Avertir le modérateur

27/12/2012

l'objectif de 3% pour 2013 ne serait plus une obligation absolue ?!

fmi,lagarde,politique,pib,3%C'est presque un coup de tonnerre dans les milieux économiques et financiers !

L'objectif des 3% de déficit /pib n'est plus une obligation. Cette nouvelle ne vient pas du front de gauche ni même du parti socialiste, mais du fonds monétaire international (fmi)!

C'est dans le figaro.

Je me suis toujours (voir ici en tout cas)demandé pourquoi après des années de laisser-filer le déficit, l'union européenne avait fixé un objectif aussi rapproché et donc aussi irréalisable.

Toujours est-il que le FMI est en train de se rendre compte des effets néfastes de la politique de rigueur mise en place dans l'ensemble des pays européens. D'ailleurs, si vous vous souvnez bien, cette politique de rigueur à été préconisée par le même FMI.....

Alors ? Hé bien il est probable que l'ue soit à nouveau écoutée ! Et que des mini politiques de relance soient mises en place en Italie, en Espagne et même en France .

Tout cela me fait penser à la politique du stop and go du Royaume Uni des années 60-70 ....

En conclusion je dirais : les économistes, quoique'ils en disent, ne savent pas mieux que nous vers où on va. Ils savent simplement dire après coup pourquoi il ne fallait pas telle ou telle politique.

10:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fmi, lagarde, politique, pib, 3% |

13/08/2009

Ce billet s'adresse aux libéraux ...

milton_friedman.jpg... et en particulier à mon troll déterré par le taulier de PMA !

En effet, à la lecture du monde et l'écoute de France Info, j'apprends qu'en France et en Allemagne, le PIB au 2è trimestre a augmenté de 0,3%. Ces 2 pays ont une conception  similaire concernant le service public et les assurannces sociales.

Alors que dans le même temps, dans le reste de la zone Euro, le PIB avait diminué de 0,1%. Au Royaume Uni (Etat modèle des libéraux), le PIB a chu de 0,8%.

Mme Lagarde, ministre de l'économie de Nicolas Sarkozy attribue cette bonne surprise à l'investissement des entreprises publiques et à la bonne tenue de la consommation  française (grace aux retraites et prestations familiales).

Les entreprises privées, malgré les prêts faramineux de l'Etat aux banques françaises, continuent elles à ne pas investir.

Messieurs les libéraux, c'est à vous. J'attends de vous lire  ....

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : pib, france, 0.3%, croissance, lagarde, sarkozy |

11/07/2009

Le Parti de la dette

sarkolouis.jpgOn s'en inquiète à gauche (Fabius, Royal ...) ! Mais aussi à droite (Philippe Marini, Arthuis, et surtout Seguin) ! Même au centre !

A tel point que le monde parle de "parti de la dette" qui transcenderait le clivage gauche-droite !

Depuis les années 80, la gauche passe pour dispendieuse avec l'argent de l'Etat et pour une créatrice de déficit. Ce n'est pas faux pour la période 1981-1983, même si c'est caricatural puisqu'après 1983 le Gouvernement de gauche a mené une politique de rigueur (rappelez-vous les années Delors puis Bérégovoy).

Et encore, ces années de largesses des l'Etat étaient-elles justifiées par une volonté de contrôle de l'économie (rappelons-nous qu'à une époque la gauche nationalisait), et d'aide aux plus démunis (lois Auroux, coups de pouce au SMIC ...).

La droite elle, a la réputation de savoir gérer les finances de l'Etat : pas comme la gauche !

Et pourtant, qu'observe-t-on à l'aune de la politique sarkozyste ?

Que sous prétexte de vouloir diminuer le déficit de l'Etat, le Gouvernement s'attaque au service public (hôpital public, administration de l'Education Nationale notamment) afin de diminuer les dépenses. Cela n'a malheureusement aucun effet positif sur les finances car en vertue de son idéologie, ce même Gouvernement diminue les recettes en réduisant les impôts. Ce qui d'ailleurs bénéficie aux classes les plus aisées.

Que cette idéologie est maintenue envers et contre tout malgré l'arrivée de la crise (que d'ailleurs nos Gouvernants n'ont pas su prévoir ni anticiper).

Résultat : les cadeaux pour les classes les plus aisées sont maintenus (bouclier fiscal, déductions fiscales possibles sur l'ISF) et les classes moyennes acquièrent ou vont acquérir de nouveaux droits (de faire plus d'heures supplémentaires, de travailler jusqu 67 ans, de travailler pendant un congé maladie, de travailler le dimanche ...)

Et en ce qui concerne les finances les chiffres de la droite gestionnaire sont éloquents (ils émanent du ministère du budget): l'endettement atteindra, à la fin de cette année, 77 % du PIB, 83 % en 2010, 86 % en 2011 et 88 % en 2012.

Rappelons que depuis Maastricht, les Etats européens doivent respecter un endettement maximal de 60% du PIB ...

Au vu d'un tel bilan de la droite sarkozyste, la gauche ne devrait pas avoir à s'inquiéter pour les élections présidentielles!

Et pourtant ! Et pourtant !

Cherchez l'erreur .....

21/06/2009

Déficit budgétaire de l'Etat plus important que prévu !

sarkozy-en-rit_1242266946.jpgIl y a quelques jours, je pestais contre la forte augmentation du budget de l'Elysée alors qu'on annonçait un déficit budgétaire de l'Etat d'au moins 6% !!

Aujourd'hui, j'apprends que le déficit national sera compris entre 7 et 7,5 % (du PIB) !

Inutile de vous dire que je serai particulièrement attentif dans les mois à venir aux travaux de surveillance du député Dosière, qui semble être la seule personne officielle en France à surveiller les dépenses (somptuaires) de l'Elysée.

A l'heure où le Gouvernement persiste à baisser les impôts des plus riches, c'est le moins que nous puissions faire.

Et qu'on ne me parle plus de soi-disant "gauche dispendieuse" avec le Budget de l'Etat à opposer à la "droite gestionnaire" !!! La droite gère les actifs des riches un point c'est tout. La classe moyenne faisant office de banquier des sociétés du CAC40 !

Et dire que ces dépenses ne semblent pas près de se calmer puisque demain on rejoue le film de Sacha Guitry "Si Versailles m'était conté" !!!

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : deficit, budgetaire, pib, sarkozy, elysee |

21/12/2008

On est en récession ? Et alors ?!

economie-ecologie.gifLe Gouvernement sbattu jusqu'au bout pour ne pas employer le mot. Il est allé jusqu'à utiliser l'adjectif "technique" pour le tempérer. Et puis l'INSEE a rendu ses prévisions pour 2009 : la récession est là et bien là ... Les  économistes réputés nous donnent leur recette pour sortir de la crise.

OK la récession est là. Et alors ??

Certes les plans sociaux se multiplient, mais ont ils jamais cessé depuis des années ? Est-ce que la crise n'est pas une opportunité pour les entreprises de virer ses "trop pleins" de main d'oeuvre ?

Grace à la récession, le prix du gazole a diminué à la pompe, le prix des matières premières semble également cesser d'augmenter. J'apprends que le taux d'inflation mensuel devient négatif. Il apparaît aussi que du fait du ralentissement de l'activité, nous polluons moins.

Alors quoi ? Notre pays est en croissance constante depuis 19991. Vivons-nous mieux en 2008 qu'en 1991 ? Je n'en suis pas certain. A qui profite la croissance ? Pas aux classes moyennes en tous cas !

Alors ? Pourquoi continuer à accepter cette espèce de Diktat de la croissance à tous prix ?

Est-ce qu'un arbre grandit de la même façon toute sa vie ?? Non.

Alors pourquoi devrait-il en être autrement pour une économie ?

18/08/2008

Fillon réunit des ministres en plein mois d'août

L'annonce d'un recul de 0,3% du PIB au 2e trimestre fait peur. Le Gouvernement voyant apparaître le spectre de la récession (il faut 2 trimestres de baisse de PIB pour qu'il y a ait récession) se doit de réagir et de trouver des solutions pour "identifier les réponses qui devront y être apportées".1798044048.jpg

Oui, la récession inquiète dans le sens où elle révèle une décroissance.

Pour nous, consommateurs je ne suis pas sûr que cela change grand chose : les prix vont continuer d'augmenter plus vite que les salaires, il faudra continuer de se serrer la ceinture. Ce n'est pas cela de toutes façons qui inquiète le Gouvernement .

Non ! ce qui inquiète le Gouvernement, c'est la baisse de valeur des biens et services produits par le pays (les entreprises).

En clair, nos dirigeants sont dans une logique d'augmentation à tous prix de cette valeur. Le bien être des citoyens (pouvoir d'achat, emploi ...)n'a aucune importance.

Nos Gouvernants ont en général beau jeu de nous indiquer que le bien être des citoyens dépend directement du taux de croissance du PIB. pourtant  :

- entre 2000 et 2007, le PIB a augmenté de 31,27% (source INSEE )

- l'indice des prix a augmenté de 15,8% entre 2000 et 2007 (source INSEE )

- Le revenu moyen par ménage entre 2000 et 2006 a augmenté de 13,87% (autre source INSEE)

En conclusion : Une croissance de l'économie devrait d'après nos dirigeants, influer sur le niveau de vie des "classes moyennes et inférieures". Nous voyons que ce n'est pas le cas.

Alors, quid d'une situation de décroissance sur notre niveau de vie ?? Nul doute que le Gouvernement fera planer la menace d'une situation pire encore pour les salariés.

Je penserais pour ma part que la décroissance nuit surtout à ceux qui détiennent les capitaux.

Je leur souhaite donc la bienvenue dans le marasme économique.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu