Avertir le modérateur

22/10/2013

GAD. Une scène épouventable.

Je me doutais que cela arriverait un jour. Mais pas aussi tôt. Pas maintenant.

Voir au JT du 20H les salalriés d'une même usine se "fouttre sur la gueule" m'a écoeuré.

Pour mémoire la Société GAD est en train de fermer un de ses abattoirs en Bretagne. Le plan social est catastrophique. Des centaines de salariés (889) sur le carreau avec une indemnité de licenciement ridicule (4500 euros pour 25 ans d'ancienneté !!!).

C'est dans ce contexte que ces salariés licenciés décident de porter le conflit à une usine du même groupe se trouvant à quelques diaines de kilomètre.

Ils sont reçus par leurs collègues avec des invectives voire des colibets. Il faut voir la jeune fille se moquant ouvertement de ses collègues malheureux.

La catastrophe a été évitée de justesse grace aux gendarmes.

Que dire de cette scène hallucinante ?

- On appréciera le comportement très classe de la direction  de l'usine qui a envoyé ses salariés au contact des ex-collègues.

- Il est clair que la fameuse solidarité ouvrière a vécu. C'est maintenant "chacun pour soi". On peut même espérer voir dans quelques mois d'éventuels chantages patronaux du style "notre usine de Saint Jean de Maurienne accepte de baisser ses coûts salariaux de 15 %, vous proposez quoi à Fos Sur Mer ?".

- Et dire que tout ça se passe alors que la Gauche est au Pouvoir ...


20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gad, licenciement |

21/02/2012

Le Gouvernement demande aux entreprises de "décaler" leur plan de licenciement

L'information est dans le titre ...

C'est le magazine Challenges qui le révélait la semaine dernière ! Xavier Bertrand ministre du travail a fait appeler par son Cabinet PSA et Renault notamment afin que ces Sociétés décalent leur éventuel plan social après les élections.

Jacques Chérèque, numéro 1 de la CFDT confirme l'information (voir le figaro).

S'il fallait une preuve de plus de la collusion entre le monde politique et le monde économique et financier. Car il faut supposer qu'il y aura renvoi d'ascenseur ....

En attendant on peut toujours continuer à espérer de ce Gouvernement une régulation du monde financier.

Mais bien sûr on attend  le démenti du 1er Ministre.

05/11/2010

Pole Emploi dégraisse

pole_emploi11.jpgJe lis ça dans le monde ! 1800 suppressions d'emploi !

Quand on connaît un minimum l'état du marché de l'emploi en France et surtout l'état de l'organisme résultat de la fusion ASSEDIC-ANPE, il y a de quoi rester pantois, ahuri !!!

Le marché de l'emploi, déjà durement atteint, a été frappé de plein fouet par la crise. Les délocalisations de poursuivent à un rythme effrenné, les créations d'emploi sont très faibles.

Quant à Pôle-Emploi, la fusion se révèle être une catastrophe. Les agents sont incapables de convoquer les demandeurs d'emploi une fois par mois comme les oblige la règlementation.

La réaction des Pouvoirs Publics : 1500 CDD non renouvelés et 300 CDI supprimés !!!

C'est incompréhensible.

Pourtant, quand on lit les justifications de Mr Charpy ('le directeur de Pôle Emploi), tout s'éclaire. Même si on n'est pas rassuré.

Ces déclarations sont à elle seules un résumé de la politique gouvernementale et de la fameuse RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques). Je les retranscris telles quelles !

J'avais annoncé la situation depuis plusieurs mois en disant que Pôle emploi participerait à la réduction des déficits publics parce que nous avons réussi notre réorganisation et que l'on peut aujourd'hui rendre un certain nombre de moyens exceptionnels qui nous avaient été octroyés en 2009 et 2010", d'autant que les inscriptions au chômage "ne progressent plus" !!??!!

Qu'apprend-on de cette déclaration ?

Qu'au même titre que les administrations d'Etat, Pôle Emploi doit rendre des emplois, quels que soient les besoins.

Que Pôle Emploi a réussi la fusion ANPE-ASSEDIC !!!!!

Qu'en 2009 et 2010 les embauches de l'organisme public étaient exceptionnelles !

Que les inscriptions (attention ! Pas le chômage !) ne progressent plus !!!

C'est fou.

Et tout cela est révélateur d'une méthode employée par le Gouvernement qui ressemble furieusement à une manipulation intellectuelle qui existe probablement dans le secteur privé et dont le cheminement est le suivant.

1°) On explique aux citoyens et aux salariés que la situation de l'entreprise (ou de l'agence) doit être objectivement mesurée pour que l'on sache où on en est. Ou alors on explique que le savoir de l'entreprise doit être pérennisé.

2°) on doit donc recourir à des agences de notation ou des agences de certification pour mesurer dans le temps l'évolution de l'entreprise.

3°) On fixe des objectifs d'amélioration dans le temps aux salariés de l'entreprise (ou de l'agence).

4°) Pour ce faire, on explique aux salariés qu'il faut mettre en place des indices de performance objectifs pour le bien de l'entreprise.

Jusque là, OK.

Sauf que et c'est là que la manipulation intellectuelle apparaît.

5°) Certains indices de performance ne seront connus que des dirigeants et ne relèveront pas forcément des intérêts de l'entreprise, mais plutôt des décisions politiques prises par les cadres dirigeants.

Ainsi pour Pôle Emploi, il est évident qu'il n'est pas de l'intérêt de cet organisme de supprimer des emplois au risque de voir ses agents débordés et de crééer un climat social encore plus délétère. Pourtant, si l'on se fixe comme objectif principal de diminuer les coûts et de rendre des emplois, les objectifs sont remplis.

Les objectifs de performance et les agences de certification ISO ... étaient certainement utiles lors de leur apparition dans les années 80. Aujourd'hui, ils sont complètement détournés de leur destination initiale.

01/02/2009

Gauche, Extrème-Gauche et licenciement économique.

jean-francois-cope.jpgLe PS semble en train  d'être repris au sérieux par la Droite.... Quoique cette dernière en dise !

En effet, j'écoute Jean-François Copé sur la chaîne BFM. Celui-ci attire l'attention des média sur le fait qu'il faudrait que le PS clarifie ses rapports avec l'Extrême-Gauche. En clair, il voudrait que le PS ne fasse pas d'alliance avec le parti de Besancenot !!! Pour convaincre les journalistes, le chef des députés UMP n'hésite pas à souligner le rôle exemplaire de la Droite vis à vis de l'Extrême Droite (sic).

Admettons.

Là pourtant où j'ai un peu de mal à le suivre, c'est quand il considère que le "rétablissement de l'autorisation administrative préalable au licenciement économique", ou la notion de "licenciement boursier" sont des thèmes d'extrême-gauche (ou de la Gauche archaïque).

Les licenciements boursiers existent. C'est un constat.  Et ce n'est pas la gauche qui les a inventés. C'est une création d'un système capitaliste de plus en plus exigeant. Les fonds de pension américains ont probablement leur responsabilité dans cette exigeance de rapport exponentiel.

Quant à l'autorisation administrative de licenciement : la faire passer pour une mesure d'extrême gauche est de la plus mauvaise foi. En effet, elle existait en France de 1975 à 1986.

Qui plus est, l'Administration française se conduisait avec responsabilité dans son appréciation de la légitimité du licenciement économique.

En effet, d'après l'économiste reconnu Jacques Freyssinet, "l'autorisation administrative était, in fine, presque toujours accordée, mais au terme d'une négociation entre l'entreprise et l'inspection du travail, négociation qui portait sur le nombre total des licenciements, la qualité du plan social, et les contreparties accordées par l'Etat grace, en particulier, aux crédits du FNE".

Qui oserait prétendre aujourd'hui que la récupération par l'Administration du Travail de son ancien rôle, ne serait pas une bonne chose pour les Français ?

Alors qu'on arrête de dire que mesures sociales riment avec archaïsme.

07/12/2008

Enfin une proposition concrète au PS

licenciements boursiers.jpgIl semble que le PS ait (enfin) décidé de sortir de son hésitation perpétuelle entre son apathie et son opposition basique vis à vis des mesures sarkozistes.

C'est avec plaisir que je vois arriver la proposition de rétablir l'autorisation préalable de l'Administration au licenciement économique quand celui-ci a lieu alors que l'entreprise dégage des bénéfices.

Il est temps !

Rappelons-nous que l'autorisation administraive préalable aux licenciements économiques a été mise en place en 1975 et avait pour but de faire vérifier par l'administration la réalité de la nécessité du licenciement économique (la mauvaise santé de l'entreprise ...). Cette mesure a été supprimée en juillet 1986 durant la 1ère cohabitation (le 1er Ministre était Jacques Chirac).

Depuis, les licenciements boursiers sont apparus : les licenciements économiques par une entreprise qui dégage des bénéfices. En France, cela a commencé à être médiatisé en 2001.

Il aura donc fallu 7 ans (au moins) pour que le PS propose le rétablissement de l'autorisation administrative de licenciement !!!!

 Quel temps perdu !!!....

Ceci dit, il n'est jamais trop tard pour bien faire. Et en plus, cette proposition matérialisée par Benoit Hamon forcera l'UMP à se positionner par rapport à cette mesure et à se montrer telle qu'elle est!

Alors maintenant au boulot (comme disait Nicolas de PMA) !!!

26/09/2008

Souvenez-vous !

Les nouvelles ne sont pas très bonnes.

La crise financière et industrielle est mondiale.

Le pouvoir  d'achat est en baisse.

Renault continue de licencier en étant bénéficiaire.

Le nombre de demandeur d'emploi repart à la hausse.

La France est contrainte de laisser filer le déficit, et n'a notamment aucune marge de manoeuvre (pour cause entre autre de bouclier fiscal).

A Toulon, le Président de la République nous promet des lendemains difficiles....

C'est l'occasion de ressortir une vidéo montrant l'espoir incarné par Nicolas Sarkozy (auprès d'une certaine frange de la population française).

 

 

Le "showbiz" en pense quoi aujourd'hui ?!

25/09/2008

TF1 et Florence Schaal (suite)

tf1.jpgJ'ai bien regardé le journal de TF1 hier soir. Aucune mention du licenciement de Florence Schaal.

Pas de reportage sur la nécessité de vérifier les informations avant de les diffuser. Pas de déclaration sur la nécessité de licencier Mme Schaal suite à l'injonction du CSA. Rien.

Même pas un salut de la rédaction à l'égard de la journaliste.

Les internautes ont donc débattu sur un non-événement  hier.

24/09/2008

TF1 et Florence Schaal

Je viens d'apprendre le licenciement de Florence Schaal journaliste de TF1. Pas n'importe quel licenciement : un licenciement pour faute grave qui la prive de ses indemnités de licenciement et de préavis .schaal.jpg

Les faits sont clairs : début dernier, en fin de journal de 20h00 l'envoyée spéciale annonce la mort du jeune louis qui avait disparu depuis plusieurs heures et faisait l'objet de recherches de la gendarmerie. Il s'est avéré que la nouvelle était prématurée et fausse.

Une sanction contre Florence Schaal n'est donc pas anormale.

Pourtant, on peut regretter certaines choses :

- que cette sanction est très importante et qu'elle ne tient absolument pas compte de la compétence démontrée par la journaliste pendant plus de 30 ans au profit de cette chaine. Mme Schaal est par ailleurs réputée être une bonne professionnelle.

- A l'évidence, Mme Schaal est victime de la course à l'Audimat entamée avec France 2, qui implique que les informations doivent être données le plus rapidement possible aux dépends de toutes les vérifications . Mais dans ce cas, pourquoi sanctionner Mme Schaal seule ?Rappelons-nous que lorsque David Pujadas avait annoncé à tort sur france 2 le retrait de la vie politique de Alain Juppé, il avait été suspendu d'antenne pendant 15 jours et non licencié. Mais également, Olivier Mazerolle (Directeur de l'Information) avait du présenter sa démission.Il est probable que Mme Schaal serve de fusible à TF1 qui n'assume pas une responsabilité collective.

-Ce licenciement pour faute grave d'une professionnelle de plus de 30 ans d'ancienneté a des relents de réglements de comptes claniques.

En résumé, oui Mme Schaal a commis une faute mais la sanction est disproportionnée. Et surtout, la considérer comme la seule responsable, constitue un déni de responsabilité.

Mme Schaal, si j'étais à votre place je porterais ce dossier aux Prud'hommes. Vous avez de bonnes chances de gagner !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu