Avertir le modérateur

10/01/2010

L'Homme qui a dit non !

PpRobe.jpgIl y a quelques jours, je me demandais qui pouvait succéder à Philippe Séguin à l'appellation de "grand serviteur de l'Etat".

Cette réflexion était venue après un article du figaro qui s'interrogeait à propos du remplacement de Philippe Séguin à la tête de la Cour des Comptes.

Et ce matin, j'apprends par le JDD que le nom de François Hollande ciculait ...

L'ex-patron du PS a répondu qu'il n'était pas intéressé. "Ce n'est pas mon destin" a-t-il affirmé. laissant entendre qu'il y croit encore (à son destin).

Et d'ajouter qu'il "ne pens(ait)  pas que ce soit bon que ce soit des responsables politiques qui dirigent" ce type d'Institution. C'est bizarre !!! Moi je pense exactement le contraire !

Je crois en effet qu'en ces temps où le Pouvoir Exécutif ne cesse de rogner sur les autres pouvoirsau mépris du principe de leur séparation, il serait bien  qu'une Personnalité Politique affirmée et connue préside cette vieille dame qu'est la Cour des Comptes.joxe.1203944263.jpeg

Il ne s'agît pas, bien sûr, de politiser cette Institution et ses décisions. Il s'agît d'en faire un organisme qui ait les moyens et l'envie de remplir son rôle du mieux possible.

Et la surveillance des Comptes de la Nation est plus que jamais une fonction essentielle.

Je rappelle aussi à François Hollande que les responsables politiques Joxe et Séguin s'étaient parfaitement adaptés à cette vénérable Institution.

Mais qu'est-ce qui est le plus important ? François Hollande ou la Nation ?

09/01/2010

Après Séguin ! Qui d'autre ??

NicolasSARKOZY.jpgJe ne me suis pas exprimé sur la disparition de Philippe Séguin. Sauf, rapidement, chez Falcon Hill.

Peut-être parce que j'ai été déçu par l'ex détenteur du Perchoir...

Il promettait beaucoup ...

Et puis, je suis tombé sur un article du figaro intitulé : l'Elysée en quête d'un successeur à Philippe Séguin à la Cour des Comptes.

Et donc, je me suis posé la question de savoir qui en France a pu, ces dernières années, être considéré comme un "grand serviteur de l'Etat" comme  l'a été Séguin!

Et il faut bien admettre que j'ai eu beaucoup de difficultés à trouver une telle perle rare.

Pourtant, j'ai la conviction que certains ont cette qualité.

A Gauche, mais aussi à Droite !

A un moment, j'ai pensé à Villepin. Son discours à l'ONU m'avait particulièrement plu je l'ai déjà dit sur ce blog.

Or, un "grand serviteur de l'Etat" doit à mon avis faire, ou avoir fait, preuve d'esprit de sacrifice !! Ainsi Séguin avait renoncé à la direction du RPR pour ne pas renoncer à ses convictions...

Villepin lui, a eu le tort de gêner le Président Sarkozy. Il ne s'est pas sacrifié ....

Alors qui ??

Pierre Joxe chez les socialos m'avait marqué comme serviteur intransigeant de l'Etat dans les années 80-90. D'ailleurs il me semble qu'il a également été à la Cour des Comptes (et qu'il était aussi un grand fumeur). J'aimais sa rigueur et son intransigeance.

Rocard peut-être, avant qu'il ne vieillisse. Jospin aussi, avant qu'il ne décide de s'en aller définitivement.

Quant à savoir si il y a en France de grands serviteurs de l'Etat, qui en on été le Chef (de l'Etat). Je n'en vois aucun. Je n'en vois pas depuis le Général De Gaulle ...

Et vous ?

26/10/2009

La présidence française de l'Europe critiquée comme étant somptuaire !

Ce n'est pas moi qui le dit, c'est  Médiapart.

On apprend en effet qu'un rapport de la Cour des comptes remis au Sénat critique sévèrement les 171 millions d'euros dépensés par la France pour sa présidence de l'Union dans le second semestre 2008, l'une des plus coûteuses de l'histoire.

La Juridiction présidée par Philippe Séguin (qui n'est pas spécialement un gauchiste !) constate que dans cette présidence française où la plupart des administrations françaises ont été parties prenantes, l'Elysée se distingue particulièrement.

L'Elysée a dépensé 76 des 171 Millions consacrés par la France à la présidence européenne !!!

Une fois de plus je suis amené à constater qu'autant le Président Sarkozy est attaché à surveiller les dépenses de l'Administration (et des autres en général) et à les critiquer, autant il est beaucoup moins exigeant en ce qui le concerne.

Je voudrais rappeler que l'une des premières mesures prises par Nicolas Sarkozy en 2007 a été la mise en place de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques : voir ici) qui, en utlisant la méthode de l'audit, vise à diminuer les dépenses de l'Etat en envisageant ouvertement l'externalisation vers le secteur privé.

Et qu'alors qu'il se posait comme le chantre de la défense des intérêts des contribuables, il augmentait (dans le même temps) son salaire de 172%.

Je me souviens également que jamais depuis qu'il est arrivé aux affaires, le Président Sarkozy n'a cessé de rappeler les devoirs des citoyens et de leur demander toujours plus de sacrifice.

Et enfin, je voudrais que l'on se souvienne que la baisse des dépenses devait être le corollaire de la baisse des impôts qui, elle, se poursuit à marche forcée et qui en fin de compte ne favorise que les plus riches d'entre nous.

Mais pour le Pouvoir, ce qui compte c'est le faste. Pas l'exemple !!

Faîtes ce que je dis. Ne faîtes pas ce que je fais.

Et puisque le site Médiapart a titré l'information : "la folie des grandeurs", je ne peux résister au plaisir .....




11/07/2009

Le Parti de la dette

sarkolouis.jpgOn s'en inquiète à gauche (Fabius, Royal ...) ! Mais aussi à droite (Philippe Marini, Arthuis, et surtout Seguin) ! Même au centre !

A tel point que le monde parle de "parti de la dette" qui transcenderait le clivage gauche-droite !

Depuis les années 80, la gauche passe pour dispendieuse avec l'argent de l'Etat et pour une créatrice de déficit. Ce n'est pas faux pour la période 1981-1983, même si c'est caricatural puisqu'après 1983 le Gouvernement de gauche a mené une politique de rigueur (rappelez-vous les années Delors puis Bérégovoy).

Et encore, ces années de largesses des l'Etat étaient-elles justifiées par une volonté de contrôle de l'économie (rappelons-nous qu'à une époque la gauche nationalisait), et d'aide aux plus démunis (lois Auroux, coups de pouce au SMIC ...).

La droite elle, a la réputation de savoir gérer les finances de l'Etat : pas comme la gauche !

Et pourtant, qu'observe-t-on à l'aune de la politique sarkozyste ?

Que sous prétexte de vouloir diminuer le déficit de l'Etat, le Gouvernement s'attaque au service public (hôpital public, administration de l'Education Nationale notamment) afin de diminuer les dépenses. Cela n'a malheureusement aucun effet positif sur les finances car en vertue de son idéologie, ce même Gouvernement diminue les recettes en réduisant les impôts. Ce qui d'ailleurs bénéficie aux classes les plus aisées.

Que cette idéologie est maintenue envers et contre tout malgré l'arrivée de la crise (que d'ailleurs nos Gouvernants n'ont pas su prévoir ni anticiper).

Résultat : les cadeaux pour les classes les plus aisées sont maintenus (bouclier fiscal, déductions fiscales possibles sur l'ISF) et les classes moyennes acquièrent ou vont acquérir de nouveaux droits (de faire plus d'heures supplémentaires, de travailler jusqu 67 ans, de travailler pendant un congé maladie, de travailler le dimanche ...)

Et en ce qui concerne les finances les chiffres de la droite gestionnaire sont éloquents (ils émanent du ministère du budget): l'endettement atteindra, à la fin de cette année, 77 % du PIB, 83 % en 2010, 86 % en 2011 et 88 % en 2012.

Rappelons que depuis Maastricht, les Etats européens doivent respecter un endettement maximal de 60% du PIB ...

Au vu d'un tel bilan de la droite sarkozyste, la gauche ne devrait pas avoir à s'inquiéter pour les élections présidentielles!

Et pourtant ! Et pourtant !

Cherchez l'erreur .....

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu