Avertir le modérateur

10/05/2013

10 mai 1981

A l'instar de Juan, j'ai besoin des dates anniversaires pour baliser ma vie. Je ne les fête pas forcément ; il suffit que j'y pense.

Pour ceux qui ont moins de 40 ans, le 10 mai 1981 mettait fin à 23 ans de gouvernance par la Droite, 23 ans d'occasions ratées (1974, programme commun ...).

Le programme était alléchant (abrogation de la loi sur la peine de mort, 35 heures, fin des juridictions d'exception, 5ème semaine de congés ...).

Véritablement, un vrai vent d'espoir soufflait sur une bonne partie de la France. Ca a duré 2 ans. Après la réalité nous a un peu rattrapé

Alors forcément je fais un peu le lien avec ce qui existe aujourd'hui.

Pas d'état de grace.

Augmentation des impôts (ce que je comprends), continuation de la casse du service public (là je ne comprends plus), remise en cause du droit du travail (jusqu'où cela va-t-il aller ?).

Alors oui. Ce n'est pas sans une certaine nostalgie que je me souviens du 10 mai 1981.


10:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : 10 mai, 1981, mitterrand, hollande |

05/05/2013

Le bipartisme anglo-saxon ne convient pas à la France.

bipartisme,ump,ps,sarkozy,mitterrandJe finis pas regretter l'époque où l'échiquier politique français allait du PC au RPR en passant par le PS et l'UDF.

Les grands partis ont rêvé du bipartisme et ce rêve a été concrétisé.

Il y a l'UMP d'un côté, le PS de l'autre. Ce bipartisme vient d'ailleurs confirmer l'alternance depuis 1981.

Hors PS et UMP, point de salut pour les candidats à la présidentiel.

Pourtant, ce bipartisme modèle anglo-saxon de démocratie ne convient pas au Pays.

Je n'ai jamais compris comment pouvaient cohabiter au sein de l'UMP des Gaullistes (Si ! Si ! Il y en a encore !) et les libéraux. Les Gaullistes et les nationalistes. Et je ne parle pas des royalistes ....

Ce système trouve ses limites aussi à Gauche. Comment expliquer le départ de Mélenchon du PS sinon par le bipartisme ?

Le mitterrandisme et l'écroulement du mur de Berlin ont anéanti le PC. Ce qui a eu comme conséquence progressive mais directe le déplacement vers le centre du parti de Jaurès.

A un moment, il n'était plus possible pour un gauchiste comme Mélenchon de se retrouver dans le PS.

En ce qui concerne Montebourg ou Hamon, on verra combien de temps encore ils resteront soumis à la solidarité gouvernementale d'abord, à la discipline du parti ensuite.

Autre conséquence du bipartisme et pas des moindres. Le Centre ne peut plus exister. En tous cas d'un point de vue partisan. Le MODEM et l'UDI n'émergent définitivement pas. Et ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'opinion publique centriste. Non ...

C'est parce que l'UMP a été une création d'appareil autoritaire. Il n'y a jamais eu une demande des militants. Quelqu'un au RPR (Nicolas Sarkozy je crois) a décidé que la Droite devait être certaine de passer le 1er tour de l'élection présidentielle en tête et a décidé la fusion.

A cela, ajoutez le scrutin uninominal à 2 tours et le Centre n'a aucune chance.

Alors ..... Hors les périodes électorales où on fait parler les extrêmes (la Sécurité à Droite, la régulation économique autoritaire à Gauche), une fois que l'élection est passée et que l'équipe est en place on a du mal à faire la différence entre la politique économique, budgétaire et sociale des 2 majorités.

En ce qui concerne les extrêmes de l'échiquier, elles sont condamnées à gesticuler dans la rue pour se faire entendre.

J'ai entendu il y a quelques jours, un ponte de l'UMP (Henri Guaino je crois) se féliciter de la stabilité des institutions de la Vème République.

On le comprend. A sa place, on ferait pareil .... 

12:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bipartisme, ump, ps, sarkozy, mitterrand |

19/04/2011

Moi Nicolas Sarkozy, je dis que ce n'est pas juste !

h-4-2065497-1273556211.jpgLe titre vous rappelle quelquechose ?

Evidemment que cela doit vous rappeler quelque chose ! C'est une phrase employée par François Mitterrand à l'occasion d'une de ses campagnes présidentielles (la dernière il me semble).

J'ai mis ce titre car l'actuel Président pourrait tout à fait la reprendre à son compte.

Oui chers lecteurs.

Aujourd'hui, nous avons un candidat président qui a déclaré devant des salariés dans les Ardennes ce 19 avril qu'il "ne cèderait pas" sur la prime destinée aux salariés de sociétés augmentant les dividendes.(le monde)

Enfin, nous avons quelqu'un pour nous défendre face au grand capital.

Tu peux trembler Capitalisme Financier car notre président est en croisade lutte contre les abus des détenteurs du capital.

Oui ! Tremble Libéralisme honni !

Désormais nous avons un défenseur puissant dans la place.

Nous avons un homme prêt à te dire "non".

Et cet homme se lève face à toi...

08/01/2011

Mit-ter-rand Pré-si-dent !

françois mitterrand.jpgCela fait donc 15 ans qu'il est mort !

J'avais 18 ans quand il a été élu. C'était la première fois que je votais. J'étais déjà politisé ; je lisais le Canard Enchaîné depuis 2 ans toutes les semaines.

Je connaissais bien sûr son livre "le coup d'Etat permanent" pamphlet contre la Vè République, l'affaire de "l'attentat de l'observatoire" qui a vu Mitterrand metrtre en scène "son" attentat.

Mais j'attendais Mitterrand.

Et les 2 premières années quel festival :

L'abrogation de la peine de port avec le discours de Badinter, la fin des juridictions d'exception, les lois Auroux et la mise en place des 39 h (bon ! Il avait promis 35. Ca attendra !), la 5e semaine de congés payés, la permission des radios libres et la fin du monopole d'Etat...

Et puis après cette belle période pour cause d'inflation : la politique de rigueur avec Bérégovoy... Un coup dans les gencives pour les classes populaires, mais  malgré tout l'espoir d'avancer.

Ensuite le 2e septennat ! Déjà beaucoup moins socialiste. On aurait du s'en douter : il s'était fait ré-élir sous l'étiquette "majorité présidentielle" ... Les années fric, l'entrée de Tapie au Gouvernement, le suicide de Bérégovoy, celui du garde-chasse présidentiel.

Et enfin les affaires : URBA, les écoutes présidentielles, la vie cachée de Mitterrand.

Pourtant, je garde un bon souvenir de cette période.

J'ai globalement l'impression que le statut des petites gens et des classes moyennes s'est amélioré durant cette période de 14 ans.

Et puis les affaires sont sorties au bout de 12 ans de Pouvoir. Pas au bout de 3 ans (si vous voyez ce que je veux dire !)

10:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : mitterrand, 1981, sarkozy, 1996, septennat |

14/09/2010

Ambiance pourrie

668138-816702.jpgJe viens de lire le Coucou .

J'avais oublié cette histoire des plombiers du Canard Enchaîné.

On en avait parlé même à la télé ORTF ... C'est dire !

Hier le Canard, aujourd'hui le monde. On finirait par croire que l'Histoire est un éternel recommencement.

Cette Histoire n'avait pourtant pas empêché Giscard d'Estaing de passer aux présidentielles 2 ans après.

De quoi méditer.

Pourtant, je ne me souviens pas avoir vu autant de principes baffoués.

Liberté de la Presse, séparation des pouvoirs, détournement de pouvoir.

République irréprochable qu'il avait dit (PMA le rappelle).

République irréprochable .... De quoi donner envie à un Peuple de redevenir royaliste.

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sarkozy, fillon, woerth, mam, mitterrand |

03/12/2009

Mitterrand et la Culture.

malraux.jpgFrédéric Mitterrand, n'est certainement pas une prise de guerre (ou un retournement) opéré par Nicolas Sarkozy ! Malgré son patronyme, Frédéric est de droite. Il le dit d'ailleurs.

Mais surtout, il agît comme un homme de droite.

Ainsi, il assume totalement la politique du Gouvernement et son émanation la plus emblématique : la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques).

J'en ai déjà parlé de cette RGPP dans ce blog.

En 2 mots, l'objectif  essentiel de cette RGPP est par le système de l'audit (public ou privé), de voir s'il n'ya pas pas possibilité de remplir les missions de service public mieux que ne le fait l'administration. Et de réfléchir aux moyens.; et par qui ces missions seraient mieux remplies !

En clair, cette RGPP ne peut qu'avoir comme conséquence de dégraisser l'Administration.

Revenons à Mitterrand ! Quand il a accepté le ministère de la Culture, on aurait pu admettre que l'acceptation de cette charge ne remettait pas en cause l'éventuelle existence d'humanisme ou de certains principes chez cete Homme...

Pourtant, en considérant que la Culture est comme tous les autres ministères, on est en droit de se demander si ce Ministre a quelque souci pourla Culture !

Je parle bien sûr de la Culture de masse, la culture des classes moyennes, la culture décentralisée (en tous cas hors de Paris) !!!

Mais probablement que notre Ministre pense que la Culture est elle aussi l'affaire de l'Elite uniquement.

ps Ha oui ! Pour les plus jeunes d'entre vous, le mec en photo c'est André Malraux ! Ancien Ministre de la Culture ! De droite !

18:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mitterrand, culture, musée, beaubourg |

12/11/2009

Devoir de réserve de Frédéric Mitterrand : merci Mr le Ministre !

frederic_mitterrand_reference.jpgJ'avais écrit ici-même ce que je pensais de l'intervention d'Eric Raoult suite à l'affaire de l'interview de notre "Prix Goncourt" !!

Le maire de Raincy demandait à Frédéric Mitterrand de prendre position sur un éventuel devoir de réserve des écrivains.

Mme Ndiaye, notre prix Goncourt, a sur-enchéri en demandant elle-aussi au Ministre de la Culture de prendre position !!

Il s'avère que Frédéric Mitterrand a déclaré en substance que chacunb des 2 protagonistes avait le droit de dire ce qu'il (ou elle) voulait.

"Ça me regarde en tant que citoyen, cela ne me concerne pas en tant que ministre" a-t-il déclaré !!!

Le figaro a donc titré "Ndiaye : Mitterrand ne tranchera pas". Libé quant à lui sort en titre "Mitterrand refuse d'arbitrer le différend entre Ndiaye et Raoult". Le monde, tout aussi sobrement que ses confrères remarque que "Mitterrand ne veut pas arbitrer la polémique Ndiaye".

On ne peut pas dire que la presse écrite soutienne grandement le Ministre de la Culture !!!

Je n'ai pas entendu non plus beaucoup de soutien de la part de ses collègues ministres !!!

Il semble donc que les membres du gouvernements et les journalistes aient retenu la leçon de la précédente mésaventure de Frédéric Mitterrand. Et cette leçon est : attendre les sondages d'opinion avant de prendre position.

Hé bien pour ma part je considère que Frédéric Mitterrand à eu la réponse appropriée dans cette affaire !

Il est le ministre de la culture et non le ministre des artistes (contrairement à ce que notre Président a pu nous faire croire en s'affichant avec Doc Gynéco, Enrico, Johnny ...).

S'il n'a pas à se prononcer en faveur ou contre Eric Raoult,le Ministre de la Culture n'a donc pas à prendre position pour tel ou tel artiste dans l'adversité.

Alors ! Bravo Mr le Ministre !

J'eusse aimé que vous eussiez (ça va les subjonctifs et la concordance des temps ?) la même réserve dans l'affaire Polanski !!

31/10/2009

Hollande sans concession !

medium_hollande_3.4.jpgDécidément allez-vous me dire, j'ai envie de parler des caciques du Parti Socialiste aujourd'hui !


C'est que je suis tombé sur une interview de l'ex Premier Secrétaire du PS dans le monde d'aujourd'hui !

J'y ai perçu un homme lucide.

Il reconnaît que durant son mandat il a trop voulu faire la synthèse (ce que tout le monde savait).

Il a une vision bienveillante des années Jospin et ça c'est étonnant et nouveau ; tant la gauche n'a cessé de battre sa coulpe sur cette période alors qu'il y a eu les 35h, le PACS, la liberté du Parquet par rapport au Pouvoir exécutif (la fin des instructions écrites).

Sur l'Europe il déclare :" la social-démocratie européenne a manqué à son devoir historique. En 1999, 11 Etats membres sur 15 étaient dirigés par des socialistes. Ils auraient pu contrebalancer l'élargissement qui était inévitable mais qui diluait l'Europe, par une politique d'avant-garde dans la zone euro. Ils n'ont pas eu cette volonté. Pour des raisons de compétition personnelle et de tradition nationale".

Je  bien d'accord et c'est bien d'entendre un dirigeant politique le dire. Même si ça vient tard ...

De même, il propose une réforme fiscale qui va à l'encontre de la politique actuelle. Oui ! Là on est dans le sujet !!!! Aujourd'hui, la Droite mène une politique (notamment fiscale) caricaturale de Droite ... Et la Gauche dans son ensemble s'évapore sur ces sujets sur lesquels historiquement elle a tellement de chose à dire !!!

Je vais finir par croire que Hollande, à force de synthétiser pendant ses 10 ans à la tête du PS, a gaché un vrai talent.

Dommage ! Dommage !

14:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hollande, ps, jospin, sarkozy, mitterrand |

08/10/2009

Mitterrand et.c ....

PolanskiIFFKV.jpgJ'avais un peu de  mal avec ce sujet dont tout le monde parle. Quelque chose me déplaisait encore plus que le reste. Et puis j'ai lu Nicolas et ça commence à s'éclairer pour moi.

Frédéric Mitterrand est en ce moment une cible tellement facile d'une part  Et je suis (comme tout le monde ou presque) contre la pédophilie d'autre part !

Et à crier avec les loups, on en devient inaudible !

D'un autre côté il faut faire attention aujourd'hui : être ne serait-ce qu'être désolé pour Mitterrand est presque considéré comme défendre l'acte pédophile. Et d'ailleurs  il ne s'agît pas de défendre Mitterrand !

Pourtant, je ne peux m'empêcher d'être agacé par le fait que le bouquin en question "la mauvaise vie" est sorti en mars 2005, qu'il a fait l'objet d'une promotion télévisuelle et qu'à l'époque tout cela est fort bien passé.

Ce bouquin n'avait  pas fait l'objet de critiques flagrantes au contraire. Et c'est 4 ans après qu'on se scandalise. Tout cela me paraît (je dis bien paraît d'autant que je n'ai pas lu le livre) bien hypocrite. Et il est probable que tout le monde s'en foutrait si Miterrand (qui était déjà connu à l'époque) n'avait pas été ministre d'une part, défendu Polanski d'autre part.

Alors pourquoi attaquer aujourd'hui, ce dont on se fichait il y a 4 ans ?

Paradoxalement et peut-être pour les raisons évoquées au-dessus, je suis beaucoup plus scandalisé par l'empressement du Ministre de la Culture à défendre quelqu'un de sa "caste" (celle de la culture) face à la Justice étrangère.

Les faits reprochés à Polanski ne sont pas contestés, c'est bien une juridiction d'un Etat démocratique qui a condamné Polanski. La Suisse n'est pas une République bananière. Et il n'y a pas prescription (puisque celle-ci a été interrompue au moins une fois).

Mais qui sont ces gens qui se croient au-dessus des lois ?

13/09/2009

Mitterrand s'était trompé. Lellouche s'exprime !!!

verdun84.jpgOn savait que François Mitterrand ne croyait pas à la réunification  de l'Allemagne.

Un article du figaro, faisant référence à des archives britanniques récemment publiées, nous montre à quel point François Mitterrand avait mécompris le "sens de l'histoire".

Plus précisément, il semble que le Président français en 1989, avait peur qu'une réunification de l'Allemagne provoque un déséquilibre de l'Europe voire mette le président soviétique progressiste Gorbatchev, en difficulté.

Vous me direz : pourquoi parler de tout cela sur un blog d'actualité ?

Pour le commentaire de Pierre Lellouche (ci-devant actuel ministre des affaires européennes) à cette affaire.

Il vaut le détour ! Je cite le figaro !

Pierre Lellouche, juge que les réticences de Mitterrand ont jeté un trouble dans la relation franco-allemande. «Le doute s'est installé à ce moment-là. Nous n'avons jamais rebâti totalement la confiance», affirme-t-il. Lellouche dit travailler pour faire en sorte que «le rendez-vous raté entre Mitterrand et Kohl il y a vingt ans devienne un rendez-vous réussi entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel», à l'occasion des célébrations de la chute du Mur.

Pour ma part, j'ai le souvenir que jusqu'au bout du 2e septennat, la France et l'Allemagne ont entretenu d'excellents rapports. Jusqu'au bout Mitterrand et Kohl se sont respectés et appréciés.

Et l'émotion de Helmut Kohl à la cérémonie religieuse de l'enterrement du Président français en dit plus long que ces quelques lignes sur les sentiments de Kohl vis à vis de Mitterrand.

Et je suis loin d'être sûr qu'un ministre du Gouvernement Sarkozy ait des leçons à donner sur les rapports de la France avec l'Allemagne. Que ce ministre se souvienne de la façon dont Nicolas Sarkozy a délaissé l'Allemagne à une époque où il voulait se servir de la Grande Bretagne pour courtiser les USA.

03/09/2008

JARNAC

Je ne connais pas Dorham. C'est en lisant partageons mon avis que je suis allé voir son billet.1450463385.jpg

Je  suis d'accord avec tout ce qui y est écrit. De façon diffuse je m'étais rendu compte que le bilan de Jospin avait été sali et déformé.

Je me souviens que les bons chiffres (chômage, croissance) de Jospin avaient été mis par la Droite sur le compte de la bonne conjoncture internationale.857757220.jpg

Mais Dorham a raison : depuis, la Droite a elle aussi bénéficié d'une bonne conjoncture internationale (sauf cette dernière année certes). Et ce n'est pas pour autant que la situation des classes moyennes s'est améliorée.

Contrairement à une idée fort répandue, Jospin a été un bon gestionnaire et un mauvais candidat !

Et pour Sarkozy et Chirac, c'est le contraire... Tant pis pour nous.

31/08/2008

Mon PS à moi 2 (Le retour)

Ca ressemble à un jeu de chaise musicale. Quand on se fait virer d'une alliance, on court en chercher une autre.215446430.jpg

C'est semble-t-il la mésaventure qui est arrivée à Pierre Moscocici qui passe de l'alliance Martine Aubry au clan Gérard Collomb. L'objectif de l'alliance Aubry étant l'union contre Ségolène Royal.

Le Parti socialiste a toujours été un parti de courants (de pensée). cela avait le mérite de favoriser les débats d'idées.

L'Université de la Rochelle vient nous confirmer que ce Parti (mais peut-on encore l'appeler ainsi ?) est composé de baronies dont les chefs nouent et dénouent des alliances avec une rapidité telle, qu'elles excluent toute union basée sur des idées communes. Seule compte la prise de pouvoir.1229779251.jpg

Les militants sont désappointés. Mais cela les baronnets n'en ont cure. Ils sont dans leur bulle.

Ils ont tort. Se rendent-ils compte que sans militants ils ne sont rien pour aller chercher les électeurs ?

La Rochelle n'aura rien fait avancer. L'Université d'été n'aura fait que montrer ce que beaucoup savaient déjà: le PS cache son absence d'idées derrière la querelle des chefs.

29/08/2008

MON PS A MOI ....

J'ai 45 ans et je vote à gauche depuis que j'ai 18 ans. La première fois c'était en 1981. Pour Mitterrand.

J'avais voté pour lui car je me sentais déjà de gauche. Peut être par rejet de la suffisance de Giscard d'Estaing.Peut être oui.

Mais pas seulement.516698135.jpg

J'étais enthousiaste à l'idée que pour la première fois de ma vie, j'aurais voix au chapitre et que je participerais par mon scrutin à la diminution du temps de travail de 40 à 35h, à l'abolition de la peine de mort, à la fin des juridictions d'exception comme la Cour de sûreté de l'Etat ou les Tribunaux permanents des forces armées.

Une relance annoncée de l'économie par la consommation était pour nous citoyens et consommateurs, la promesse de jours meilleurs après ces 5 années barristes de rigueur et ces 23 années de Gouvernement par la Droite.


Et puis, il y a eu l'exercice du pouvoir.


Deux premières années conformes aux promesses : abrogation de la loi sur la peine de mort (magnifique Badinter), un début de mise en place de 35h : les 39 heures, indépendance de la télé par rapport au pouvoir, relance de l'économie par la consommation.....

 C'est cette relance de la consommation qui a mis un coup d'arrêt à cet état de grace socialiste. Elle était génératrice d'un taux d'inflation à 2 chiffres et mettait en danger notre monnaie nationale, ce qui rendait nos importations très chères.....53936829.gif


Retour à la rigueur donc. Parallèlement, la gauche s'est mise en tête de décomplexer ses rapports avec l'argent : pourquoi le fait d'être de gauche empêcherait-il d'être à l'aise financièrement, voire d'être riche.

Ca a été les « années fric ». Arrivée de Bernard Tapie qui a eu le « bon goût » de se déclarer comme étant de gauche . Sa faconde, son culot fascinaient Mitterrand qui l'a fait entrer au Gouvernement.


Au PS, on est de plus en plus socio démocrate. Pourquoi se gêner ? Le PC de Marchais est moribond.

Je me souviens d'un meeting du PS pour soutenir un candidat aux municipales. Un militant socialiste euphorique s'est pris d'une interprétation (réussie) de l'Internationale au trombone à coulisse. Silence gêné dans la salle. Révélateur non ?

C'est à ce moment là je crois que le Parti socialiste perd définitivement le contact avec sa base historique, phénomène accentué par l'arrivée de nouvelles générations.

Le départ de Mitterrand et l'élection de Chirac qui a la bonne idée de surfer sur la « fracture sociale », mettent le PS à l'écart.

 Une immense bêtise de Chirac en 1997 (la dissolution de l'Assemblée Nationale) conforte les dirigeants socialistes dans leur idée que le « réalisme économique » est la seule voie possible.

La Gauche revient au pouvoir dans le cadre d'une 3è cohabitation. Jospin tente quelques réelles réformes de gauche. Certaines passent : comme celle sur les 35 heures, le PACS...857757220.jpg

2002 : la Présidence se décide entre Chirac et Lepen. Le PS choisit de voter Chirac (ouf). Paradoxalement, celui-ci qui a été élu par de nombreuses voix de gauche, entreprend une politique très conservatrice qui finit dans l'immobilisme.

2007 : éléction de Sarkozy. Sa politique est régulièrement commentée ici, je ne vais pas y revenir.


Après toutes ces années, qu'est devenu le PS ? Quels sont ses projets ? Ses rêves ? 

En 2006, j'ai fini par m'inscrire au PS pour pouvoir choisir Ségolène comme candidate. J'aurais été fier de voir une femme présidente, surtout une socialiste.

Je ne suis allé à aucune réunion, je n'ai pas renouvelé mon adhésion car plus grand chose me plaît dans ce parti.

C'est devenu une foire d'empoigne entre ambitieux.Les petites phrases ont remplacé les débats, les clans ont remplacé les clubs de réflexion.


Je ne vois personne digne de diriger ce pays. Ha Jospin... quelle connerie tu as faite ce soir là !

Fabius ? Je l'ai suffisamment vu à l'oeuvre dans les années 80 pour savoir qu'il n'est pas ce qu'il prétend être (un socialiste de la gauche). Mélanchon ?? laissons tomber.

Ce que je vois aussi, c'est qu'un des principaux dirigeants du PS est président du FMI organisme qui « gère » la mondialisation et dont le siège se trouve dans le pays qui l'influence le plus (les USA). Je vois aussi que l'OMC qui prône le libéralisme à tout va est géré par un (ex ?) socialiste français.

Un des plus grands scandales dans notre pays est l'écart grandissant entre les plus pauvres et les plus riches. Que propose le PS ? Rien.

Les stock options, invention des américains, ont été adaptées en France. En pis, puisque uniquement au profit des plus riches. Que propose le PS ? De les interdire ? Hé bien non!

Quelle est la position du PS sur l'Europe ? Est-il disposé à reconnaître que cette Europe là est ultra libérale et que l'Union européenne est affiliée à l'OMC ? Non, puisqu'il a appelé à voter oui sur le dernier traité de Lisbonne.

Tout cela ne me plaît pas. Et pis ! Je ne vois pas ce qui pourrait faire que cela s'arrange.

Comment voulez-vous que je me retrouve dans ce parti là ??


 

26/07/2008

OBAMA ? C'EST MON COPAIN !

La presse unanime se fait l'écho de la grande complicité constatée entre le candidat OBAMA et le Président français lors de la visite éclair de l'Américain à Paris.

C'est fort bien. C'est de mon point de vue, un Homme Politique beaucoup plus présentable que son compatriote BUSH. A priori Obama et Bush n'ont pas grand chose en commun !866182083.jpg

Justement ! Bush... Il est venu à Paris il y a quelques semaines et a publiquement confirmé la grande amitié existant entre lui et le Français.

Comment est-il possible d'être ami avec 2 personnes aussi différentes ?

La réponse est simple : Le Président Français est ami avec les personnes qui ont le pouvoir ou qui d'après lui sont en passe de l'avoir. Et selon ses critères, la Présidence américaine est l'archétype même du pouvoir.

Cela me rappelle une anecdote. Juste avant l'élection présidentielle de 1981, François Mitterrand s'était vu poser par un journaliste TV la question suivante : "Léonid Brejnev (le dirigeant de l'URSS de l'époque) a clairement fait valoir sa préférence pour Valéry Giscar d'Estaing comme président de la République ! Cela n'est-il pas un problème pour vous ?". Mitterrand avait répondu : "Mr Brejnev aime les gens qui ont le pouvoir. Lorsque je serai Président, il m'aimera ! ".

De là à comparer Brejnev à Sarkozy... Je n'irais pas jusque là ! Et puis, ça ne serait pas bon pour OBAMA...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu