier je me posais la question de savoir comment l'Elysée avait eu accès au dossier Karachi (Guy Birenbaum aussi)

Un début de réponse est apporté par le monde.

Ainsi, des écoutes téléphoniques révèlent que Brice Hortefeux (ex-ministre) connaissait le nom d'un témoin clé et a eu accès à son PV d'audition au moins dès le 14 septembre 2011 (6 jours avant la mise en examen de Thierry Gaubert !).

Comme l'indique le figaro, ce dossier avance beaucoup avec les (ex)-épouses des protagonistes.

Il faudrait peut-être interroger Cécilia Ciganer (aujourd'hui Attias) ....

22/09/2011

Karachi ! Des fuites dans le dossier ?

Ca bouge dans le dossier Karachi.

2 mises en examen de proches de Nicolas Sarkozy (Nicolas Bazire et Thierry Gaubert). C'est aussi l'occasion pour moi de rappeler que depuis de nombreux mois, d'éminents blogueurs en parlent de cetta affaire Karachi !

Du coup l'Elysée s'efforce d'éteindre l'incendie.

Voici le communiqué :

"- M. Nicolas SARKOZY n'a jamais dirigé la campagne de M. Edouard BALLADUR.
- Il n'a jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de cette campagne. Il en était le porte-parole.
- S'agissant de l'affaire dite de « Karachi », le nom du chef de l'Etat n'apparaît dans aucun des éléments du dossier. Il n'a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier. Il y est donc totalement étranger d'autant plus qu'à l'époque où il était ministre du Budget, il avait manifesté son hostilité à ce contrat comme cela apparaît dans les pièces de la procédure.
- Les familles des victimes de l'attentat de Karachi ont droit à la vérité et au respect de leur souffrance.

Tout le reste n'est que calomnie et manipulation politicienne."

Comment l'Elysée sait-il que le nom du chef de l'Etat n'apparaît dans aucun des éléments du dossier ? N'étant pas mis en examen, le Chef de l'Etat n'y a pas accès.

Alors ?

Soit il y a des fuites. Soit Nicolas Bazire est allé "rendre compte".

12/01/2011

Fier de la Justice de mon Pays

justice.jpgJe râle souvent sur ce blog.

Mais aujourd'hui, je viens ici me féliciter de 2 décisions rendues par des juges français.

- la première concerne l'affaire Karachi (cf le monde)et a été prise par le Juge d'Instruction Van Ruymbeke. En dépit du Parquet (dépendant du Ministre de la Justice), le Juge a acceptéla constitution de partie civile de l'association Anticor qui lutte contre la corruption. Dans ce même dossier, le magistrat instructeur lutte pied à pied avec les représentant du Ministère Public : ces derniers contestent l'extension des investigations de Van Ruymbeke aux faits de corruption et d'abus de biens sociaux au motif qu'ils seraient prescrits.

- deuxième motif de satisfaction : cette fois-ci il s'agît d'une décision d'une juridiction. Et quelle juridiction ! Il s'agît du Conseil d'Etat qui vient d'annuler un décret du Président de la République. Par ce texte, le chef de l'Etat avait radié un gendarme officier qui avait critiqué la réforme rapprochant la gendarmerie de la police. La décision a été jugée disproportionnée par rapport à la faute reprochée : atteinte au devoir de réserve.

En ces temps troubles, les Juges doivent plus que jamais montrer qu'ils rendent la Justice en toute indépendance et en toute sérénité !

Pour le coup, les magistrats ont démontré que c'était le cas. Pour cela, bravo  !

01/08/2009

Séparation des Pouvoirs !! Ha ha ha !!

sarkozy-juges-justice_309.jpgDepuis un an et demi que je fais ce blog, je reviens régulièrement sur le principe démocratique de la "séparation des pouvoirs".

C'est dire si j'estime qu'il est régulièrement menacé par l'Elysée.

Le Président de la République, sous prétexte qu'il a été régulièrement élu, s'autorise de régulières incursions chez les tenants des autres pouvoirs que ne s'autorisaient pas ses prédécesseurs.

Aujourd'hui, c'est la lecture de 2 blogs qui me fait réagir. Ceux du Coucou qui évoque l'affaire Karachi et de Sarkofrance qui parle (entre autres) de l'affaire des comptes piratés dont Nicolas Sarkozy est une des victimes.

Acte I : L'affaire Karachi est (rappelez-vous) celle dans laquelle un bus transportant des ingénieurs d'une société française avait fait l'objet d'un attentat au Pakistan en 2002. Il y a eu 11 victimes.

En avril 2008, Nicolas Sarkozy reçoit les familles des victimes et leur assure de la volonté de l’Etat français que toute la vérité et la lumière soient faites sur cet acte criminel odieux. Le Président prend également l'engagement de tenir les familles informées et de les recevoir régulièrement.

Il est vrai que depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy aux manettes, on a pris l'habitude que le Président se range (fort médiatiquement d'ailleurs) du côté des victimes.

Bref, rien de nouveau !

Puis changement de discours de l'Elysée ! Les victimes ne sont plus informées ni reçues par l'Elysée !

Il faut dire qu'entre temps, une partie de la presse et surtout la blogosphère relaient la thèse des magistrats instructeurs de l'affaire : l'attentat ne relèverait pas du pur terrorisme islamiste, mais serait un réglement de compte avec la République française. En effet, lors de son arrivée au pouvoir, Jacques Chirac aurait fait cesser le réglement au Pakistan de rétrocommissions provenant de la vente  à cet Etat de sous-marins par la France et prélevées sur des commissions alimentant le camp balladurien lors de la campagne présidentielle.

Or le Ministre du Budget de Balladur était Sarkozy Nicolas.

On comprend donc mieux le changement de discours de la Présidence.

Par contre l'argument présenté pour ne plus donner de nouvelles fait franchement rigoler ! (si je puis dire)

Le Chef de l’Etat fit savoir aux familles des victimes par l’un de ses plus proches conseillers, qu’il ne pouvait faire droit à leur demande d'information et d'intervention puisqu’« en application du principe constitutionnel de séparation des pouvoirs, le chef de l’Etat ne peut intervenir dans le cours d’une procédure judiciaire ». (???)

Acte II : L'affaire des comptes piratés est celle dans laquelle le Président a vu (parmi d'autres) son compte amputer d'une petite somme par des petits malins informaticiens !

J'apprends de Sarkofrance (ho ! Je rentre de vacances ! Ok ?) que le Jugement a été rendu et que l'Elysée cherche à le faire annuler. Et pour cause, le Tribunal Correctionnel a certes déclaré les accusés coupables des faits, mais a sursis à statuer (a décidé de ne rien décider) concernant la victime Nicolas Sarkozy !

La raison du refus de statuer à propos du Président est intéresante et révèle une volonté de stricte application de séparation des pouvoirs (au passage bravo Mrs les juges) ! Ainsi d'après le Tribunal le jugement ne serait pas "équitable" : il y aurait, selon la juge de Nanterre, "atteinte au principe de l’égalité des armes".dominique_de_villepin_reference.jpg

Effectivement, le Président bénéficie d'une immunité complète durant son mandat et préside le Conseil Supérieur de la Magistrature qui décide de la carrière des magistrats. Il y aurait donc inégalité par rapport aux autres victimes et aux infracteurs.

On comprend que l'Elysée veuille faire annuler ce Jugement car il pourrait faire tache d'huile dans l'affaire Clearstream grace à laquelle il compte régler ses comptes avec Villepin !

Imaginez si les juges de l'affaire Clearstream décidaient de ne pas statuer sur la victime Sarkozy !!! Cela remettrait Villepin en selle !!! Ce qui risquerait de faire du dégat à la Sarkozie.

Epilogue : Nicolas Sarkozy est de tous les Présidents de la Vè République, le Président qui a eu le plus recours à la justice et qui probablement est celui qui a le plus fait pour déstabiliser et décrédibiliser (quand ça l'arrangeait) l'institution judiciaire. Pourtant, quand ça sert ses intérêts, il est capable de faire dire qu'il n'interviendra pas dans une procédure pour ne pas déroger au principe de "séparation des pouvoirs" quitte à jeter aux orties ses principes de défense et d'assistance aux victimes.

On parle de quoi dans un cas pareil ?? De cynisme ou du "Prince" de Machiavel ??


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu