Avertir le modérateur

01/08/2011

Il faut augmenter l'impôt sur le revenu.

Budget-200x300.jpgLe titre de ce billet peut être vu comme une volonté de faire réagir, voire une provocation.

Ce n'est pas le cas.

Faisons un bref rappel historique. Jacques Chirac, peu avant son 2è mandat en 2002 annonce son intention de diminuer l'impôt sur le revenu (comprendre baisser la pression fiscale).

Il est vrai que dans le monde occidental, la France fait figure d'épouventail en matière de politique fiscale.

L'impôt sur le revenu stagne voire diminue effectivement !

Une fois élu, Nicolas Sarkozy continue cette politique de diminution de l'impôt sur le revenu et bien sûr le fait savoir.

On commence à s'apercevoir et à comprendre que cette politique fiscale bénéficie surtout aux classes les plus aisées. Pis, avec le bouclier fiscal et la diminution de l'ISF (qui certes porte sur le patrimoine et non le revenu), on comprend que plus un Français est riche, moins il subira la pression fiscale.

A l'évidence, ce sont les classes moyennes qui bénéficieront le moins de la politique de baisse de l'impôt sur le revenu !!!

Voilà pour le contexte ....

Là dessus en 2008, la crise boursière, puis financière, puis économique arrive des USA et impacte directement l'économie française.

Ailleurs en Europe, l'Irlande est au bord de la faillite, puis les PIGS (sympa l'acronyme) sont mis au ban de l'UE.

On nous explique donc que malgré la crise financière, qui forcément diminue les recettes des Etats et donc crée du déficit, il faut absolument ré-équilibrer les comptes des Etats et donc dépenser moins !!!

Pis ! La France (et une bonne partie de l'UE) soutient que malgré la crise il faut poursuivre la diminution des impôts directs !!!

En clair, il manque d'argent dans les caisses de l'Etat, et on diminue ses ressources. Ajoutez à cela la règle d'or défendue par le Gouvernement Fillon ....

Si nos gouvernants voulaient étrangler les Etats, ils ne s'y prendraient pas autrement.

Mais peut-être est-ce cela le but ultime ?! Faire qu'il y ait moins d'Etat et que le Pouvoir Economique prenne définitivement le pas sur le Pouvoir Politique ...

21:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : crise, budget, deficit, sarkozy, ue, pigs, impots |

15/07/2011

C'est décidé ! Je dégrade la note des agences de notation !

bonnet-d-ane-147e513.jpgLes agences de notation font la pluie et le beau temps dans le Monde.

Après avoir sévi en Europe où les notes de la Grèce de l'Espagne, du Portugal et de l'Islande (et l'Italie) voilà que nous apprenons que les USA sont dans le collimateur des agences Moody's ainsi que Standard and Poor's.

Alors, vu les conséquences des notes données par ces organismes (puisque de ces notes dépendent les taux d'intérêts auxquels les Etats notés pourront emprunter sur le marché), je propose de noter ces agences de notation.

Parce qu'aucune des agences précitées ni Fitch n'a vu venir la crise de 2008. Parce qu'elles ne sont pas un exemple de transparence quant à leurs bailleurs de fonds. Parce qu'elles hurlent avec les loups.

Voici mon classement :

Fitch : BBA

Standard and Poor's : BBB

Moody's : BB-

Ha mais ... Moi aussi je peux menacer ! ... Menacer ! Comment un organisme qui se veut objectif peut-il menacer ??

Mais quelle note mettez-vous ? Vous ?

Qu'en pensent les collègues ? : 100 000 V, Ce Que Je Pense ..., Bloguer ou ne pas bloguer, Le grumeau, A toi l'honneur !, la suite..., Les divagations NRV de cui cui fit l'oiseau., Détours à Tours, Unhuman, Entre Musique et Politique, Fattorius, le blog d'une femme de sportif, Fucking disgrace, Impromptu, Je n'ai rien à dire ! et alors ??, Le blog de Laurent Grandsimon, Chez Homer, Le Parisien Libéral, Les aventures d'Euterpe, Les Peuples du Soleil, Les privilégiés parlent aux Français..., Les trucs de Myrtille, Ecume de mes jours, Margaud cuisine mais préfère diner en ville, Du trASh et DeS bAiSerS!!!, Ménilmontant, mais oui madame..., MINIJUPE, Le blog du modérateur, Mon avis t'intéresse, Mon Mulhouse le blog 100 % BIO, mtislav, A perdre la raison, Philippe Méoule, Du petit monde de Gildan, le blog de polluxe, Princesse101, Reservus'blog..., Cocktail de Web News, Répertoire de la Science Fiction, Le blog de Rébus, Sarkofrance, Sète'ici, Le coucou de Claviers, Une Autre Vie, Moi, je, Alter Oueb, Asclepieia, Autour du Web, Chez dedalus, Bah !, Choblab, Chroniques d'une Chocoladdict, Chroniques d'un breton, DenisHirst.fr, Le Blog de Gabale, Intox2007.info, LMO, Le blog de Luciamel, Maman@Home, Météo Mulhouse, Lyonnitude(s), blog de David Burlot, Traqueur Stellaire, Le Mag TypePad, [Unhuman]geek, Valunivers, Virginie B, Xapur's Blog, Zette And The City, de tout de rien, Homer ?

12/07/2011

Après la Grèce, l'Italie ....The show must go on !

Déficit.jpgAu Gouvernement, la tendance ce mois-ci est de parler d'inscrire l'interdiction du déficit dans la Constitution.

C'est le nouveau gadget !

Je parle de gadget dans la mesure où obtenir un équilibre budgétaire  en diminuant les impôts pendant une période de crise est illusoire.

Mais bon ... La Campagne a démarré.

Il est intéressant de constater que la précédente fois où des Pouvoirs Publics ont décidé de réglementer les dettes publiques et les déficits publics ça n'a absolument pas marché. Au contraire, cette tentative a rigidifié les budgets nationaux et a supprimé toute marge de manoeuvre !

Vous voyez de quoi je veux parler ??

Le Pacte de Stabilité et de Croissance mis en place dans la Zone Euro.

Ce carcan a été créé par l'UE en 1997 et a été réformé en 2005. L'objectif était louable : diminuer les déficits.

Il a donc été décider de limiter les déficits des Etats à 3% de leur PIB (Produit intérieur brut). L'endettement public (la somme des déficits dans le temps) a quant à lui été limité à 60% du PIB !

Jusqu'à la crise, la plupart des Etats essayaient bon an mal an de parvenir en-dessous de ces taux en utilisant tous les même politiques. Diminution des Services Publics et baisse des impôts. Et quelques privatisations aussi ...


Là-dessus Patatras ! La crise !

Les Etats européens décident de soutenir les banques et éviter un krach Lehmann Brother.

Les économistes avaient prévenu qu'un tel soutien ne pourrait se renouveler ...

Il y a 2 ans, les même économistes parlaient des PIGS (Portugal, Irelande, Grèce, Espagne) qui étaient les pays les plus fragiles susceptibles de mise en cessation de paiement.

Mais on ne parlait pas de l'Italie... Maintenant si !

Certains chroniqueurs ont même levé le tabou et parlé de la France en déclarant sur France Info que la France "ne serait pas épargnée".

Je sais bien que ça paraît bizarre de dire que c'est la volonté de mettre fin à tous prix aux déficits, qui justement crée les méga-déficits ....

Et pourtant .... Admettez que la concommittance est troublante.

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : pigs, ue, grece, euro, zone, deficit |

21/06/2011

Après la Grèce ... L'Espagne ??? Et après , à qui le tour ??

FMI.jpgL'économie grecque est à l'agonie. L'Europe va mettre encore une fois la main à la poche. La Grèce a menti à l'UE (avec la complicité de Goldman Sachs).

La Grèce vit depuis des années au-dessus de ses moyens.

La politique de rigueur menée par Papandréou, pour très impopulaire qu'elle soit, n'est pas suffisante. Il faut plus de rigueur. Il faut vendre les bijoux de famille. En clair ; privatiser !

Ca fait plus d'un an que nous sommes assomés par ces leitmotivs.

Un rapport du FMI vient d'être rendu public. Tiens ? Le FMI fait dans la transparence ?

Ce rapport ne concerne pas la Grèce mais l'Espagne.

En résumé, le rapport dit que l'Espagne a fort bien fait de mettre en oeuvre une politique économique de rigueur depuis 1 an, car la situation eût été catastrophique pour elle et les conséquences eussent été désastreuses pour l'Europe vue l'importance relative de l'Espagne.

"Le gouvernement socialiste espagnol a réformé son marché du travail et son système bancaire, tout en reculant l'âge du départ à la retraite. Il a aussi appliqué de nombreuses mesures d'austérité pour réduire ses dépenses. "Cette amélioration de la confiance des marchés qui en a découlé a été décisive non seulement pour l'Espagne mais aussi, compte tenu de la taille systémique de l'Espagne, pour toute la zone euro dans son ensemble" (voir dans le monde).

Là aussi, c'est bien pour le FMI. Mais ce n'est pas suffisant ! Il faut encore réformer le marché du travail (le rendre plus "flexible" comme ont dit aujourd'hui) , diminuer les indemnités de licenciement (un comble en période de chômage), faciliter la négociation collective (ben voyons !).

Quant aux "indignés" et dangers d'instabilité sociale, le FMI n'en a rien à faire.

Bon ... Ben on ne pourra pas dire qu'on n'a pas été préparé à une politique de rigueur en France.

22:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : fmi, grèce, espagne, pigs |

27/03/2011

L'Europe ... Cet antre du savoir

243f5e68-5715-11e0-abeb-66ecc7c0fd45.jpgPlus encore qu'à l'habitude il s'agît d'un billet d'humeur. Vous voilà prévenu.

Mise à part la Lybie et le Japon (et accessoirement les cantonales) de quoi parles-t-on dans les journaux ces temps derniers.

- De manifestation en Grande Bretagne pour cause de casse des services publics (le jdd). Moi qui pensais que le modèle britannique était l'objectif français en terme de casse du Servoice Public, j'apprends du même coup que Mme Thatcher n'avait pas "fini le travail". En plus, arriver à faire manifester les britishs, il faut le faire !!

J'avais raconté la tête que faisaient les Anglais (nombreux dans ma ville) quand ils nous voyaient manifester contre les retraites en septembre octobre dernier.

- Du refus de Mr Socrates, 1er Ministre du Portugal (et moi qui croyais que c'était ... un footballeur), de solliciter le plan de sauvegarde de l'UE-FMI, pour sauver son pays de la banqueroute. Alors en attendant, l'UE assiste les bras croisés à la descente aux enfers du budget portugais ... Parce que le Portugal ne veut pas faire la politique de rigueur prônée par les instances internationales. «Le Portugal n'a pas besoin de plan de sauvetage et je maintiendrai cette position pour défendre mon pays. Parce que je sais ce que cela a signifié pour l'Irlande et la Grèce, et je ne souhaite pas la même chose pour mon pays», a déclaré le premier ministre, vendredi. cf le figaro. Donc pas d'aide pour les Portugais. Hors la politique de l'UE : pas de salut !

Cela me rappelle beaucoup la politique libérale prônée par le FMI en Amérique Latine et sans laquelle les pays sud-américains n'obtenaient pas d'aide du Fonds monétaire et de la Banque mondiale. Résultat : 20 ans après, toutes les démocraties sont passées à gauche. Et je ne suis pas sûr qu'elles s'en portent plus mal.

La Commission devrait penser à tout cela (les manifestations et l'histoire sud-américaine récente). Ca lui évitera des déconvenues.

Même si la situation des citoyens européens est beaucoup plus enviable que celle des citoyens arabes, le vent de liberté qui souffle chez ces derniers me semble bien contagieux.

12/02/2011

La Grèce ... Le bon choix politique

grece_antique2_0419.jpgLa Grèce applique sous la pression de l'UE, après des années un comportement de cigale, une politique de fourmi. C'est la rigueur budgétaire entraînant une diminution drastique des dépenses de l'Etat.

Ce qui est bien avec la Grèce, c'est qu'elle fait ce qu'on lui dit de faire.

A-t-elle vraiment le choix d'ailleurs ? Poser la question, c'est déjà y répondre bien sûr !

Ainsi, on apprend dans le monde que les dirigeants hellènes vont recourir aux privatisations pour sortir de la crise.

Ca me laisse pantois : privatiser pour diminuer le déficit !!! Tout cela sous le regard bienveillant et rempli de commisération de la Commission, de la Banque centrale européennes et du FMI. Ce dernier organisme étant dirigé (faut-il le rappeler ?) par un baron socialiste).

Autrement dit : on casse le Service Public, et on transfert un pactole au secteur privé.

Le lecteur pensera peut-être que l'on parle de la Grèce et que la Grèce c'est sommne toute assez loin de la France.

Mais la Grèce est le 1er des 4 pays européens à risque (avec le Portugal, l'Espagne et l'Irlande : les fameux PIGS) à être tombée en faillite.

Inutile de dire que le FMI, la BCE et la Commission vont faire appliquer la même politique à ces 3 autres Pays.

En ce moment, l'UE ne tarit pas d'éloges à propos de la politique de la Grèce allant jusqu'à faire paradoxalement de ce Pays e bon élève de l'Europe !!!

Il sera donc d'autant plus facile à la Commission, la FMI et la BCE de faire de cet Etat le modèle à copier.

12:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : grece, pigs, ue, fmi, banque mondiale |

23/12/2010

Standard & Poor's confirme le AAA pour la France

SP.jpgJ'imagine que les économistes sont soulagés. Il est probable que les satisfécits gouvernementaux ne vont pas tarder (peut-être à l'occasion des voeux présidentiels).

Toujours est-il que la France ne suivra pas l'exemple des PIGS (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne). (cf ici)

Bien.

Mais vous n'avez pas l'impression qu'on tourne en rond, voire qu'on est dans un cercle vicieux ?

Car cette notation a une influence considérable sur les marchés et donc sur les taux d'intérêts auxquels empruntera la France.

Plus la note est élevée, moins les taux d'intérêts seront élevés.

Le paradoxe est que ces agences de notation n'ont pas vu arriver la crise et considéraient l'Irlande comme l'exemple à suivre.

Et quand la crise est arrivée, ce sont les Etats qui ont du mettre la main à la poche pour garantir les banques et stabiliser les marchés.

Sans les Etats, les marchés se seraient effondrés.

Et maintenant, ce sont les agences de notation qui (comme avant la crise) décident de la fiabilité des Etats.

Il n'y a pas comme un problème là ?

07/03/2010

L'Europe ? Pour quoi faire ??!!

jpg_plantu.douanes.UE.jpgSouvenez-vous ! C'était peu avant en avril 2005 ! Le Président Chirac effrayé par les sondages, s'était attelé à répondre à la télévision aux inquiétudes des Français exprimées dans les sondages annonçant que les citoyens allaient voter "non" !

Il avait dit dans cette émission :"Je ne comprends pas pourquoi vous avez peur ?". C'était sincère. Il ne comprenait pas.

Il ne pouvait pas comprendre.

Les objectifs européens avaient changé depuis 50 ans ! Imperceptiblement, inéluctablement, irrévocablement.

Les Français de plus de 45 ans doivent se rappeler que lorsque l'Europe s'est faite, elle a été présentée comme un marché commun : une suppression des droits de douanes entre les Etats Européens. Le but était de faire se rapprocher des Etats en état de guerre séculaire (France, Allemagne, Italie, puis GB).

Des gens comme Monnet et Schumann avaient compris que des Etats avec des liens fort ne pourraient plus se faire la guerre.

Pour aider les Français à accepter cette idée, les gouvernants leur ont expliqué que la "Communauté Européenne" constituerait une protection commerciale et financière des citoyens contre le Japon l'URSS et les USA (les grandes puissances de l'époque) !

En effet, si les droits de douane étaient supprimés entre ses membres, rien n'interdisait à la CEE de protéger ses industries et son agriculture par des droits de douane.

Et c'est ce qui a été fait ! Au début .....

Et puis la Communauté Européenne a grandi passant de 6 membres à 27 ! Un succès d'estime donc puisque tout le monde veut y entrer !!!!

Pourtant, vue de l'intérieur, qu'est devenue l'UE (Union Européenne) ?

Une structure ayant pour vocation à supprimer les freins à la concurrence comme le souhaitent l'OMC (organisation mondiale du commerce remplaçant le GATT), le FMI et la Banque Mondiale. En 50 ans, les droits de douane pour faire entrer les produits au sein des pays de l'UE ont été divisés par 8.

Les différentes douanes européennes sont mises en concurrence entre elles pour attirer les entreprises sur leur territoire ! Et comment attirer les entreprises si ce n'est en diminuant les contrôles des entreprises ??!!

Que voit-on encore de l'intérieur de l'UE ? Nous voyons une apathie complète de la Commission dans la gestion de la crise économique et financière qui nous atteint depuis un an et demie ! La crise a été gérée par les nations, pas par l'UE. Jean-Claude Juncker, chef de la zone Euro met en pratique le laissez-faire qu'il prône !

Pis, l'UE laisse les financiers spéculer sur la mise en faillite des PIGS (Portugal, Italie, Grèce et Espagne). Le summum est atteint quand le Président de la Commission  Européenne empêche le FMI d'intervenir en faveur de la Grèce !

Comme le rappelle le Grumeau, certains députés allemends conseillent à la Grèce de vendre certaines de ses îles pour se renflouer.

Que voit-on encore de l'intérieur de l'UE ? On a vu que le passage à l'euro a été concommittant avec des augmentations de prix sur les biens primaires (essentiels) comme le pain, les produits laitiers, les fruits et légumes.

Allors oui ! Forcément ! En 2005, le Président Chirac ne pouvait pas comprendre !

Et aujourd'hui ?! Nos élites nationales et européennes sont elles en état de comprendre que ce n'est pas de cette Europe là qu'on veut ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu