Avertir le modérateur

19/10/2012

Le Dieu Google ...

google,presse,jegounJ'ai bien noté que Jégoun n'était pas d'accord du tout avec ce que j'ai écrit hier. Comme Le Parisien Libéral d'ailleurs ! Ce dernier considère que la mise en place d'une telle taxe est une atteinte à la liberté. Je comprends cette remarque de la part d'un libéral.

J'ai plus de mal à suivre Jégoun. D'abord à la différence de lui, je ne me fiche pas de savoir comment Google gagne son argent. Qaund bien même ce serait  par la publicité, c'est le consommateur final qui finit par la payer (un peu comme la TVA !).

Oui, je suis outré qu'une Société fasse du chantage à un Etat. Qui plus est à mon Pays.

Je n'ai pas une sympathie particulière pour la presse française que je trouve parfois  bien complaisante avec le Pouvoir en place. Je sais aussi que cette Presse a pu perdre des contrats publicitaires pour cause d'articles considérés comme médisants par leurs annonceurs ....

Mais surtout, j'ai un peu de mal à croire à la volonté de Service Public de Google qui absorbe depuis des années ses concurrents. Sa position est  d'ailleurs similaire à celle de microsoft.

Nous savons que Google est en train de mettre en place une bibliothèque universelle. Certains des livres numérisés sont tombés dans le domaine public. D'autres non .... Google ne s'embarasse pas des droits d'auteurs pour les livres. Pourquoi le ferait-il pour les journalistes ?

Et pourtant sans rémunération, pas de droits d'auteurs ( Ca me rappelle le débat sur Hadopi !).

C'est un peu ce que je reproche à Google. Il est en position dominante et il en profite, jusqu'à menacer des Etats.

Et ça c'est inadmissible pour moi.

Il récupère des milliards de données. Que va-t-il en faire ?

Après la menace sur les Etats, que va nous sortir Google ?

Je me retrouve par contre dans le discours de Juan qui pense que tout cela est l'occasion de crééer un site européen. Mais pour moi, ce type de site devrait être un site public....

22:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : google, presse, jegoun |

18/10/2012

GOOGLE vs FRANCE

google,france,taxe,presse,editeursLa Presse française n'allait pas bien déjà avant l'arrivée d'Internet.

Le web croissant, la Presse a du s'adapter et créer des éditions en ligne limitées par rapport à l'édition papier.

Ces sites sont subventionnés par la Publicité.

Il se trouve que le moteur de recherche de référence a créé il ya quelques années déjà une rubrique "google actualités" qui renvoie à la presse en ligne.

Les éditeurs de presse belges avaient essayé il y a 1 an et demie d'avoir des droits d'auteurs sur leurs éditions reprises par google actualités. La réaction de Google ne s'était pas faite attendre puisque Google a dé-référencé les journaux belges.  Ce qui a calmé tout le monde.

Récemment les organes de presse français se sont émus auprès du Gouvernement de la situation de google qui utilise les journaux français pour accroître ses revenus publicitaires.

A l'instar de ce qui se passe en Allemagne, le Gouvernement a envisagé de soumettre les moteurs de recherche à une taxe sur les éditeurs de presse ou à un droit d'auteur (voir le monde et le figaro par exemple).

Là aussi, la réaction de Google a été lapidaire et lourde puisqu'il s'est fendu d'une lettre adressée à plusieurs ministères.

Par cette letttre Google déclare qu'il "ne peut accepter (sic)" qu'une telle taxe mette en causs son existence même et qu'il serait "contraint de ne plus référencer les sites français".

La menace est à peine voilée (et ne se limite pas à la presse d'ailleurs) !

Cette Société est-elle arrogante au point de menacer le Gouvernement de la 6ème puissance du monde sans chercher à discuter auparavant ??!!

La France est-elle une République bananière à qui une Société privée devrait imposer son point de vue ?

C'est incroyable !

Et en même temps c'est tellement révélateur de notre époque où l'Economique prend le pas sur le Politique et où la Cité grecque n'est plus qu'un lointain souvenir !

Pour ceux qui voient Google comme un outil de Service Public, il est temps d'ouvrir les yeux ! 

J'espère que le Gouvernement ne va pas céder. 

Et puis si je dois retourner chez Yahoo ... 

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : google, france, taxe, presse, editeurs |

08/05/2009

L'Elysée veut de la déontologie dans la presse !

1038537777.jpgUne nouvelle parue dans le monde  a attiré mon attention.

L'Elysée pousse à la rédaction d'un code de déontologie dans la presse ! Code de déontologie comportant des "droits et des devoirs".

Quand on connaît la nature des rapports avec les journalistes, cette nouvelle a de quoi inquiéter ... Ou au moins de quoi provoquer un suivi attentif par les blogueurs les plus influents.

Parce que, avec le chef del'Etat, de 2 choses l'une : soit la presse est avec lui (figaro, TF1, LCI ..) soit elle est contre lui (Marianne, Libé ...). Et dans les faits cela se traduit par des cadeaux publicitaires pour les uns, des admonestations ou des limogeages (voir affaire Paris Match) pour les autres.

On le sait, Nicolas Sarkozy n'hésite pas à entrer dans le rapport de force avec les journalistes indélicats (rappelez-vous la monarchie élective de Laurent Joffrain).

Alors ! Que ce soit un homme politique tel que lui qui demande la rédaction d'un code de déontologie à la pesse a de quoi surprendre ! Qui plus est quand on apprend que  l'Elysée conditionne l'octroi des aides qui avaient été promises à la presse, à la rédaction de ce code ...

Que ce soit un homme politique qui ait instrumentalisé à ce point la presse, qui demande la rédaction  d'un code de déontologie aux journalistes, me laisse pantois !

En plus, de là à imaginer que le contenu de ce code soit piloté à partir de l'Elysée, il n'y a qu'un pas que je vois bien être franchi.  Mais on va peut être dire que je suis trop méfiant ...

Quoiqu'il en soit, je remarque qu' en imposant un code de déontologie plutôt que de passer par une loi, le Président Sarkozy évite soigneusement le débat parlementaire !

12/01/2009

Vers un démembrement du Droit Pénal Français ?

sarkozy cassation.jpgLa Presse (mais aussi les blogueurs) en a beaucoup parlé la semaine dernière. Le Président Sarkozy veut supprimer le Juge d'Instruction et confier ses missions au Procureur de la République.

On a parlé un peu moins d'une autre annonce faite par le Président, devant le même auditoire : la dépénalisation de la diffamation. En clair, le Président souhaite que la diffamation ne soit plus un délit, mais constitue une simple faute ne pouvant plus être soumise qu'aux tribunaux civils. Beaucoup de juristes considèrent que c'est une erreur que de soustraire la diffamation aux juridictions pénales (le monde)

J'avais  ici dénoncé la volonté du Président de dépénaliser le Droit des Affaires français.

Je remarque que (nortamment pour la réforme de l'instruction) on a beaucoup parlé de reprise en main de la Justice par le Pouvoir Exécutif. A juste titre.

Mais il me semble que nous n'ayons pas assez dénoncé le fait que le Président semble vouloir rendre plus difficile l'accès à la justice !!!

Car l'un des avantages essentiels de la procédure pénale (par rapport à la procédure civile) est qu'elle prend en charge les frais d'enquête et de recherche de la preuve. Alors qu'au civil, ces frais sont à la charge du justiciable demandeur,  en clair : de la victime !!

Ne risquons nous pas de voir de plus en plus en France des procédures à l'américaine où l'issue du procès dépendra de ce que le justiciable sera capable de mettre sur la table pour payer des experts, voire un détective ? Et pourquoi pas  auprès de chaque avocat un détective chargé d'établir le matérialité des faits ? Les fans de Perry Mason devraient être satisfaits.... Mais les justiciables ??

Ne risquons-nous pas de voir le résultat de procès (jusqu'ici pénaux) et donc la justice, dépendre de compromis, voire de marchandages entre cabinets d'avocats comme cela se passe en Droit Commercial ?

Certains en me lisant, se diront que je divague et que tout cela relève de la science fiction. Il est possible que j'exagère !

Je l'espère du moins !

Mais, pourquoi notre Président ne ferait-il pas avec le justice ce qu'il est en train de faire avec la police (voir )??

01/12/2008

Arrestation musclée d'un journaliste.

logo-liberation.jpgC'est vrai ! Nous ne sommes pas du même monde. Ils sont professionnels et nous ne le sommes pas. Ils ont une carte de presse et nous n'en avons pas !

Pourtant, il est difficile de ne pas se sentir solidaire de ce qui est arrivé à Mr De Filippis. Celui-ci, responsable de la Publication du quotidien Libération, s'est fait réveillé à l'aube à son domicile par la police qui l'a enjoint vertement devant ses 2 fils adolescents, de la suivre. Ce journaliste a ensuite été emmené dans les sous-sols du TGI pour subir 2 fouilles à corps  (en clair : à poil), un menotage, avant d'être auditionné par le Juge d'Instruction.

Son crime ?? Juridiquement aucun ! Tout juste un délit ! Un délit de diffammation par voie de presse plus exactement.

Monsieur Filippis est responsable du commentaire d'un internaute laissé sur le site de Libé suite à un article ayant déplu à Mr Niel dirigeant de la société fournisseur d'accès à Internet : Free.  Cet article faisait référence à une mise en cause de Mr Niel dans une affaire de recel d'abus de biens sociaux liée au proxénétisme.

A la lecture de l'article du Monde, il semble évident qu'il existe un vrai contentieux entre Libé et le dirigeant de Free, mais toutes les procédures en diffammation lancées par Mr Niel sont restées vaines à ce jour. De plus, Mr Niel avait bien fait l'objet d'une condamnation par les Tribunaux à l'époque.

Alors, je ne vois pas où Libé a fauté et ce qui a pu justifier le traitement de Mr De Filippis.

Une précision importante : le délit reproché au directeur de la Publication n'est passible que d'une peine d'amende, pas d'une peine de prison....

La liberté de la presse est bien un combat permanent !!! Et la liberté du blogueur en est dépendante !

08/05/2008

La presse est méchante !

Les députés UMP ont été reçus par le Président Sarkozy à l'Elysée.

L'occasion pour Sarko de remonter le militantisme des parlementaires.

Et quels moyens a-t-il employés ?? Ils sont 2 :

D'abord, il a sabré son prédécesseur (la classe !!) Jacques Chirac en déclarant entre autres amabilités : "moi j'ai été élu dès la première fois".238596254.jpg

Ensuite, regrettant  qu'en France il n'y avait plus d'opposition (ça il faut le faire : la faute à qui ??) il a constaté que le rôle de l'opposition était tenu par la presse qui est bien dure avec lui !!!  Ca c'est intéressant : quand la presse ne l'encense plus, Sarko considère qu'elle le dénigre et qu'elle est dans l'opposition. Ca devient de la mégalomanie !!!

En plus, il ne comprend pas (ou fait semblant) que c'est parce que la presse a fait ce que Sarkozy demandait (en le sur médiatisant) que la "France d'en Bas" s'est aperçue des dérives du pouvoir d'un Président qui en jouit plus qu'il ne l'exerce....

Dès les premiers jours de son élection d'ailleurs, tout chez Sarkozy est dans la jouissance du pouvoir : sa soirée au Fouquet's, son désir présidentiel de s'isoler afin de prendre la mesure de la fonction présidentielle (sur le yatch à son copain) ; alors qu'un Président qui vientt d'être élu et qui a des choses à faire doit se mettre au travail tout de suite, surtout quand il prône la valeur travail...

Il serait temps qu'au delà du semblant d'autocritique de son allocution (allocution est le bon terme : les journalistes ne sont que des faire valoir) télévisée, il fasse une vraie remise en cause.

16/02/2008

ON VEUT ABATTRE LE PRESIDENT

C'est en ces termes que s'est exprimé le porte parole de l'UMP Yves Jegou, dénonçant par là une campagne de presse à l'encontre de SARKOZY. Il y va fort quand même. Alors qu'après 8 mois d'apathie (tiens ?) la presse semble se réveiller.

30781f46fd0d01fc758c6e76258efd03.jpg

Certes, les media font  état de sondage négatif sur la personne du président et son action. Les chroniqueurs commencent à persifler sur  le résultat de sa politique. Mais le président ne l'a-t-il pas cherché ??

Depuis son arrivée au ministère de l'Intérieur, il n'a cessé d'instrumenter la presse. Il n'hésitait pas à tutoyer les journalistes d'une part ou à faire intervenir les patrons des organes de presse d'autre part, utilisant sa technique habituelle de la carotte et du bâton. Il mettait en scène lui même sa vie de président ainsi que sa vie privée.

N'importe quel homme politique se serait rendu compte que cette lune de miel avec la presse ne pouvait pas durer. Pas Sarkozy. Il est tellement impliqué dans la gestion de son image, qu'il n'est pas capable de tenter de raisonner à moyen terme. Mais ça c'est encore autre chose sur laquelle j'aurai l'occasion de revennir...

Yves Jegou ne lésine décidemment pas. Après la tirade de Rama Yade sur RTL à propos des charognards, il emploie des termes très violents pour décrire la situation. Le "ON" en rajoute sur l'existence possible d'un complot ourdi contre notre Président de la république !

Cela ne fait même pas 6 semaines que la presse le critique et déjà l'UMP la "joue"  harcèlement. Vous allez voir que bientôt, au delà de l'image kennedyenne que Sarko essaie de se coller, il va se comparer à Roger Salengro ou à Pierre Bérégovoy.

Décidément, ce type n'a aucune décence.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu