Avertir le modérateur

20/06/2012

Wanted 10 milliards !

C'est confirmé, il manque 10 milliards d'Euros pour boucler le budget ...2012 ! Oui vous avez bien lu. On parle bien du budget pour l'année en cour, voté en septembre 2011 (voir le monde).

Le Gouvernement socialiste cherche donc des solutions pour trouver ces 10 milliards !

Cette situation est directement imputable au précédent Gouvernement !

Quand on pense que ce même Gouvernement souhaitait inscrire la règle d'or* dans la Constitution !

Heureusement pour lui que les Français aient décidé de changer de majorité.

*La règle d'or budgétaire désigne un ensemblede conditions susceptibles de conduire au respect de l'équilibre du budget annuel d'un État ou d'une Collectivité publique (cf wikipédia). 

22/08/2011

Le Médef pessimiste sur la croissance !

Laurence-parisot-MEDEF-source-diplomatie.org.jpgEt Madame Parisot chef du Médef argumente !

"C'est difficile tout simplement parce que les Etats-Unis ne vont pas bien, c'est l'un des principaux moteurs économiques de la planète. C'est quelque chose qui semble très difficile à atteindre"  !

Donc, poursuit-elle, "L'objectif du gouvernement de 2 % de croissance en 2011 est quelque chose qui semble très difficile à atteindre". (cf France 2).

Donc même Syndicat patronal se rend compte que l'objectif de 2% de croissance est hors de portée.

Tout le monde s'en rend compte ... Sauf le Gouvernement.

L'ennui c'est que le budget a été présenté sur la base d'une croissance (déjà très très optimiste à l'époque ! ) de 2% et que ce budget a été présenté en déficit !!!!!

Et dire que le Gouvernement et l'UMP en appellent à la responsabilité du PS pour voter la règle d'or ....

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : parisot, croissance, 2%, budget, regle d'or |

20/08/2011

"Je suis en mission pour le seigneur" *

sarkozy, fillon, ps, regle d'or, budget, merkelLe seigneur c'est Nicolas Sarkozy.

Celui qui est en mission c'est François Fillon qui endosse des habits d'Homme d'Etat en appelant dans le figaro à l'unité nationale.

Rien que ça. Mais nul doute, c'est le Président qui l'a envoyé en mission.  Le Chef de l'Etat en tant que présidentiable reste semble-t-il fidèle à sa nouvelle politique de réserve.

Le Président est fidèle à sa politique de rupture avec la politique de rupture qu'il avait mis en place en 2007 qui faisait du Premier Ministre un "collaborateur" et du Président un "hyperprésident". Vous suivez ?

L'unité nationale doit donc se faire autour de la règle d'or ....

Mr Fillon en appelle au sens de la responsabilité du PS sans bien sûr qu'il ne renonce à ses "convictions et ses légitimes ambitions" !!! Bah bien sûr ...

Au passage on apprend que la crise actuelle est due à celle de 2008 et aux politiques de nationalisations menées pas les  Etats de la zone euro !!!! C'est quand même gonflé. Cette remarque doit probablement être une menace déguisée au PS pour le cas où il aurait envie de nationaliser des banques afin de mieux réguler le monde financier.

Petit rappel quand même ! le Gouvernement lors de la crise de 2007 a prêté aux banques 40 milliars d'Euros (à un taux très avantageux) et a garanti leurs dettes à concurrence de 320 milliards d'Euros. Ce alors que même aux USA, ils ont nationalisé.

Mr Fillon "joue avec l'unité nationale alors qu'il n'est qu'en "posture politique" sur le dossier de la "règle d'or". Je rappelle qu'il existe déjà une règle d'or qui s'appelle le "pacte de stabilité et de croissance"  et qui interdit des déficits budgétaires supérieurs à 3% du PNB. Cette règle, le gouvernement ne la respecte pas !!!! Alors comment peut-il prétendre à l'Unité Nationale pour imposer une règle plus drastique ????

Mr Fillon joue avec l'unité nationale ce qui est en soi un acte politique irresponsable !!!! Et il en appelle à la responsabilité du PS ????

Mr Sarkozy Fillon est particulièrement cynique !!!

Faut-il que la Droite se croit électoralement en danger pour en arriver à de telles extrémités politiques ???

Qu'elle se rassure. L'UMP reste une machine électorale 10 fois plus efficace que le PS et ses primaires.



* Elwood Blues"The Blues Brothers"

 

09:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sarkozy, fillon, ps, regle d'or, budget, merkel |

31/07/2011

De la règle d'or (ou extrapollation de la situation budgétaire aux USA)

dette,règle d'or,sarkozy,usa,pecresse,obama,dette,pacte,stabilitéJ'ai lu la tribune de Mme Pécresse dans le monde qui vient d'une certaine manière parachever la geste budgétaire  sarkozienne. 

Qu'importent les dérapages budgétaires effectués depuis 5 ans. Le Gouvernement a décidé de faire savoir qu'il allait mettre en place la "règle d'or" budgétaire et graver dans le marbre constitutionnel l'obligation de voter un budget en équilibre.

J'ai déjà fait savoir que voter un tel texte revenait à se tirer une balle dans le pied. Non pas que je suis contre l'équilibre budgétaire. Au contraire ! Mais voter un texte interdisant purement et simplement le déficit budgétaire nous conduirait à nous empêcher de mener un certain nombre de politiques (par exemple une politique de relance par la consommation au sortir d'une crise économique). Ce alors que le pacte de stabilité et de croissance prévoit déjà une interdiction de déficit supérieur à 3% du PNB qu'on n'est déjà pas capable de respecter !

Et ce qui se passe aux USA me semble plutôt éloquent. dette,règle d'or,sarkozy,usa,pecresse,obama,pacte,stabilitéComme le rappelle le figaro, les Républicains et les Démocrates n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le relèvement de la dette. Plus exactement, les Républicains refusent de voter le relèvement de la dette !A tel point que le Gouvernement américain se demande s'il pourra payer les soldes de ses soldats en Irak et en Afghanistan (alors que ce sont les Républicains qui les y ont envoyé ! Un comble...).

Tout cela m'amène à plusieurs réflexions.

D'abord. Puisque le Gouvernement français semble attaché à l'équilibre budgétaire, il devrait aller jusqu'au bout de son raisonnement, s'inspirer de ce qui se passe aux USA et faire revenir sans délai nos troupes d'Afghanistan et de Lybie.

Ensuite. Admettons qu'il soit impossible de voter un budget en équilibre ; par exemple pour cause de catastrophe économique (s'il faut renflouer les banques) ou nécessité d'intervention extérieure (qui coûte cher).

La seule solution serait de re-modifier la Constitution. Ce qui se ferait soit par le référendum (qui est assez long à organiser et est on l'a vu pour la "Constitution européenne" , aléatoire), soit par la réunion du congré.

Et le congré nécessite une majorité des 3/5 de l'ensemble des parlementaires après que chacune des 2 asemblées ait voté.

Imaginez donc les possibilités de blocage par l'opposition (quelle qu'elle soit d'ailleurs), de marchandage....

La règle d'or, en plus d'être un carcan que l'on se mettrait à soi-même, constituerait un risque supplémentaire de blocage institutionnel.

Mais on va encore dire que j'ai trop d'imagination....

26/07/2011

La lettre ouverte du Président aux députés et sénateurs

congres-versailles-19022006_1171933079.1245240123.jpgHa on ne le refera pas not' bon président.

Le déficit budgétaire a doublé entre 2007 et 2012 et notre Président s'érige en défenseur de l'équilibre budgétaire.

Mieux, il propose de modifier la Constitution afin de limiter voire interdire les déficits dans l'avenir.

Sur le fond j'effectuerais bien une remarque. N'est-ce pas se faire hara-kiri que de renoncer à une politique budgétaire déficitaire ? Par le passé cela a parfois bien fonctionné !

Supposons qu'une crise apparaisse ! Alons nous nous interdire de faire une politique de relance sous prétexte que cela causerait du déficit ? Ou alors comme cela devient la tendance nos députés rogneront-ils sur les dépenses d'urgence ?

Sur la forme. Il envoie une lettre aux parlementaires pour les placer devant leurs responsabilités (ou les faire réfléchir selon Mme Pécresse) face au déficit budgétaire.

Cette lettre d'ailleurs se termine ainsi : "la France, tout le monde le comprendra, doit être exemplaire dans la remise en ordre de ses comptes publics et de son économie. Elle a commencé à l'être en engageant l'assainissement de ses finances publiques et en œuvrant pour le renforcement de sa compétitivité. Elle doit continuer.

Dans les circonstances exceptionnelles que connaît l'Europe ces derniers mois, je souhaitais par ce courrier vous informer personnellement de ces décisions que nous avons prises ensemble avec nos partenaires européens. Nous l'avons fait en pensant à l'avenir des peuples et des générations futures, en privilégiant l'intérêt général, au détriment de sensibilités politiques parfois différentes et d'intérêts nationaux qui, dans le passé, ont pu contribuer parfois à nous diviser.

En France, dans les mois qui viennent, nous avons besoin aussi de nous rassembler sur ces questions essentielles, au-delà des intérêts partisans. La représentation nationale que vous incarnez jouera, j'en suis sûr, un rôle majeur pour assurer le sens de notre responsabilité commune face à l'Histoire."

Si le terme "règle d'or" n'apparaît pas dans la lettre, le sens est clair. Et c'est en vue de la réunion du congré seul à même (avec le référendum) de modifier la Constitution et y inclure cette fameuse "règle d'or".

Le problème de Nicolas Sarkozy pour faire passer cette modification est qu'il a besoin des voix des socialistes (la majorité est atteinte aux 3/5 des sénateurs et députés).

D'où la lettre.

Et le piège est fermé car de 2 choses l'une !

Soit les socialistes votent la modification souhaitée et le Président endosse le rôle de rassembleur ce qui est fun en campagne électorale.

Soit ils refusent de la voter et l'opposition socialiste fera office d'irresponsable aux yeux de l'opinion.

Pourtant, cette façon d'envoyer une lettre aux parlementaires relève de l'inédit dans l'histoire de la Vème République. Cela constitue une atteinte certaine à la séparation des pouvoirs.

Comme le rappelle le sénateur Bel,il n'existe que 2 cas de communication du Président au Parlement. Ils sont dans l'article 18. Cet article prévoit que le Président  peut communiquer au Parlement "par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat", l'alinéa 2 dispose quant à lui que le Président "peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès".

Mais envoyer envoyer une lettre préalablement à un débat, il fallait oser.

Mettre en place une nouvelle règle constitutionnelle en enfreignant d'autres règles de cette même Constitution, il faut le faire.

Mais bon ... On le r'fera pas not' bon Président...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu